L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

03/03/2020

Raphaël Bardas, Les Chevaliers du Tintamarre, éditions Mnémos

Les Indés de l'Imaginaire est un collectif qui fait office d'incubateur de talents. Telles des chasseuses de têtes, les éditions Mnémos, ActuSF et Les Moutons électriques s'associent régulièrement pour dénicher les plumes françaises de l'Imaginaire de demain. Et quoi de mieux pour les mettre en valeur qu'un événement comme "Les Pépites de l'Imaginaire" ! 

Cela permet ainsi à des nouvelles voix comme celle de Raphaël Bardas de faire une entrée fracassante dans le catalogue des éditions Mnémos. Je remercie d'ailleurs Estelle Hamelin qui m'a convaincue de lire cet excellent service de presse. 

Les Chevaliers du Tintamarre relate avec beaucoup de légèreté les destins improbables de trois compères qui s'improvisent chevaliers. Silas, Rossignol et la Morue sont trois frères de cœur et de bibine qui sont d'ailleurs plus enclin à lever le coude dans leur rade habituel que leur rapière pour sauver la veuve et l'orphelin. Mais voilà que leur cité de Morguepierre devient le théâtre de phénomènes étranges, pour ne pas dire inquiétants : des marie-morganes sont retrouvées échouées sur la plage et des jeunes femmes innocentes se font enlever par un duo effrayant formé d'un nain et d'un garguelard. Les trois amis sentent bien que quelque chose de mauvais se trame. Alors qu'il pourrait s'en moquer, voilà que Silas se sent l'esprit chevaleresque. Depuis qu'il a vu une jeune femme se faire enlever sous ses yeux, il n'y tint plus, veut prendre part à l'enquête et enrôle ses copains dans l'aventure. Arpenter la ville, mettre à jour de sombres secrets et récolter au passage les lauriers, voilà de quoi occuper notre trio de joyeux lurons pendant un certain temps. Mais espérons pour eux qu'ils n'aggravent pas la situation, ou pire encore se mettent en danger. 

Avec ce premier roman, Raphaël Bardas ne manque pas d'audace et nous livre un récit plein de panache. 

Cette fougue, on la retrouve déjà dans ses personnages. Il nous brosse le portrait de héros à des années lumières de l’archétype habituel. Bagarreurs, frondeurs, séducteurs, Silas, Rossignol et la Morue donnent le ton à cette folle aventure. Usant d'un langage fleuri, ces canailles n'ont aucun mal à nous donner l'envie de les suivre dans leurs investigations qu'ils mènent à cent à l'heure. Même s'il sont plutôt du genre à agir sans réfléchir, ils arrivent à nous surprendre dans leurs déductions. A eux trois, ils forment un tout qui semble invincible. Au milieu de la testostérone et des combats de coqs, Raphaël Bardas n'a pas manqué d'ajouter une touche féminine à son récit. Aussi, la très belle Alessa aura son rôle à jouer dans cette histoire. Fière et indépendante, elle refuse de n'être qu'une énième amante et promet de tenir la dragée haute à cette bande de benêts. L'auteur nous rappelle ici le plaisir de partager un bon moment en compagnie de personnages atypiques. 

Les Chevaliers du Tintamarre, c'est aussi un bel univers fantasy qui s'exprime à travers la cosmopolite et rugueuse Morguepierre. On y rencontre par exemple un Kobold, conservateur de bibliothèque, des Alfes bibliothécaires, un dieu Ogre ou encore des moines Cyclopes. Raphaël Bardas se joue des codes du genre en sortant notamment les créatures du bestiaire merveilleux de leur environnement habituel pour les placer dans des situations inattendues. 

Il se dégage de ce livre une aura d'originalité sublimée par une intrigue prenante. 

Pour un premier roman, Raphaël Bardas a su déjà imposer son style gouailleur et taquin en nous offrant une lecture que l'on n'est pas prêt d'oublier

Fantasy à la Carte
A lire aussi l'avis de L'ours inculte

Raphaël Bardas
Les Chevaliers du Tintamarre
Editions Mnémos

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire