L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

29/12/2020

Alan Moore, La Voix du Feu, collection Perles d’Épice, éditions ActuSF

Alan Moore, La Voix du Feu, éditions ActuSF

Pour cette fin d'année, les éditions ActuSF vous proposaient de garnir vos souliers d'un nouveau beau-livre, édité dans leur superbe collection Perles d’Épice. Ainsi, après Liavek de Megan Lindholm & Steven Brust, Skin Trade de G.R.R. Martin ou encore A la pointe de l'épée d'Ellen Kushner, c'est donc au tour d'Alan Moore de rejoindre ces grands noms de l'Imaginaire avec son recueil de nouvelles, La Voix du Feu

Scénariste de comics, Alan Moore a rencontré le succès avec ses œuvres : Watchmen, V comme Vendetta ou encore From Hell. Mais, il est également auteur de nombreuses nouvelles dont L'Hypothèse du Lézard. Pour rappel, cette novella a inauguré la très belle collection de romans graphics de cette maison d'édition. 

Originaire de la ville de Northampton, il lui rend hommage à travers deux de ses textes : La Voix du Feu et Jérusalem. C'est donc dans un bel écrin que les éditions ActuSF ont décidé de rééditer ces étonnantes nouvelles. Je remercie, d'ailleurs, Jérôme Vincent pour l'envoi de ce très beau service de presse. 

A travers douze récits, l'auteur relate l'histoire de Northampton de l'âge du bronze à nos jours. L'ensemble forme un corps de textes insolites dans lesquels Alan Moore fait entendre une pléiade de voix qui semblent toutes fascinées par le feu quelque soit la forme qu'il prend. Northampton qui sert de cadre à l'action et le feu apparaissent donc comme les fils d’Ariane de ces courts récits. 

En effet, Alan Moore remonte loin dans le passé, au temps où le feu était un rituel funéraire comme dans "Les champs de crémation", soit 2500 avant Jésus-Christ. On y retrouve une femme qui, au court d'un voyage, a décidé de se substituer à une autre après l'avoir assassiné afin de prendre sa place de fille de chef de clan mourant. En agissant ainsi, elle espère se ménager une meilleure place et s'enrichir. Mais trouvera-t-elle réellement ce qu'elle cherche ? Ici, l'auteur nous immerge dans la vie d'un clan en mettant l'accent sur leurs croyances et leurs coutumes, notamment leur rapport à la mort et au traitement du corps lorsque la personne est passée de vie à trépas. 

Parfois, cet auteur se plaît à insérer des références de certaines de ses nouvelles dans d'autres comme dans "La tête de Dioclétien" où l'on rencontre un Romain chargé de mener une enquête autour de Londinium pour mettre à jour un trafic de fausse monnaie. C'est au cours de ses investigations que les locaux lui confient les contes fantastiques et autres histoires à dormir debout du coin comme celle sur cette centaine de personnes mystérieusement dévorées par des chiens géants mais dont on a retrouvé aucune trace. Clin d’œil à "Dans les terres inondées" à n'en pas douter ! 

Le feu a aussi servi à purger le malin qui s'est emparé de l'âme impure de ces femmes qui se sont données au diable. Enfin, c'est ainsi que l'on a justifié tous ces bûchers qui ont brûlé celles que l'on qualifiait de sorcières, à l'image de Mary et Elinor dans "Complices ès tricots". Alan Moore nous raconte par le menu les nombreux supplices qu'elles ont subis avant de finir par être brûlées vives. Étonnamment elles font corps avec les flammes au point de ne rien sentir car tel est le pacte qu'elles ont fait avec les Esprits malins. 

Chez Alan Moore, le feu peut être également métaphorique faisant plutôt référence au brasier intérieur qui enflamme les sens et fait perdre toute raison. Ce n'est pas le juge Augustus Nicholls qui vous dira le contraire car dans "Le Langage des anges", il se sentira bien démuni face aux charmes de certaines rencontres, et ne résistera d'ailleurs pas longtemps avant d'y succomber. Mais attention où l'on met les pieds ou autre chose, d'ailleurs, car qui peut savoir qui sera réellement la souris dans cette histoire ? 

Bien souvent sombres, voire empreintes d'une certaine violence crue, les nouvelles d'Alan Moore peuvent, cependant, parfois faire montre d'un certain humour grinçant. C'est le cas avec "Confessions d'un masque" qui nous fait partager les souvenirs d'un homme dont il ne reste plus qu'une tête parlante accrochée au mur de la ville. Il en va ainsi quand on est jugé pour trahison, la sentence est, à coup sûr, la décapitation. A travers lui, l'auteur nous plonge avec une légère causticité dans l'Histoire d'un pays qui s'est écrite dans le sang. 

Au fil de ses nouvelles, Alan Moore explore la psychologie humaine à travers leurs peurs, leurs névroses ou leurs fascinations morbides pour la mort, celle des autres de préférence. Avec La Voix du Feu, il se fait l'auteur de textes étranges où le fantastique nous cueille ici ou là pour nous emmener vers des rebondissements et des conclusions inattendues. Il brosse le portrait d'une ville, à travers le temps qui l'a profondément marqué dans ses racines. Ayant grandi dans les quartiers pauvres de Northampton, une certaine noirceur se dégage de ses textes qui lui ont sans doute servi d'exutoire pour extérioriser ce passé marquant. 

Oseriez-vous à votre tour pousser la porte de cet imaginaire fabuleux capable de redonner vie à un passé plus vrai que nature. 

Fantasy à la Carte

A lire aussi sur le blog mon avis sur L'Hypothèse du Lézard

Informations

Alan Moore
La Voix du Feu
Collection Perles d'Epice
400 pages
978-2-37686-280-2
Editions ActuSF

Aucun commentaire:

Publier un commentaire