L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

13/03/2020

Emmanuel Chastellière, Célestopol, éditions Libretto

Parmi les auteurs de l'imaginaire français dont il faut avoir lu au moins un livre, il y a Emmanuel Chastellière. Après avoir découvert L'Empire du Léopard dans le cadre du "Mois de" en partenariat avec Book en Stock, je reviens avec Célestopol, un autre de ses titres.

Pour mémoire sa sortie en librairie avait bénéficié de quelques belles retombées, notamment un lancement chez Babelio qui n'était pas passé inaperçu dans le milieu. 

Célestopol est un recueil de nouvelles dont l'action se passe justement à Célestopol, une magnifique cité construite sur la lune. 

N'ayant pas d'affinité particulière pour les thématiques qui traitent d'exploration de l'espace ou de colonisation des autres planètes de notre système solaire, je suis agréablement surprise d'avoir d'emblée apprécié ce livre. Il faut croire que la qualité de conteur d'Emmanuel Chastellière est exceptionnelle. En tout cas, je le remercie de m'avoir offert l'opportunité de lire ce service de presse. 

XXème siècle. Dans la course pour la conquête de l'espace, l'empire de Russie a remporté la première manche. En effet, les Russes ont réussi le tour de force d'annexer la lune en y édifiant une majestueuse cité abritée sous un dôme, pourvu en oxygène permettant ainsi aux habitants d'y vivre comme s'ils étaient sur la terre. Cette folie des grandeurs, on la doit au duc Nikolaï, un homme un poil mégalomane, qui s'est retrouvé exilé ici par la Tsarine.  Pour lui, c'est surtout une opportunité pour asseoir sa soif de domination et marquer l'Histoire. 

Célestopol, c'est quinze nouvelles qui se lisent comme des instantanés, c'est à dire autant de moments marquants dans la vie des nombreux personnages qu'Emmanuel Chastellière met en scène ici. Alors que certains ne sont que de passage, d'autres s'installent durablement entre ces lignes. En effet, dans cet ouvrage, l'auteur multiplie les crossover. Ainsi, on retrouve certains protagonistes à plusieurs reprises comme Tuppence Abberline qui ouvre ce recueil avec "Face cachée", proposant ici une enquête étonnante. A Tuppence de comprendre comment le Neptune, le navire spatial ducal, peut essuyer défaite sur défaite face à l'Asmodée du Kaiser. Nous sommes dans une régate spatiale qui oppose toutes les puissances du nouveau monde. Un autre duo fait régulièrement des incursions dans Célestopol. Il s'agit de Arnrun, accompagné de l'ours Wojtek, deux mercenaires souvent dépêchés pour régler d'épineux problèmes. Voici deux enquêteurs surprenants mais non moins efficaces. Pour preuve, ils ont la confiance du duc Nikolaï. C'est d'ailleurs lui qui les engage dans "Le chant de la lune" pour découvrir les raisons de la mystérieuse disparition de certains convois censés ramener l'eau pour alimenter la ville. Même si au final, ils se retrouvent pris à partie par une secte d'illuminés affirmant entendre la lune leur parler. 

En fait, beaucoup de héros que l'on rencontre au fil des pages gravitent autour du duc Nikolaï, ce qui fait de lui l'élément fédérateur de ces textes. Une aura de mystère plane autour de ce personnage. Figure d'autorité, un brin coléreux, beaucoup de gens le craignent. Certains le disent immortel mais personne ne connaît vraiment les sombres secrets qui habitent cet être torturé, à moins de lire "Tempus fugit" qui pourrait ne pas être avare en révélations. 

Finalement, derrière le duc Nikolaï, c'est aussi et surtout Célestopol qui est mis en avant. L'auteur a presque érigé cette ville lunaire au rang de personnage. Omniprésente dans chaque nouvelle, on cherche surtout à percer ses mystères. Elle éveille notre curiosité et réalise nos fantasmes d'explorateurs. Elle est une utopie que beaucoup ont rêvé depuis le premier pas de l'homme sur la lune. Elle est à la fois un personnage et l'univers même dans lequel ces nouvelles évoluent, en leur donnant un cadre rétro-futuriste où le steampunk s'épanouit par l'intermédiaire, par exemple, de tous ces automates que l'on rencontre ici ou là. Des automates qui ont su évoluer et cherchent même à s'émanciper de l'homme comme dans "Les lumières de la ville". 

Ce livre est à la confluence des genres. La présence du steampunk est indéniable mais d'autres notes viennent colorer ces récits. Ainsi, "Une note d'espoir" rend hommage au conte traditionnel russe à travers la figure de Baba-Yaga. Le romantisme slave trouve aussi sa place dans Célestopol lui ajoutant beaucoup de charme et suscitant pas mal d'émotions. Un recueil qui recèle finalement pas mal de magie et laisse exprimer allègrement la fantasy de cet auteur. Pensez à la présence de cet humain devenu un ours. Voilà quelque chose qui n'est pas banal !

Avec Célestopol, Emmanuel Chastellière nous met littéralement en orbite. La pluralité de ses histoires nous envoûtent tant que l'on n'a même pas envie de redescendre sur terre et de refermer ce livre. 

Fantasy à la Carte


Les avis ne manquent pas sur la blogosphère comme La Bibliothèque d'Aelinel, La Geekosophe, Just a Word, Au Pays des Cave Trolls

Emmanuel Chastellière
Célestopol
Editions Libretto

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire