L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

28/02/2019

Emilie Loyer, Les Amazones, Les légendes oubliées, tome 1

Parmi les leitmotivs de Fantasy à la carte, arrivent en tête la découverte et la mise en valeur des nouvelles plumes de fantasy. Qu'elles soient éditées ou auto-éditées, toutes apportent quelque chose au genre et méritent que l'on parle d'elles. 

Aujourd'hui, j'attire votre attention sur le premier roman d'Emilie Loyer, nouvelle venue en fantasy qui a eu la bonne idée de choisir cette littérature pour faire ses premières armes dans l'écriture.

L’ayant découverte à l’occasion de l’édition 2018 d’Atrebatia, escales imaginaires via une communication de leur site, j’ai dû renoncer à lui parler en raison de l’affluence, – preuve que ce festival est très populaire et attire de nombreux visiteurs… » Mais, rassurez-vous, le tir a été rectifié cette année et m'a permis de rencontrer cette sympathique autrice, puis de me promener au cœur de son imaginaire à travers la lecture de son premier tome, Les Amazones. Avant de vous en parler plus amplement, je tiens d'abord à remercier chaleureusement Emilie Loyer pour sa confiance réitérée malgré ce contretemps. 

Les Amazones est le premier volet du cycle, "Les légendes oubliées". Dans ce cycle, Emilie Loyer se fait l'autrice d'une romance fantasy mêlant harmonieusement aventure, héroïsme et amour. 

Dans un Moyen-Age revisité où des royaumes se font la guerre, un groupe de femmes multiplient les attaques pour dérober les richesses des puissants afin de les redistribuer aux plus pauvres. Ces femmes qui se font appeler les Amazones ne s'en prenaient jusque-là qu'au royaume du cupide Swan, laissant ses voisins dans une relative tranquillité. Mais alors que le roi James Arthura se croyait à l'abri, l'un de ses bateaux transportant les cadeaux de mariage pour sa future reine a été arraisonné par ces diablesses. De colère, il missionne l'un de ses meilleurs amis afin que celui-ci remonte la piste de ces Amazones mais ses découvertes pourraient bien le bouleverser plus que de raison mettant même ses convictions et sa loyauté à mal. 

Dans "Les légendes oubliées", Emilie Loyer explore la thématique du Robin des bois qu'elle féminise mettant ainsi la femme à l'honneur. En effet, c'est un récit très féministe dans lequel des femmes qui ont été bafouées, déshonorées reprennent le pouvoir. Elles s'arment, apprennent à se battre afin de reprendre aux hommes ce qu'ils leur ont dérobé. En premier lieu leur liberté d'agir et de penser. Ces femmes se sont libérées du carcan de la société qui en faisait de simples objets décoratifs. Elles deviennent actrices de leur destin et agissent pour réparer les erreurs des tyrans. Ici, il s'agira pour elles de défendre la veuve et l'orphelin, une activité traditionnellement dévolue aux hommes. En bonnes combattantes, elles nous promettent des corps à corps musclés qui en feraient presque pâlir les plus courageux chevaliers. 

Influencée par le roman d'aventure, l'autrice mêle piraterie et bandits de grands chemins qui viennent nourrir une intrigue bien construite. Elle dissémine des mystères qui trouveront leur réponse qu'au fur et à mesure des romans puisque rappelons ici qu'il s'agit d'une longue saga. Un premier roman qui pose donc les lieux et les personnages. Une première prise de contact qui ne demande qu'à être renouveler afin de tout connaître des mystères de l'univers d'Emilie Loyer.

Fantasy à la carte

Emilie Loyer
Les Amazones
tome 1
Les légendes oubliées

24/02/2019

Chantal Robillard & Claudine Glot, Dimensions Brocéliande, anthologie, 2017, éditions Rivière Blanche

En 2017, j'ai eu le plaisir de fouler la terre mystérieuse de Brocéliande à l'occasion des Rencontres de l'Imaginaire. Ce fut un weekend riche en découvertes, en émerveillement et en belles rencontres.

Comme souvent lors des festivals mettant à l'honneur les littératures de l'Imaginaire, une anthologie accompagnait l’événement. Une manière de poursuivre la magie, en somme. 

Cette année-là, c'est justement la forêt de Brocéliande qui a été choisie comme thématique. Pour Chantal Robillard, Claudine Glot et Pierre Dubois, ce choix s'est imposé naturellement en 2016 alors qu'ils se promenaient dans la forêt tout en discutant de Dimensions Fées, l'anthologie parue cette même année. 

Vingt-sept nouvelles enrichissent l'édition 2017. Dans la pépinière des auteurs-contributeurs à ce recueil, il faut compter sur Estelle Faye qui ouvre le bal avec "Cent retours". Touche à tout, elle excelle dans de nombreux genres comme en fantasy avec Les Seigneurs de Bohen publié aux éditions Critic que Fantasy à la carte a eu le privilège de chroniquer pour vous en 2018. Pour cette présente nouvelle, elle nous attache aux pas d'un jeune homme meurtri par la vie dans sa chair et dans son cœur. Tourmenté par la perte de la femme qu'il aime, il retourne en Brocéliande avec l'idée de renouer avec ses souvenirs et ses fantômes. Une belle balade empreinte de mélancolie qui nous remet sur la route de la plus puissante des enchanteresse: Morgane

Claudine Glot qui fut directrice du Centre arthurien et qui a co-dirigé cette anthologie, a également pris la plume le temps de deux nouvelles. "La mort est un cheval pâle" est l'une d'elle. Ce court récit nous fait croiser le chemin d'un être sensible, d'un rêveur d'une époque perdue, celle des preux chevaliers. En s'enrôlant dans l'armée, le jeune Hippolyte de Rumigny espérait incarner la figure du chevalier moderne mais c'est l'ennui qui l'a trouvé jusqu'à ce jour maudit où il a relevé le pari idiot de sauter un précipice à dos de cheval. Bien que conscient des dangers, il ne renonce pas, porté par la magie des lieux...

Autre nom, celui de Lionel Davoust qui nous promet une belle actualité littéraire cette année avec la réédition d'une autre de ses nouvelles, Les Questions Dangereuses par ActuSF et le troisième volet de "La Messagère des Dieux" publié aux éditions Critic. Sur les deux nouvelles présentées ici, il y a L'île close qui a reçu en 2009, le prix Imaginales. Voici un récit relativement court qui se réapproprie le mythe arthurien en insistant sur l'inexorable cycle que doit suivre Arthur. Il est voué éternellement à combattre en vain son fils illégitime Mordred et à trouver la mort. Fidèle à lui-même, Lionel Davoust a voulu rompre avec ce schéma en proposant une autre sortie à nos héros. Une nouvelle étonnante qui force l'admiration. 
Mais il n'y a pas que les mots qui  illustrent la beauté de Brocéliande. Séverine Pineaux y intervient en tant qu'artiste-peintre et propose une série de planches illustrées qui nous raconte une histoire. Celle d'une petite fille qui part à la rencontre de la forêt rien qu'en secouant une boule à neige. C'est en y regardant de plus près qu'elle découvre le petit peuple de la forêt prendre vie, à l'image de ce renard floral, qu'elle rêve de suivre. Des illustrations féeriques qui se passent de mots pour nous chuchoter dans le creux de l'oreille les secrets les mieux gardés des lieux. 

Certaines nouvelles se font plus coquines comme celle d'Anne Fakhouri qui nous projette en plein cœur d'un échange entre une autrice et son éditrice concernant la réécriture de scènes d'amour entre Guenièvre et Lancelot. Une lecture qui, comme on peut l'imaginer, ne manquera pas de piment. 

Que ces nouvelles soient en prose ou en vers, qu'elles soient en images ou en mots, qu'elles soient courtes ou longues, elles contribuent toutes à louanger un lieu mythique où les légendes continuent de vivre. Plus qu'une forêt, Brocéliande est un lieu de rassemblement, de communion et de création. Qu'elle raconte une Histoire avec un grand H ou des histoires au pluriel, Brocéliande s'écrit avec autant de chemins et de possibilités qu'il y a d'artistes pour le faire. Cette anthologie en est un bel exemple. 

Cette forêt est bien vivante, habitée par de nombreux esprits qui ne demandent qu'à vous émerveiller.  

Fantasy à la carte

Chantal Robillard
Claudine Glot
Dimensions Brocéliande
Anthologie
2017
Editions Rivière Blanche

20/02/2019

Thibaud Latil-Nicolas Chevauche-brumes, éditions Mnemos

Février rime avec nouveauté chez les Indés. En effet, les Pépites de l'Imaginaire 2019 sont disponibles dans toutes les bonnes librairies. La parole est donnée aux nouveaux talents qui viennent enrichir un vivier déjà riche d'auteurs francophones de fantasy

Les éditions Mnemos n'échappent pas à l’événement et nous proposent un premier récit d'un auteur déjà très prometteur pour le genre. 

Nouvelle plume francophone de fantasy

Thibaud Latil-Nicolas signe un texte d'une grande puissance. 

Chevauche-Brumes nous conte les destins d'hommes et de quelques femmes qui semblent être l'arme ultime d'un pouvoir aux abois pour lutter contre une menace innommable. Depuis toujours une brume épaisse borde la frontière nord de Bleu-Royaume. Une réalité acceptée par tous qui ne dérangeait personne jusqu'à ses dernières semaines où des créatures cauchemardesques sont sorties subitement de ce brouillard pour venir ravager les terres aux alentours. Ayant pris connaissance de la situation, le régent du royaume a commandé à la neuvième compagnie d'aller constater par elle-même la réalité du terrain. C'est ainsi que cette bande de soldats, déjà épuisée, par leur dernière éprouvante campagne, se retrouve à nouveau face à l'ennemi. Seulement celui-ci est pour le moins inattendu et inexplicable. Alors comment une poignée d'hommes, même courageux, peut faire face à une horde semblant sortir tout droit des enfers ? 

Chevauche-Brumes est un récit de guerre mettant en scène quelques valeureux guerriers que l'on suit tour à tour. Cela nous donne une vision de l'intérieur d'une campagne conduite par des soldats expérimentés. Mission de reconnaissance suicidaire menée par certains, tandis que d'autres tenteront de tenir le siège de la dernière chance. Un roman qui nous plonge avec un grand réalisme dans le quotidien de héros de guerre. Un récit viril qui donne la parole à de fortes têtes promettant quelques escarmouches et autres montées de testostérone. Car ce sont avant tout des soldats et ils ne font pas toujours dans la dentelle, il faut bien le dire. Même si on retrouve bien l'esprit de solidarité et d'esprit d'équipe propres à tous les militaires, à force de partager un quotidien, des conflits éclatent et donnent du relief à l'intrigue. 

Thibaud Latil-Nicolas excelle dans l’écriture d'un texte dans lequel le mercenaire est le héros. Une thématique déjà explorée par Fabien Cerutti et son devenu célèbre Bâtard de Kosigan (Mnemos), ou Pierre Pevel avec son cycle du Haut-Royaume (Bragelonne). Thibaud Latil-Nicolas s'est réapproprié les codes pour nous livrer une chevauchée fantastique nous menant aux confins de son univers sombre et mystérieux. Une intrigue prenante qui nous happe du début à la fin. Un titre qui prend tout son sens dans les dernières lignes du roman et qui nous ouvre des perspectives pour la suite. 

Voici une petite pépite qui n'a pas fini de rayonner aux éditions Mnemos. 

Fantasy à la carte

Thibaud Latil-Nicolas
Chevauche-Brumes
Editions Mnemos

A lire aussi la Pépite de l'Imaginaire 2018 des éditions MnemosLa Crécérelle de Patrick Moran. 

17/02/2019

Damien Snyers, La Stratégie des As, collection Hélios, éditions ActuSF

La Stratégie des As de Damien Snyers vient de sortir en poche chez Hélios. L'occasion pour Fantasy à la carte de faire connaissance avec cette jeune plume de l'Imaginaire. Je remercie déjà les éditions ActuSF pour la réception de ce Service de Presse. 


"Nouvelle plume francophone de fantasy"

Ce roman est né d'un défi que Damien Snyers et une amie se sont lancé. Celui d'écrire une nouvelle d'au moins deux pages où il serait question de troll. Très inspiré, Damien Snyers s'est laissé prendre au jeu donnant corps à une intrigue plus vaste. 

Le récit nous met en présence d'un trio d'amis formé d'un troll, d'un elfe et d'une demie. Tous sont des arnaqueurs à la petite semaine. Ils montent des coups pour survivre. Leurs numéros sont bien rodés. Un soir, alors qu'ils sont en pleine partie de cartes truquée, l'elfe prénommé James est abordé par un inconnu. Ce dernier lui annonce, tout de go, qu'il a vu clair dans leur jeu mais au lieu de les dénoncer, il souhaite leur proposer un nouveau coup. L'appât est tel que James ne peut y résister. Subtiliser un diamant chez un particulier. C'est presque trop facile. Enfin, à ce qu'il croit. Les enjeux sont grands, il ne faudrait pas tout foirer à la dernière minute, n'est-ce pas ? 

Inspiré par les films de braquages et autres casses du siècle, Damien Snyers nous livre un récit de fantasy diaboliquement efficace. Mené d'une main de maître, ce récit nous transporte dans un univers imaginaire mêlant subtilement steampunk et fantasy.  


"Un roman écrit un peu sur le modèle du Bon, de la Brute et du Truand"

L'auteur met en scène des créatures communes à cette culture populaire. Les elfes arborant leur jeunesse presque éternelle et leurs fines oreilles, et les trolls avec leur stature imposante. Il y ajoute des sang-mêlés que l'on qualifie de demis. Ils sont issus d'une union entre humain et elfe. Voilà pour le côté fantasy

A cela, il faut compter sur une action qui se déroule dans un XIXe siècle revisité à la sauce steampunk. Il nous transporte dans une version parallèle de Cracovie, à Nowy-Krakow. Une ville touchée par le modernisme où la vapeur est la nouvelle énergie durable et non polluante. Damien Snyers imprègne son récit de son côté écolo. 

Plus qu'une histoire de voleurs, l'auteur a donné du relief à ses héros. James, le narrateur n'est pas qu'un simple truand. Il a une certaine classe et un code même si tuer ne le dérange pas. Néanmoins, il ne le fait qu'en dernier recours. Ça change tout, non ? En bon professionnel, il s'adapte à toutes les situations. Caméléon et comédien, il joue tous les rôles pour arriver à ses fins. Et comme on est bon public, on se régale de ses aventures rocambolesques. Son amie Elise est son modérateur en quelque sorte. Elle lui remet les pieds sur terre quand c'est nécessaire. Douce, elle nous est tout de suite attachante. Jorg, le troll, quant à lui, est déjà intéressant rien que par sa présence. S'associer à d'autres races pour escroquer, reconnaissez que ce n'est pas banal! En plus, il est gentil et serviable. Avec un tel trio de héros, Damien Snyers bouscule toutes nos certitudes et nos connaissances sur le sujet. C'est brillant! Quant aux autres personnages, je vous laisse le loisir de les découvrir par vous-même et de forger votre propre opinion. 

Le charme opère de suite. L'intrigue est bien construite. L'imaginaire est fouillé. Un roman qui pourrait en réconcilier plus d'un avec la littérature fantasy. Une pépite tout simplement.


Fantasy à la carte

Damien Snyers
La Stratégie des As

10/02/2019

Robin Hobb, Le Destin de l'Assassin, tome 6, Le Fou et l'Assassin, éditions Pygmalion

Le Destin de l'Assassin signe la fin des aventures du plus célèbre des héros de Robin Hobb. Séquence émotion et nostalgie pour les lecteurs de cette belle plume de fantasy


"Dernier volet de l'une des plus grandes sagas de fantasy"

En lisant ce sixième et dernier opus, je me revois quelques années en arrière lorsque je terminais Adieux et Retrouvailles. En effet, la même émotion m'étreignait le cœur. C'est ainsi lorsqu'on est happé par un cycle, lorsqu'on s'attache à des héros, c'est toujours poignant de savoir que l'on vit ses derniers moments en leur compagnie. Même si Robin Hobb nous a fait l'immense plaisir de nous remettre sur la route de Fitz, j'ai bien conscience que ce tome annonce une séparation définitive. Commencer cette lecture avec ça en tête permet de l'apprécier d'autant plus. 

Le Destin de l'Assassin conduit Fitz à Clerres avec pour mission de libérer sa fille, si possible, et de venger son ami le Fou pour tout ce que les Serviteurs lui ont fait subir pendant des années. Clerres est devenu un lieu de souffrance et d'abomination que les deux amis souhaitent raser. En tout cas, c'est avec cette idée en tête que Fitz, le Fou, Lant, Persévérance et Braise débarquent là-bas. Abeille agissant de son côté pour se libérer seule, la situation promet de se complexifier. Sortir de cet infâme nid de vipères risque d'être des plus difficiles car la résistance promet d'être musclée. 


