L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

13/10/2021

Guy Gavriel Kay, Les Derniers Feux du Soleil, éditions L'Atalante

Guy Gavriel Kay, Les Derniers Feux du Soleil, éditions L'Atalante

C'est en lisant La Mosaïque Sarantine (Voile vers Sarance et Le Seigneur des Empereurs) et Tigane que j'ai découvert la plume de Guy Gavriel Kay, et j'avoue ne pas avoir été déçue car les voyages m'ont beaucoup plu. 

Depuis cet été, il est de retour aux éditions Atalante avec la réédition de son livre, Les Derniers Feux du Soleil où il nous entraîne, cette fois-ci, plus au Nord, du côté des Vikings.

Lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions L'Atalante, je remercie Emma pour sa confiance renouvelée et l'envoi de ce service de presse. 

Dans les contrées du Nord, les terres des Anglcyns et celles des Cyngaëls sont, depuis longtemps, victimes de raids perpétrés par les Erlings du Vinmark. La rudesse du climat pousse ces hommes à prendre la mer pour piller ce qu'ils ne trouvent pas chez eux laissant derrière eux un sillage de peur et de sang. C'est donc au rythme de ses invasions que l'on rencontre Ceinion du Llywerth, grand prêtre des Cyngaëls, invité en la demeure du seigneur Brynn ap Hywll de Brynnfell. En chemin, il fait la connaissance de trois hommes, les deux frères Dai et Alun ab Owyn et leur cousin Gryffeth ap Ludh et les enjoint à le suivre en Arberth. Mais alors que les festivités battent leur plein, la demeure est attaquée par un groupe de Erlings. S'ensuit une bataille sans merci qui va se solder par de nombreuses morts, dont celle du frère d'Alun. Or, pour laver son déshonneur d'avoir failli, Alun accepté de reprendre la route en compagnie du prêtre Cyngaël pour se rendre auprès d'AEldred, le roi des Anglcyns. Au gré des rencontres et des événements, tous vont voir leur vie être malmenée au rythme du destin et de l'Histoire. 

Comme à son accoutumée, Guy Gabriel Kay a adossé l'intrigue de son nouveau livre à un cadre historique fort. Il s'agit probablement ici du IXe siècle qui fut marqué par la lutte acharnée entre les Anglo-Saxons et les Vikings. 

Au vu des événements relatés entre ces lignes, l'auteur s'est sans doute inspiré du roi du Wessex, AEthelred qui, en 870 a dû lever des troupes pour combattre la grande armée menée, entre autre, par le roi Halfdan Ragnarsson. Après avoir intercepté un premier détachement ennemi, ils subissent un lourd revers pour finalement remporter la victoire quelques jours plus tard. Or, ce contexte d'invasion, de pillage et de guerre de territoire a largement inspiré l'auteur pour nourrir à la fois son univers et son intrigue. En effet, il a centré son récit sur des enjeux similaires où le roi des Anglcyns doit faire face à de nouvelles intrusions erlings sur son territoire, nécessitant l'enrôlement d'hommes et l'alliance avec d'autres, afin de les bouter hors des frontières. Voilà qui donne le ton à un texte âpre et féroce où la mort rôde et s'en vient cueillir même le plus courageux des guerriers. Devant l'adversité, on suit les manœuvres d'un roi pour défendre ses terres en scellant les bonnes alliances tout en brillant comme meneur d'hommes. Aussi, on plonge ici dans la délicate politique d'un roi en pleine consolidation de son pouvoir.

Par souci de cohérence, Guy Gavriel Kay s'est également bien documenté du côté des rites et des coutumes des Vikings et notamment du rôle des femmes dans la société. Il en ressort un roman bien immersif pour lequel on adhère complètement. De même, qu'il a imprégné son texte de la même spiritualité qui tenait à cœur les rudes habitants du Nord. Par conséquent, les ombres de Odin et de Thor planent entre ces lignes même s'ils portent ici d'autres noms. Ils demeurent les divinités protectrices de certains protagonistes tout en permettant à Guy Gavriel Kay d'orienter son récit vers une dimension ésotérique très marquée. En effet, par l'entremise de certains protagonistes, on porte notre regard sur le peuple des fées qui vit en marge des hommes mais dont l'existence est déjà menacée par l'arrivée d'une religion louant un dieu unique. On est donc à ce point de bascule où les croyances celtiques vont disparaître au profit du christianisme. Leur présence entrelace ces pages d'une aura de mystères et onirisme qui enchante et subjugue le lecteur. 

Les Derniers Feux du Soleil, c'est aussi un chassé-croisé de nombreux  personnages dont l'auteur nous conte les destins. Mais comme sa galerie de protagonistes est très importante, l'auteur a dû ponctuer le début de son récit par de nombreuses digressions afin d'éclairer le lecteur sur le passé de chacun d'eux pour comprendre les raisons de leur présence en ces lieux et à ce moment précis de l'action. Une étape nécessaire pour appréhender au mieux l'ensemble des enjeux de ce récit même si, pour ma part, cela a freiné ma lecture m'obligeant parfois à des rétropédalages pour m'assurer de ma pleine compréhension des éléments énoncés. C'est clairement un roman riche du point de vue de son histoire qui nécessite qu'on se laisse du temps pour l'apprécier à sa juste valeur. 

En outre, parmi les multiples personnages, on s'attache très bien à ce roi des Anglcyns, AEldred, charismatique et énergique qui, malgré une santé affaiblie, se relève quand cela est nécessaire pour affronter l'ennemi. Rien d’obtus et de despote dans sa gouvernance puisqu'il sait écouter sa femme et ses filles au moment venu. Autres figures centrales de ce texte, le duo formé par Bern Thorkellson et Thorkell Einarson, père et fils qui passent leur temps à se rechercher sans jamais réussir à se trouver. A travers eux, l'auteur explore les difficiles retrouvailles entre un père et son fils lorsque celui-ci a souffert de l'abandon paternel. Enfin, Alun ab Owyn, bouleversé par la mort tragique de son frère aîné qui l'a laissé tourmenté par ses responsabilités et tiraillé par l'Entremonde féerique qui l'appelle à lui depuis qu'il l'a fortuitement découvert.

Ici, Guy Gavriel Kay met donc en scène une pléiade de héros et de héroïnes farouches et redoutables qui s'accordent parfaitement au mordant de son récit.  

Les Derniers Feux du Soleil est une oeuvre dense qu'il faut se laisser le temps d'apprivoiser pour en apprécier toutes les nuances. Guy Gavriel Kay nous plonge dans une histoire cousue d'intrigues politiques et passionnelles qui finit par happer complètement le lecteur pour peu qu'il s'en donne la peine.

Entre magie et action, on succombe une nouvelle fois à la plume enjôleuse de cet amoureux de l'Histoire. 

Fantasy à la Carte

Sur le blog, vous pouvez lire mes avis sur Tigane et La Mosaïque Sarantine : Voile vers Sarance et Le Seigneur des Empereurs

Informations

Guy Gavriel Kay
Les Derniers Feux du Soleil
9791036000836
560 pages
Editions L'Atalante

Lien vers le site

05/10/2021

Etienne Cunge, Symphonie Atomique, éditions Critic

Etienne Cunge, Symphonie Atomique, éditions Critic

Pour inaugurer ce mois de l'Imaginaire 2021, les éditions Critic nous propose avec Symphonie Atomique d'Etienne Cunge, un roman choc. 

Expert sur la question écologique et le développement durable, Etienne Cunge se plaît à interroger ses thématiques dans ses romans. D'ailleurs, avec Symphonie Atomique il va même plus loin dans sa réflexion en y proposant un scénario crédible de notre futur. 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Critic, je remercie Eric d'avoir insisté pour me faire découvrir ce roman passionnant. 

Dans Symphonie Atomique, Etienne Cunge nous plonge dans le monde d'après, marqué par l'effondrement de la société. Entre bouleversements climatiques et épidémies, la planète et ses habitants ont été grandement éprouvés. Sur la scène géopolitique, l'Amérique capitaliste, la Chine totalitaire, la Russie communiste et l'Europe écologiste rivalisent pour étendre leur hégémonie respective sur cette planète moribonde. Au cœur de ce monde décadent et tendu, on suit les traces d'Agathe, une espionne qui travaille pour les renseignements américains et de Juan, un spationaute, chargé d'assurer la sécurité nucléaire spatiale à bord d'un vaisseau européen. Tous deux vont être au cœur d’événements qui vont bouleverser et menacer le futur de la planète et de ses habitants. Mais seront-ils à même de faire la différence ? Et à quel prix ?

Symphonie Atomique est une œuvre très riche qui aborde de nombreux aspects, aussi bien écologiques, sociétales que politiques. Sensibilisé à la cause environnementale de par son cursus professionnel, sans surprise, Etienne Cunge inscrit ici son récit dans du climate fiction. Aussi, il projette les lecteurs dans un avenir proche du nôtre après que la Terre ait subi de nombreux bouleversements climatiques entre la fonte des glaces, la montée des eaux, la sécheresse, les incendies à répétions ou encore l'infertilité des sols. Or, en dépit de toutes les stratégies mises en place par les différents modèles économiques, y compris les plus extrêmes comme celui de la Chine qui prône un "Soyez écoresponsable, suicidez-vous" obligeant les plus de 60 ans à mettre volontairement un terme à leur vie, l'impact carbone des activités humaines demeure forte, continuant ainsi à appauvrir toujours un peu plus la planète. 

Pour donner du crédit à sa collapsologie, il nous immerge dans un monde toujours dominé par les quatre puissances nucléaires actuelles : l'Amérique, la Chine, l'Europe et la Russie. Il explore, avec beaucoup d'habileté, ces modèles sociaux-économiques dans leur fonctionnement en mettant en exergue leurs forces et leurs faiblesses tout en soulignant leurs dérives. On retrouve les mêmes rivalités de gouvernances étatiques avec un déplacement de la puissance nucléaire dans l'espace puisque chaque état dispose d'un vaisseau bardé d'ogives nucléaires mis en orbite gravitationnelle autour de la Terre. Voilà de quoi nous promettre un Armageddon en cas de désaccord. Justement en introduisant l'arme atomique, Etienne Cunge nous rappelle les dangers de posséder de telles armes et surtout de remettre son usage à un petit groupe de personnes grisées par leur ego et leur désir personnel. Le nucléaire, c'est l'arme ultime pour favoriser l'accélération de la destruction de la planète en provoquant des génocides et des écocides irréversibles. Ici, l'auteur en a fait un enjeu narratif transformant son rôle dissuasif en arme létale puisque Symphonie Atomique nous narre également une course contre la montre pour sauver la planète d'une guerre nucléaire, initiée par un magnat arriviste et mégalomane. 

Symphonie Atomique est le fruit d'une réflexion nourrie et argumentée par les connaissances actuelles pour nous modéliser un futur sombre et inéluctable. Non pas que l'auteur nous annonce la fin de l'humanité car il s'avère qu'elle est extrêmement résiliente mais il nous avertit, tout de même, sur les écueils à venir. 

En outre, pour parfaire la totale immersion de ses lecteurs, l'auteur débute chacun de ses chapitres par un extrait de l'émission de Radio Collapse, la station dédiée à l'effondrement de la société. On y découvre des instants-clés de la vie de citoyens du monde qui sont rattrapés par ces bouleversements impactant durablement leur quotidien.  Voici un détail qui met directement dans le bain tout en permettant de prendre la mesure de la situation de notre futur. 

