L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

31/03/2020

Philippe Auribeau, Ecarlate, collection Les 3 souhaits, éditions ActuSF

Howard Phillips Lovecraft est un écrivain fondamental qui a inspiré des générations d'auteurs d'imaginaire. Les éditions ActuSF lui ont consacré de nombreuses publications afin de lui rendre hommage. 

En mars, ils continuent sur leur lancée en nous proposant une nouvelle fournée avec Le guide Lovecraft de Christophe Thill (collection Hélios, déjà disponible en numérique) et Lovecraft en 25 œuvres essentielles de Bertrand Bonnet (uniquement en version numérique). Côté roman, ils nous proposent Écarlate de Philippe Auribeau. Celui qui s'est illustré en écrivant L'Héritage de Richelieu, la suite des Lames du Cardinal de Pierre Pevel, change de registre et nous propose aujourd'hui un polar fantastique. J'en profite pour remercier Jérôme Vincent et les éditions ActuSF pour l'envoi de ce service de presse qui est arrivé juste à temps.  

1931, à Providence, un odieux crime vient d'être commis dans un petit théâtre de quartier. Dépêché sur les lieux, l'agent fédéral Thomas Jefferson, accompagné de ses deux associés, Caleb Beauford et Diane Crane, sont chargés de mener l'enquête. Les quatre victimes ont été retrouvées dépecées, certaines éviscérées, d'autres énuclées. La scène de crime est insoutenable. Mais de cette curée, une femme a survécu. Transportée en état de choc à l'hôpital, elle ne sera pourtant pas d'une grande aide à notre trio d'enquêteurs. Alors qui a perpétré cet odieux crime à la mise en scène écœurante ? Est-ce le gardien qui a pris la fuite avant l'arrivée de la police ? Est-ce que les petits mafieux du coin y son mêlés ? ou bien est-ce une vengeance pour jeter le discrédit sur un sénateur influent ? L'affaire est épineuse mais le sémillant Thomas Jefferson est un homme têtu qui compte bien éplucher le passé de chacun pour trouver le ou les coupables. 

Dans Écarlate, Philippe Auribeau a choisi d'enchaîner des chapitres courts pour dynamiser son récit : le rythme y est nerveux et le suspense, haletant. 

La première des choses remarquables à dire sur ce roman est que c'est un polar uchronique bourré de références ou de rencontres de personnes ayant réellement existées. A travers cette démarche, l'auteur démontre sa volonté d'inscrire sa fiction dans une réalité historique. 

Il nous plonge dans une Amérique des années 30, juste après le krach boursier de 1929, marquée par la misère, la xénophobie et la prohibition. C'est dans cette conjoncture de défiance qu'il fait débarquer son trio étonnant de héros à Providence

Voici une association surprenante pour l'époque que l'auteur se plaît d'ailleurs à mettre régulièrement en exergue. Il y a d'abord Thomas Jefferson qui correspond au stéréotype de l'agent fédéral bien né à l'éducation irréprochable. Flegmatique et aristocrate, Jefferson joue son rôle d'enquêteur fringant à la perfection. Plus étonnant sans doute est son assistante, Diane Crane, qui au contraire de ce que les apparences peuvent laisser supposer, est une femme forte et indépendante qui sait se sortir de toutes les situations. Enfin, Caleb Beauford n'est pas, quant à lui, le simple chauffeur noir Américain de Jefferson que l'on pourrait croire aux premiers abords. Grand ami de l'agent fédéral, ses modestes origines lui permettent de recevoir les confidences des communautés les plus pauvres. C'est donc en combinant leurs déductions et leurs découvertes respectives qu'ils seront à même de résoudre cette épineuse affaire. 

En plaçant La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne au cœur de son intrigue, Philippe Auribeau met à l'honneur la littérature américaine du XIXe siècle. Ce pamphlet contre la société puritaine, fondatrice des treize colonies de la côte Est lui donne l'opportunité d'introduire une dimension fantastique dans son livre. En effet, les ancêtres de Nathaniel Hawthorne ont participé à la terrible chasse aux sorcières de 1692. Or, derrière ce sanglant assassinat mis en scène dans Écarlate, on est en droit de s'interroger sur l'aspect "rituel" de ce crime. La manière dont les corps sont disposés pousse à toutes les spéculations. Passée l'impression de désordre, on peut finalement voir dans cette scène une organisation macabre qui répond à un but précis. D'ailleurs, sa rencontre avec un certain H.P. Lovecraft va orienter Thomas Jefferson vers le milieu occulte. En s'intéressant de plus près aux mythes de la Nouvelle-Angleterre, nos investigateurs pourraient bien pousser la porte d'un monde invisible et effrayant qu'ils auraient sans doute préféré ne pas connaître. 

L'ombre de Lovecraft plane indéniablement sur ce livre ; l'hommage à son oeuvre y est omniprésente. 

Avec Écarlate, Philippe Auribeau n'a pas son pareil pour planter un décor, installer un rythme et une ambiance, et plonger le lecteur dans une enquête captivante qui donne la chair de poule. 

Fort bien écrit, Écarlate a su capter mon attention dès les premières lignes au point qu'il est difficile de s'en détacher surtout lorsque se présente la dernière page. C'est une lectrice frustrée qui vous le dit, j'espère juste lire de nouvelles aventures de ces rocambolesques personnages.   

En s'appropriant avec le même talent aussi bien le thriller fantastique que la fantasy, Philippe Auribeau enrichit l'imaginaire français de sa plume caméléon. 

Fantasy à la Carte

Informations

Philippe Auribeau
Écarlate
Collection Les 3 Souhaits
496 pages
978-2-37686-242-0
Editions ActuSF

27/03/2020

Eric Holstein, D'or et d'émeraude, collection Hélios, éditions ActuSF

Eric Holstein, D'or et d'émeraude, collection hélios, éditions ActuSF

D'or et d'émeraude est sorti en poche, chez Hélios, en 2017. L'histoire de ce roman est intéressante car il est né suite à une suggestion de Thibaud Eliroff (éditeur chez J'ai Lu et Pygmalion) : il a proposé à Eric Holstein d'écrire un récit se déroulant en Colombie. 

En outre, ce livre a reçu les conseils avisés de figures de l'imaginaire comme Xavier Mauméjean et Audrey Petit, ainsi que l'encadrement de Nathalie Weil (directrice des éditions Mnémos) lors de sa première publication. Cela lui a été très profitable puisqu'il reçoit le prix Bob Morane à sa sortie. 

Après de telles recommandations, on ne peut donc que s'attendre à un roman de qualité. Je le lis aujourd'hui grâce à Annaïck de La Bibliothèque d'Aelinel qui m'a fait gagner le concours qu'elle organisait pour fêter les quatre ans de son blog en partenariat avec les éditions ActuSF. Je la remercie bien évidemment pour ledit concours ainsi que pour la belle lecture qu'elle m'offre. 

Avec D'or et d'émeraude, on embarque pour la Colombie pour y retrouver Simon qui vient d'arriver à Bogotá. Adopté 25 ans plus tôt par un couple de Français, il compte sur ce retour aux sources pour en savoir plus sur ses parents. Bien qu'handicapé par sa non-maîtrise de la langue espagnole, il va tout de même très vite nouer des liens qui vont l'éclairer - et même plus encore - sur ce qu'il est venu chercher. 

A travers la quête d'identité d'un homme, Eric Holstein met en lumière la terrible destinée d'un peuple qui subit les outrages d'un colonialisme violent. 

De son récit s'élèvent de nombreuses voix qui prennent la parole chacune à leur tour pour nous conter un peu de leur destin, toutes intiment liées à l'histoire de la Colombie. Ainsi, on passe un certain temps en compagnie de Gonzalo Jiménez de Quesada et de ses hommes au moment où ils accèdent, en 1537, à l'Altiplano cundiboyacense (Cordillère orientale des Andes située entre les actuels départements de Cundinamarca et de Boyaca). Par ce choix, l'auteur inscrit son récit dans une uchronie en mettant en exergue l'expédition des conquistadors espagnols qui soumirent brutalement les Muiscas (appelés aussi les Chibchas). 

Or, c'est bien cette communauté précolombienne qui est au cœur de ce livre. Elle est à l'origine du mythe d'Eldorado après lequel courraient justement les Espagnols. Eric Holstein nous immerge ici dans leur us et coutumes en nous faisant partager leur quotidien ainsi que celui des colons. Les rites et les traditions y sont importants comme celle de l'intronisation de chaque nouveau souverain. Recouvert de poussière d'or, ce dernier doit plonger dans le lac sacré de Guatavita pendant que la foule y jette des objets de valeurs, comme de l'or et des émeraudes. A l'image des croisades de ses prédécesseurs, Quesada espère aussi y trouver des terres fertiles et des richesses. 

D'or et d'émeraude dessine une histoire qui s'est écrite dans le sang. L'auteur mêle habilement fiction et réalité pour rendre hommage à une Colombie oubliée. 

Il s'appuie sur la mythologie chibcha et notamment la divinité Bochia pour faire jaillir le fantastique dans son texte accordant à certains de ses personnages des pouvoirs surnaturels. 

Finalement, ce roman est un patchwork de petites histoires, parfois déconcertantes, qui nous rappellent les conséquences désastreuses sur les populations assimilées et l'importance de ne jamais oublier ses racines. 

Avec D'or et d'émeraude, Éric Holstein signe un roman inattendu pour le genre, autant pour le choix de l'histoire que le lieu de l'action, mais qui est aussi saisissant de vérité que d'émotion. 

Fantasy à la Carte
A lire aussi l'avis de La Bibliothèque d'Aelinel.  

Informations

Eric Holstein
D'or et d'émeraude
Collection Hélios
472 pages
978-2-36629-852-9
Editions ActuSF

24/03/2020

Jean-Daniel Doutreligne, Ombruscus, éditions L'Alchimiste

Les éditions L'Alchimiste accueillent régulièrement dans leur catalogue des nouvelles plumes qui vont marquer l'imaginaire de demain. Après vous avoir parlé des deux premiers tomes de Lyon des Cendres de H.A. Laymore, je vous propose aujourd'hui de découvrir Ombruscus de Jean-Daniel Doutreligne. Avec lui, la fantasy compte une nouvelle voix qui semble porteuse de tout ce que l'on apprécie dans ce genre. Je remercie d'ailleurs Lionel Cruzille pour m'avoir offert cette lecture en avant-première.

Ombruscus nous propulse sur une étrange île où les habitants sont comme prisonniers. En effet, chaque nuit ils doivent revêtir un masque pour échapper au Cauchemar. Son port est donc obligatoire sous peine de perdre la vie. Tout le monde le sait : alors pourquoi maître Val s'est laissé surprendre en pleine rue au coucher du soleil ? Tim, son apprenti, est abasourdi d'apprendre sa mort. Sur le point de devenir lui-même Missionnaire, il est contraint, pour achever sa formation, d'accompagner l’irascible Ver-de-Cendre afin de le seconder dans son enquête sur le meurtre d'un confectionneur de masques. Tous deux seront rejoints par la célèbre kalligraphe Axelle de Montbrune dont l'aide ne sera pas de trop au vu des dangers que cette mission implique. L'affaire pourrait bien se compliquer et entraîner des révélations qui en ébranleront plus d'un.  

Ombruscus est un roman qui se lit comme un jeu de pistes. Jean-Daniel Doutreligne y enchaîne les énigmes lui insufflant ainsi une bonne dose de suspense qui nous tient en haleine. L'univers dépeint est sombre et mystérieux. Des meurtres sont commis et des manipulations sont mis à jour. Un roman qui réserve finalement son lot de surprises presque à chaque chapitre. On accroche sans mal à cette intrigue très rythmée bien construite.  

De plus, la fantasy y est très marquée. L'auteur a imaginé un monde onirique où la magie s'exprime pleinement. En plus des nombreuses créatures que l'on rencontre, certains êtres maîtrisent la kalligraphie, une science occulte, qui par la représentation de symboles, donne du pouvoir. Les artefacts magiques occupent également une place importante. Ils sont d'ailleurs au centre des enjeux de ce récit. Ce sont des objets de puissance qui soulèvent toutes les convoitises. Or, qui dit grand pouvoir, dit avidité. Dans l'univers inventé par Jean-Daniel Doutreligne, le mal rôde et noircit de nombreuses âmes. Ainsi, certains pervertissent leur art magique et deviennent des Nécrographes. Ils en tirent un pouvoir plus grand qui leur sert même à tuer si nécessaire. Un roman qui joue beaucoup sur la thématique de la lutte du Bien et du Mal que l'on retrouve souvent en fantasy

Les personnages ne manquent pas dans ce livre. Jean-Daniel Doutreligne revisite toutes les figures archétypales des héros de fantasy. Le plus bel exemple reste celui de Tim qui arrive au terme de son apprentissage. Il a encore des épreuves à passer, d'autant plus qu'il rêve en secret de devenir kalligraphe. Courageux et touchant, on se plaît en sa compagnie, surtout qu'il appartient aux héros typiques de ce genre littéraire. Ver-de-Cendre, quant à lui, est un magicien puissant mais soupe au lait. Souvent cruel, il est intransigeant et exigeant avec les autres et notamment avec Tim qu'il a pris sous son aile. A contrario, Ver-de-Cendre représente ce que l'on déteste. Secret, il a plus d'un tour dans son sac pour nous surprendre.  Axelle de Montbrune est une kalligraphe mercenaire qui vend ses services au plus offrant. Pour le coup, elle casse les codes habituels et démontre qu'une femme peut également marcher sur les plates-bandes des hommes

Tous ces personnages, avec leur personnalité forte, donnent à cette histoire son caractère addictif. Attachants ou horripilants, drôles ou ridicules, on passe facilement du rire aux larmes en leur compagnie.

Complots, ésotérisme, suspense : rien ne manque à ce récit pour plaire aux amateurs de bonne fantasy

Fantasy à la Carte

Jean-Daniel Doutreligne
Ombruscus
Editions L'Alchimiste

17/03/2020

J.R.R. Tolkien, Les Enfants de Hurin, éditions Pocket

Christopher Tolkien a passé sa vie à décortiquer le travail de son père. A partir des nombreux brouillons, des textes inachevés et des versions différentes, il a voulu mettre en lumière certains temps forts du Premier Age. Ce sont tous ces destins ébauchés dans les Contes Perdus qu'il a repris un par un afin de les faire publier de manière individuelle et sous un nouvel angle. 

Je vous ai déjà parlé sur le blog de Beren et Luthien et de La Chute de Gondolin, je reviens aujourd'hui avec un texte édité antérieurement, Les Enfants de Hurin.  Je remercie d'ailleurs ma bonne amie Mathilde qui connaît mon goût prononcé pour la fantasy et les œuvres du maître incontestable du genre, J.R.R. Tolkien et m'a donc offert ce présent livre. 

Les Enfants de Hurin est le plus long conte écrit par J.R.R. Tolkien. Il y relate essentiellement le sombre destin de Turin, fils de Hurin qui est victime de la malédiction de Morgoth condamnant sa lignée à l'errance. Dès son plus jeune âge, Turin est contraint de quitter Dor-lomin et sa mère suite à l'invasion des Orientaux pour trouver refuge au Doriath. Là-bas, il est adopté par le roi Thingol. Mais jalousé par Saeros, le plus proche conseiller royal, qui ne cherche qu'à le conduire à sa perte jusqu'à ce que sa funeste entreprise le tue lui-même. Seulement, craignant le jugement de Thingol, Turin choisit de reprendre la route et se joint à une bande de hors la loi. Après moult péripéties, il rejoint le Nargothrond, un autre royaume elfique. C'est là-bas qu'il rencontre pour la première fois le dragon Glaurung et sera d'ailleurs victime de son ensorcellement lui faisant oublier l'existence des siens. Après être retourné au Dor-lomin et avoir découvert sa maison familiale saccagée et vidée de ses occupantes, il arrive au Brethil où il s'installe parmi les forestiers. Il y retrouve sa sœur Nienor sans la reconnaître. Tous deux victimes du sort d'oubli du dragon, ils tombent éperdument amoureux l'un de l'autre et se marient. Mais la paix ne dure pas et les orques accompagnés de Glaurung sont à nouveau aux portes du royaume. Turin y voit l'occasion de tendre un piège au dragon et de s'en débarrasser une bonne fois pour toutes. Au vu des terribles coups du sorts que la vie lui a réservés jusque-là, on se demande bien comment cela va tourner pour lui ? 

Grâce au travail minutieux de Christopher Tolkien, on fait une nouvelle escale au Premier Age de la Terre du Milieu. Il a donné une grande cohérence à ce texte en cherchant à partir des différentes versions à fournir la plus complète possible. A travers les pérégrinations de Turin, J.R.R. Tolkien met en lumière les agissements de Morgoth et de ses troupes infernales qui redessinent les royaumes des hommes et des elfes. La guerre rythme la vie de ces habitants qui subissent régulièrement les assauts des orques. Et Turin est au cœur même de ces nombreux conflits et participe à quelques batailles mémorables. 

Turin est un personnage sombre et tortueux. Il est fier et coléreux, ce qui lui vaut quelques déconfitures. J.R.R. Tolkien n'est pas tendre avec ce héros, et ne lui épargne aucune blessure. Ainsi, sa vie est parsemée de drames. Cela fait de lui un être dur mais il n'en reste pas moins un guerrier émérite qui affiche fièrement le Heaume du Hador, au moment opportun, des affrontements auxquels il a participé. Il rappelle ainsi son appartenance à cette prestigieuse lignée et à sa filiation avec le grand héros que fut son père Hurin. 

A travers ses récits, J.R.R. Tolkien aime brosser le portrait de héros étonnants, courageux, à la destinée remarquable. Aussi, Turin lui permet d'explorer le côté sombre d'un homme de bien qui subit une malédiction le contraignant à emprunter des chemins tortueux et à faire de mauvais choix. Finalement, cette destinée exceptionnelle apporte tout le palpitant à ce récit. 

Il y a des temps forts dans ce conte qui dynamisent la lecture. Ainsi, les passages mettant en scène le dragon Glaurung sont particulièrement réussis. Tous les dragons dépeints par J.R.R. Tolkien sont d'abjectes créatures. Rusées et malines, elles n'agissent que dans leur intérêt. A l'image de Smaug, Glaurung apprécie aussi de s'emparer des richesses d'autrui. Doués d'intelligence et de paroles, ils font preuve d'esprit et de cruauté donnant du fil à retordre à ceux qui les affrontent. 

Leur présence en plus de la féerie qui se dégage des royaumes elfiques décrits donnent à ces récits leur caractère merveilleux que l'on recherche tant en fantasy


En rééditant ces textes fondateurs, Christopher Tolkien démontre combien l'oeuvre de son père est si colossale qu'elle ne nous a pas encore tout révélé. 

Fantasy à la Carte

A lire aussi sur le blog les avis sur Beren et Luthien et La Chute de Gondolin

J.R.R. Tolkien
Les Enfants de Hurin
Editions Pocket

13/03/2020

Emmanuel Chastellière, Célestopol, éditions Libretto

Parmi les auteurs de l'imaginaire français dont il faut avoir lu au moins un livre, il y a Emmanuel Chastellière. Après avoir découvert L'Empire du Léopard dans le cadre du "Mois de" en partenariat avec Book en Stock, je reviens avec Célestopol, un autre de ses titres.

Pour mémoire sa sortie en librairie avait bénéficié de quelques belles retombées, notamment un lancement chez Babelio qui n'était pas passé inaperçu dans le milieu. 

Célestopol est un recueil de nouvelles dont l'action se passe justement à Célestopol, une magnifique cité construite sur la lune. 

N'ayant pas d'affinité particulière pour les thématiques qui traitent d'exploration de l'espace ou de colonisation des autres planètes de notre système solaire, je suis agréablement surprise d'avoir d'emblée apprécié ce livre. Il faut croire que la qualité de conteur d'Emmanuel Chastellière est exceptionnelle. En tout cas, je le remercie de m'avoir offert l'opportunité de lire ce service de presse. 

XXème siècle. Dans la course pour la conquête de l'espace, l'empire de Russie a remporté la première manche. En effet, les Russes ont réussi le tour de force d'annexer la lune en y édifiant une majestueuse cité abritée sous un dôme, pourvu en oxygène permettant ainsi aux habitants d'y vivre comme s'ils étaient sur la terre. Cette folie des grandeurs, on la doit au duc Nikolaï, un homme un poil mégalomane, qui s'est retrouvé exilé ici par la Tsarine.  Pour lui, c'est surtout une opportunité pour asseoir sa soif de domination et marquer l'Histoire. 

Célestopol, c'est quinze nouvelles qui se lisent comme des instantanés, c'est à dire autant de moments marquants dans la vie des nombreux personnages qu'Emmanuel Chastellière met en scène ici. Alors que certains ne sont que de passage, d'autres s'installent durablement entre ces lignes. En effet, dans cet ouvrage, l'auteur multiplie les crossover. Ainsi, on retrouve certains protagonistes à plusieurs reprises comme Tuppence Abberline qui ouvre ce recueil avec "Face cachée", proposant ici une enquête étonnante. A Tuppence de comprendre comment le Neptune, le navire spatial ducal, peut essuyer défaite sur défaite face à l'Asmodée du Kaiser. Nous sommes dans une régate spatiale qui oppose toutes les puissances du nouveau monde. Un autre duo fait régulièrement des incursions dans Célestopol. Il s'agit de Arnrun, accompagné de l'ours Wojtek, deux mercenaires souvent dépêchés pour régler d'épineux problèmes. Voici deux enquêteurs surprenants mais non moins efficaces. Pour preuve, ils ont la confiance du duc Nikolaï. C'est d'ailleurs lui qui les engage dans "Le chant de la lune" pour découvrir les raisons de la mystérieuse disparition de certains convois censés ramener l'eau pour alimenter la ville. Même si au final, ils se retrouvent pris à partie par une secte d'illuminés affirmant entendre la lune leur parler. 

En fait, beaucoup de héros que l'on rencontre au fil des pages gravitent autour du duc Nikolaï, ce qui fait de lui l'élément fédérateur de ces textes. Une aura de mystère plane autour de ce personnage. Figure d'autorité, un brin coléreux, beaucoup de gens le craignent. Certains le disent immortel mais personne ne connaît vraiment les sombres secrets qui habitent cet être torturé, à moins de lire "Tempus fugit" qui pourrait ne pas être avare en révélations. 

Finalement, derrière le duc Nikolaï, c'est aussi et surtout Célestopol qui est mis en avant. L'auteur a presque érigé cette ville lunaire au rang de personnage. Omniprésente dans chaque nouvelle, on cherche surtout à percer ses mystères. Elle éveille notre curiosité et réalise nos fantasmes d'explorateurs. Elle est une utopie que beaucoup ont rêvé depuis le premier pas de l'homme sur la lune. Elle est à la fois un personnage et l'univers même dans lequel ces nouvelles évoluent, en leur donnant un cadre rétro-futuriste où le steampunk s'épanouit par l'intermédiaire, par exemple, de tous ces automates que l'on rencontre ici ou là. Des automates qui ont su évoluer et cherchent même à s'émanciper de l'homme comme dans "Les lumières de la ville". 

Ce livre est à la confluence des genres. La présence du steampunk est indéniable mais d'autres notes viennent colorer ces récits. Ainsi, "Une note d'espoir" rend hommage au conte traditionnel russe à travers la figure de Baba-Yaga. Le romantisme slave trouve aussi sa place dans Célestopol lui ajoutant beaucoup de charme et suscitant pas mal d'émotions. Un recueil qui recèle finalement pas mal de magie et laisse exprimer allègrement la fantasy de cet auteur. Pensez à la présence de cet humain devenu un ours. Voilà quelque chose qui n'est pas banal !

Avec Célestopol, Emmanuel Chastellière nous met littéralement en orbite. La pluralité de ses histoires nous envoûtent tant que l'on n'a même pas envie de redescendre sur terre et de refermer ce livre. 

Fantasy à la Carte


Les avis ne manquent pas sur la blogosphère comme La Bibliothèque d'Aelinel, La Geekosophe, Just a Word, Au Pays des Cave Trolls

Emmanuel Chastellière
Célestopol
Editions Libretto

10/03/2020

Floriane Soulas, Rouille, éditions Scrineo

A peine sorti en librairie, Rouille s'est illustré en raflant quelques belles récompenses : le prix ActuSF de l'uchronie en 2018, le prix Imaginales des lycéens et le prix Chrysalis - European Science-Fiction Society en 2019. Voilà de quoi mettre en appétit tout bon lecteur d'Imaginaire, sans parler de la superbe couverture d'Aurélien Police qui nous tape dans l’œil de par sa beauté et sa sobriété. 

Rouille est un récit uchronique qui nous immerge dans un Paris steampunk

1897. Violante est la courtisane la plus connue du tout Paris. Elle est autant fantasmée par les hommes de la haute et basse société que jalousée par les femmes, mais elle s'en moque. Elle a bien d'autres soucis à gérer. Amnésique, elle ne se rappelle rien de son passé. Sa vie semble avoir débuté lorsque le proxénète Léon l'a trouvée à moitié morte dans une ruelle et l'a placée dans la célèbre maison close des Jardins Mécaniques. Alors qu'elle cherche à découvrir ses origines, sa meilleure amie Satine disparaît. Prostituée et toxicomane, le pire est à craindre pour elle, d'autant plus que d'inquiétantes disparitions se multiplient dans les bas quartiers de la ville. Que se passe-t-il ? Quel sordide criminel est à l'oeuvre ? Est-ce qu'un nouveau Jack L’Éventreur cherche à attirer l'attention ? 

Rouille cumule les points forts pour emporter l'adhésion du public.

Déjà, ce livre dépeint l'univers fascinant d'un Paris impérial revisité à la sauce steampunk. L'autrice a choisi de fracturer la capitale en deux parties distinctes avec, d'un côté les beaux quartiers protégés par un dôme, et de l'autre côté les quartiers populaires et miteux où les pauvres sont abandonnés à leur sort. Ce dôme concentre toutes les innovations devenues possibles grâce au modernisme. Ainsi, les transports bénéficient des dernières avancées techniques : des dirigeables envahissent le ciel et des fiacres mécanisés parcourent les rues parisiennes. C'est un Paris qui est à la fois enchanteur et effrayant. En effet, Floriane Soulas nous rappelle à travers ce récit que la Belle Epoque ne se résume pas seulement au froufrou des belles robes et au progrès. Elle délaisse bien volontiers les mondanités au profit de la vie industrieuse des gens de plus modestes conditions. Ainsi, on côtoie plutôt les prostitués, les caïds et la misère. 

En choisissant d'écrire une uchronie et de rester cohérente, elle a dû respecter les mœurs de l'époque et notamment les rapports entre les hommes et les femmes. La femme étant considérée comme le sexe faible, Violante se doit d'être respectueuse envers l'homme qui lui est supérieur. Quoi que son héroïne ne manque pas d'esprit d'indépendance. Avec beaucoup de finesse, elle arrive à faire entendre sa voix dans son entourage très masculin. Violante est un personnage intrigant à plus d'un titre. En alternant ses deux identités, elle est à la fois Duchesse, une courtisane cultivée qui charme par sa simple présence et Violante, une jeune femme courageuse, téméraire et tenace. Floriane Soulas envoie dans son roman un message résolument féministe, grâce à cette héroïne au caractère bien trempé.  

L'intrigue quant à elle est à la fois sombre et haletante. Toutes ces disparitions et ce sillage de cadavres mutilés éveillent notre curiosité de lecteur. 

Happés par le récit, on en oublierait presque de respirer. Clin d’œil volontaire ou non à l'oeuvre de Mary Shelly, je retrouve un peu de son esthétisme dans cette folie qui s'est emparée de la ville où ses habitants deviennent les cobayes d'un génie fou à lier.

Étiqueté Young Adult, Rouille plaira également aux plus grands. Avec ce livre, Floriane Soulas nous ouvre en grand les portes de son imaginaire et on ne demande seulement qu'à y retourner. 

Fantasy à la Carte

Découvrez les avis du blog Au Pays des Cave Trolls et La Bibliothèque d'Aelinel

Floriane Soulas
Rouille
Editions Scrineo

06/03/2020

Orson Scott Card, Le Septième Fils, tome 1, Les Chroniques d'Alvin le Faiseur, éditions L'Atalante

Orson Scott Card, Le Septième Fils, tome 1, 
Les Chroniques d'Alvin Le Faiseur
éditions L'Atalante

Qui n'a jamais entendu parler d'Orson Scott Card ?
Quand on est amateur d'Imaginaire, il est impossible de passer à côté de ce prolifique auteur de science-fiction qui s'est également beaucoup illustré en fantasy. Son cycle des Chroniques d'Alvin le Faiseur est considéré comme un grand classique du genre.

Une oeuvre incontournable que les éditions L'Atalante ont décidé de réactualiser en la rééditant dans une nouvelle version. Ainsi, Le Septième Fils vient juste de reparaître. Je remercie d'ailleurs Emma de m'en avoir proposer la lecture. 

Un premier tome qui nous plonge dans le quotidien d'une famille de colons cherchant à s'établir en Amérique. L'histoire débute par leur traversée mouvementée d'une rivière qui entraîne la perte du fils aîné et met en péril la naissance du septième. Or, justement, ce septième fils né d'un septième fils, prénommé comme son père, Alvin, n'est pas un enfant comme les autres, naissance exceptionnelle oblige ! Après tout, même la nature s'est opposée à sa venue. Il semble donc prédestiné à faire de grandes choses. Doté de pouvoirs, il saura sans aucun doute les maîtriser avec le temps. Ainsi, des forces sont à l'oeuvre autour de lui. Il suscite bien des attentions et pas toujours de personnes très recommandables. Finalement, tout le monde s'interroge sur son existence et nul ne sait encore si le bien ou le malin l'habite. Pour le savoir, il faudra donc lire tous les tomes de ce cycle. 

Les Chroniques d'Alvin le Faiseur est un récit uchronique qui se déroule au temps de l'émergence des Etats-Unis d'Amérique. Orson Scott Card a pris un grand soin dans les descriptions de la vie des colons de l'époque et notamment dans leur cohabitation avec les Indiens et les autres populations immigrées. Ainsi, Hollandais, Anglais, Scandinaves ou encore Allemands se côtoient dans une entente relative. La vie de ces familles est modeste et se résume souvent à la simple survie. Des communautés s'organisent autour du commerce et des lieux de culte. L'auteur met bien en exergue ici cette économie du troc qui assure la subsistance des populations nouvellement installées, ainsi que l'importance de construire des églises pour la prière et la communion. Il donne ainsi à son texte une grande pertinence faisant revivre une période importante dans l'Histoire des Etats-Unis. 

Pour apporter la touche de merveilleux, il s'est tout simplement appuyé sur la magie traditionnelle pratiquée par les pionniers américains. Nourrie par les superstitions et les diverses croyances, la magie prend des visages bien différents dans ce premier volet. Ange et démon se disputent souvent la vedette de ce livre. 

Au-delà de la théologie et de la spiritualité qui tiennent à cœur l'auteur, il aime aussi donner la primeur à de jeunes héros. Cela lui permet de se tourner vers le roman d'initiation qui mise beaucoup sur la quête d'apprentissage, inhérente au passage de l'enfance à l'âge adulte. Ainsi, on imagine sans mal tous les prodiges que le jeune Alvin va réaliser au fur et à mesure du récit. 

La fantasy d'Orson Scott Card prend forme par petites touches, déposées ici ou là, au gré de ses envies. Elle génère au même titre que son personnage principal beaucoup de fascination.

J'ai été conquise dès les premières lignes, ce roman est passionnant et plein d'émotions. Il évoque la condition de ces pionniers en quête d'eldorado mais aussi et surtout donne la parole à une famille rude et aimante. Grâce à la traduction de Patrick Couton qui a su trouver le bon patois donnant à ce cycle une ambiance très particulière, on prend un réel plaisir à s'y immerger et on le quitte à regret. 

Fantasy à la Carte

 A lire aussi sur le blog mes avis sur Le Prophète Rouge, L'Apprenti et Le Compagnon

Informations

Orson Scott Card
Le Septième Fils
Tome 1 
Les Chroniques d'Alvin le Faiseur
9791036000379
288 pages
Editions L'Atalante

03/03/2020

Raphaël Bardas, Les Chevaliers du Tintamarre, éditions Mnémos

Les Indés de l'Imaginaire est un collectif qui fait office d'incubateur de talents. Telles des chasseuses de têtes, les éditions Mnémos, ActuSF et Les Moutons électriques s'associent régulièrement pour dénicher les plumes françaises de l'Imaginaire de demain. Et quoi de mieux pour les mettre en valeur qu'un événement comme "Les Pépites de l'Imaginaire" ! 

Cela permet ainsi à des nouvelles voix comme celle de Raphaël Bardas de faire une entrée fracassante dans le catalogue des éditions Mnémos. Je remercie d'ailleurs Estelle Hamelin qui m'a convaincue de lire cet excellent service de presse. 

Les Chevaliers du Tintamarre relate avec beaucoup de légèreté les destins improbables de trois compères qui s'improvisent chevaliers. Silas, Rossignol et la Morue sont trois frères de cœur et de bibine qui sont d'ailleurs plus enclin à lever le coude dans leur rade habituel que leur rapière pour sauver la veuve et l'orphelin. Mais voilà que leur cité de Morguepierre devient le théâtre de phénomènes étranges, pour ne pas dire inquiétants : des marie-morganes sont retrouvées échouées sur la plage et des jeunes femmes innocentes se font enlever par un duo effrayant formé d'un nain et d'un garguelard. Les trois amis sentent bien que quelque chose de mauvais se trame. Alors qu'il pourrait s'en moquer, voilà que Silas se sent l'esprit chevaleresque. Depuis qu'il a vu une jeune femme se faire enlever sous ses yeux, il n'y tint plus, veut prendre part à l'enquête et enrôle ses copains dans l'aventure. Arpenter la ville, mettre à jour de sombres secrets et récolter au passage les lauriers, voilà de quoi occuper notre trio de joyeux lurons pendant un certain temps. Mais espérons pour eux qu'ils n'aggravent pas la situation, ou pire encore se mettent en danger. 

Avec ce premier roman, Raphaël Bardas ne manque pas d'audace et nous livre un récit plein de panache. 

Cette fougue, on la retrouve déjà dans ses personnages. Il nous brosse le portrait de héros à des années lumières de l’archétype habituel. Bagarreurs, frondeurs, séducteurs, Silas, Rossignol et la Morue donnent le ton à cette folle aventure. Usant d'un langage fleuri, ces canailles n'ont aucun mal à nous donner l'envie de les suivre dans leurs investigations qu'ils mènent à cent à l'heure. Même s'il sont plutôt du genre à agir sans réfléchir, ils arrivent à nous surprendre dans leurs déductions. A eux trois, ils forment un tout qui semble invincible. Au milieu de la testostérone et des combats de coqs, Raphaël Bardas n'a pas manqué d'ajouter une touche féminine à son récit. Aussi, la très belle Alessa aura son rôle à jouer dans cette histoire. Fière et indépendante, elle refuse de n'être qu'une énième amante et promet de tenir la dragée haute à cette bande de benêts. L'auteur nous rappelle ici le plaisir de partager un bon moment en compagnie de personnages atypiques. 

Les Chevaliers du Tintamarre, c'est aussi un bel univers fantasy qui s'exprime à travers la cosmopolite et rugueuse Morguepierre. On y rencontre par exemple un Kobold, conservateur de bibliothèque, des Alfes bibliothécaires, un dieu Ogre ou encore des moines Cyclopes. Raphaël Bardas se joue des codes du genre en sortant notamment les créatures du bestiaire merveilleux de leur environnement habituel pour les placer dans des situations inattendues. 

Il se dégage de ce livre une aura d'originalité sublimée par une intrigue prenante. 

Pour un premier roman, Raphaël Bardas a su déjà imposer son style gouailleur et taquin en nous offrant une lecture que l'on n'est pas prêt d'oublier

Fantasy à la Carte
A lire aussi l'avis de L'ours inculte

Raphaël Bardas
Les Chevaliers du Tintamarre
Editions Mnémos

01/03/2020

Emmanuel Chastellière L'Empire du Léopard, éditions Critic

Mars marque le retour du "Mois de" chez Book en Stock. Pour cette nouvelle édition, Phooka et Dup donnent la parole à Emmanuel Chastellière. Son dernier roman, La Piste des Cendres, l'a naturellement imposé par le retour de ce rendez-vous littéraire.

Je remercie le blog Book en Stock pour ce nouveau partenariat et je vous invite à aller y faire un tour tout au long du mois afin d'en apprendre plus sur cette plume montante de l'Imaginaire français. 

Même si - je ne vous le cache pas - je suis très curieuse de lire son nouveau roman, je vais tout de même commencer par vous parler de L'Empire du Léopard

Emmanuel Chastellière nous emmène au royaume de Cornado, et plus précisément dans sa colonie de la Lune d'Or. On y suit une communauté de personnages dont le colonel Cérès Orkatz. Elle est chargée  d'y maintenir l'ordre et d'assurer la sécurité du vice-roi, Philomé. La conquête a été difficile et est incomplète. Les lieux ne sont donc pas sûrs. De plus, Cérès doit faire avec un maigre bataillon de soldats tout en devant faire face aux assauts violents d'indigènes rebelles. En outre, l'empire du Léopard résiste encore au Cornado, ce qui pèse davantage sur l'avenir de la colonie. Or, l'arrivée d'une missive proposant un rapprochement entre le Cornado et l'empire grâce à un mariage arrangé risque d'ébranler les certitudes de chacun. Est-ce la bonne solution pour mettre un terme au conflit qui les oppose ? Ou est-ce un piège ? Nul ne sait comment les choses vont tourner. Mais tous devront prendre la route pour affronter leur destin. 

Déjà cinq romans à son actif et une vingtaine de nouvelles, le cofondateur du site Elbakin est un auteur prolifique. Il excelle avec les mots en arborant avec brio sa double casquette de traducteur et d'écrivain. 

L'Empire du Léopard est une oeuvre riche qui aborde moult thématiques. La plus importante est sans doute celle du colonialisme qui fait office de fil directeur de l'intrigue. En alternant les points de vue, l'auteur nous met aussi bien dans la peau des colons que dans celle des colonisés. L'immersion est ainsi totale. On goûte à la défiance, à l'incompréhension, à l'intolérance, inévitables lorsque deux cultures se rencontrent pour la première fois. Cela génère souvent des déceptions et des conflits. Emmanuel Chastellière explore d'ailleurs avec beaucoup de talent cette délicate situation. 

L'autre élément important au cœur de ce texte est la place qu'occupent la religion et les cultes. La diversité des croyances provoquent des étincelles et des heurts. Pour preuve, l'abandon des anciennes croyances au profit du culte du Soleil au sein de l'empire du Léopard démontre bien la faille d'un tel agissement. On ne peut nier les cultures des uns et des autres sous peine de recevoir un terrible retour de bâton. 

L'Empire du Léopard est un récit enlevé et intense qui nous tient totalement en haleine. Emmanuel Chastellière y dresse le portrait de nombreux personnages aux personnalités variées. On s'attache à eux au fil des pages. On apprécie leurs petites histoires ainsi que les complots qui ne manquent pas d'éclore ici ou là. Une pléiade de héros qui, avec leur singularité, pimentent bien ce récit, à l'instar du personnage majeur qu'est Cérès Orkatz. Militaire accomplie et guerrière-née, elle peut aussi faire preuve d'une grande humanité. Meneuse d'hommes, elle sait fidéliser ses troupes. Pour autant, elle n'est pas un soldat sans âme et nous dévoile au fur et à mesure du livre ses zones d'ombre, ses doutes, ses fêlures et ses attachements. Elle est un personnage complexe qui donne la mesure du travail accompli par l'auteur pour offrir à son histoire des personnages fouillés. 

L'Empire du Léopard, c'est le gage d'une lecture passionnante, fruit d'un auteur de talent dont on n'a pas fini d'entendre parler. 

Fantasy à la Carte

Retrouvez les avis du blog Au Pays des Cave Trolls, et de Dup de Book en Stock

Emmanuel Chastellière
L'Empire du Léopard
Editions Critic