"Sortez les mouchoirs, l'émotion est au rendez-vous"

Un ultime roman qui va jouer avec nos nerfs car toutes les finalités sont possibles. Fidèle à elle-même, Robin Hobb joue beaucoup avec les émotions. Elle continue d'explorer la psychologie de ses personnages et nous fait ressentir mille et un sentiments vis à vis d'eux. Cette saga est un ascenseur émotionnel qui nous fait humidifier plus d'un mouchoir.

Personnellement, j'en ai apprécié chaque roman et les lire a été pour moi un plaisir renouvelé.

L'Assassin Royal demeure à mes yeux le cycle de fantasy le plus addictif lu à ce jour. Aussi incroyable que cela puisse être et malgré les très nombreux tomes, je ne m'en suis lassé à aucun moment. C'est la grande qualité de cette autrice qui nous livre une grande aventure sans le moindre signe d’essoufflement.

Ce dernier cycle qui vient fédérer plusieurs de ses sagas est un défi réussi pour cette autrice qui parvient à réunir avec brio toutes ses histoires tout en y apportant toujours plus de détails. 

Clap de fin pour FitzChevalerie, alors bouclez votre ceinture car ça va déménager!

Fantasy à la carte

Le Destin de l'Assassin
Tome 6
Le Fou et l'Assassin

03/02/2019

Lionel Davoust, Les Questions Dangereuses, collection Hélios, éditions ActuSF

En republiant Les Questions Dangereuses (anthologie, Dimensions de Capes et d'Esprit, volume 2, éditions Rivière Blanche), Actusf accueille dans sa collection Hélios une figure de la fantasy française: Lionel Davoust. Avec de nombreux romans et nouvelles à son actif, cette plume a su s'imposer avec les années. Découverte avec Port d'Âmes, ce premier partenariat de l'année avec les éditions ActuSF me donne l'occasion de renouer avec ses histoires. 


Réédition d'une nouvelle de Lionel Davoust

Lionel Davoust appartient à cette caste d'auteurs qui transcendent le genre par leur imaginaire. A partir d'un thème imposé, il écrit ici un récit à la fois original, drôle et burlesque. Il explore un univers auquel on ne s'attend pas. En effet, il surfe sur le courant cape et d'épée en se le réappropriant et produit un texte plein de charme. Mais attention aux inconditionnels d'Alexandre Dumas, votre susceptibilité pourrait être écornée au passage. Il le dit lui-même dans l'entretien qui fait suite à la nouvelle, il ne fait pas partie de ses admirateurs. Mais qu'à cela ne tienne, on passe un bon moment en sa compagnie. Trêve de bavardage, jugez plutôt. 

1637, par une journée pluvieuse et triste, une bien prestigieuse et royale assemblée est réunie dans le parc du château de Déversailles pour rendre un dernier hommage au très regretté disparu Sigismond Frédéric. La cérémonie aurait pu être banale si le docteur Jean Lacanne ne s'était pas pris un carreau d’arbalète dans la gorge, le tuant sur le coup. Il n'en faut pas plus au courageux mancequetaire Thésard de la Meulière, armé de son libram pour partir en quête du coupable.  


Un cape et d'épées revisité

On l'aura compris, ceci n'est pas l'aventure de mousquetaire ordinaire. Car ce n'est pas armés d'une épée que ces gentilshommes d'un autre style combattent mais plutôt avec un libram en mains, autrement dit un ouvrage dans lequel ils lisent les énigmes qu'ils lancent à leur adversaire pour les terrasser si ces derniers se retrouvent dans l'impossibilité de les résoudre. Une manière bien atypique de régler ses conflits. Or, c'est dans cet univers décalé que Lionel Davoust a décidé de nous embarquer.

Ce court récit parfois parodique, à travers ses nombreux clins d’œil à des personnalités qui ont marqué leur siècle comme Sigmund Freud, nous fait passer un moment fort récréatif. L'auteur n'a pas lésiné sur certains travers les exagérant au besoin afin de répondre aux exigences de la commande tout en prenant du plaisir à ridiculiser au passage un genre qu'il n'affectionne pas particulièrement lui-même. 

Faire rire par l'écriture est un exercice de style dans lequel Lionel Davoust excelle avec beaucoup de talent. Alors ne vous privez donc pas, amis lecteurs, de lire ou relire une nouvelle rééditée ici accompagnée d'un long entretien fort instructif, je dois dire.

Fantasy à la carte

Les Questions Dangereuses
Collection Hélios