Pour contrebalancer ce cadre d'action lourd de sens, Etienne Cunge se fait également ici l'auteur d'un roman d'espionnage doublé d'un space opéra. En effet, on a, d'un côté, une menace que l'espionne Agathe est chargée d'identifier afin de la mettre hors d'état de nuire, et de l'autre côté, Juan, lui, est chargé de déjouer les plans ourdis en secret pour créer cette guerre atomique. Au fur et à mesure des pages, l'auteur met à jour une corruption qui court jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir. Il en ressort un récit passionnant que l'on a dû mal à lâcher. 

L'action se déroule simultanément sur terre et dans l'espace, ce qui contribue à donner une vraie dynamique au récit. Les chapitres sont courts et bien rythmés. On se laisse complètement happer par ce roman. La plume d'Etienne Cunge est haletante. Finalement, point de fausses notes dans cette partition qui nous offre un roman de science-fiction coup de poing. 

Comme l'histoire se cristallise essentiellement autour de deux héros, je ne vais pas vous passer en revue toute la galerie de personnages que l'auteur met en scène. Néanmoins, je me permets quelques mots sur ses deux protagonistes principaux qui sont très touchants par leur histoire respective. Etienne Cunge a donc choisi de s'appuyer sur deux personnages qui ne se connaissent pas. Il y a Agathe, une quinquagénaire, nostalgique du passé et perclus de douleurs arthritiques. On l'imagine donc mal en agent de renseignements car elle est clairement aux antipodes de l'image de la femme fatale que l'on pense trouver dans cette fonction. Et pourtant, sa pugnacité en fait un très bon agent qui n'hésite pas à affronter les dangers du terrain pour réussir sa mission. Quant à Juan, il a conscience d'être un pion utile à l'Etat, c'est sans doute la raison pour laquelle il n'obéit pas aveuglément aux ordres sans savoir de quoi il retourne. Sa position de père de famille joue un rôle majeur dans sa personnalité faisant de cet homme un être responsable et pondéré. Sa loyauté et son honnêteté lui vaudront d'être malmené dans ce roman. Mais la vérité n'est-elle pas à ce prix ? En perpétuelle remise en question, les deux héros d'Etienne Cunge sont pétris de contradictions et captivent d'emblée l'attention des lecteurs. 

Pari réussi pour ce roman qui associe cohérence du propos à une tension narrative maîtrisée. Symphonie Atomique est donc le bon compromis entre la réflexion constructive et le divertissement. 

Alors récit visionnaire ou pas, l'avenir nous le dira. En attendant, c'est un excellent roman de science-fiction qui envoie clairement du lourd. Alors, pour tout savoir du nouveau livre d'Etienne Cunge, il ne vous reste plus qu'à vous brancher sur Radio Collapse. 

Fantasy à la Carte

Informations

Etienne Cunge
Symphonie Atomique
9-782375-792162
648 pages
Editions Critic

Lien vers le site

01/10/2021

Chantal Robillard, Dentelles des sirènes de la lagune, éditions Astérion

Chantal Robillard, Dentelles des sirènes de la lagune, éditions Astérion

Après une première incursion dans l'intimité des Vénitiens de Venise (dans Dentelles des reflets de Venise), Chantal Robillard remet ça en explorant une facette plus onirique de la Sérénissime dans son nouveau recueil qui s'intitule, cette fois-ci, Dentelles des sirènes de la lagune

Il faut dire que la belle des eaux s'y prête car entre ses ruelles sans fin et ses nombreux culs de sac, elle a tout d'un Val sans Retour, sans parler de ses eaux abritant sans doute les royaumes de mythiques créatures. 

Reçu en service de presse, je remercie Chantal Robillard pour cet envoi surprise. 

Entre nouvelles et poèmes, la poétesse nous ouvre la porte sur une Venise onirique où le merveilleux surgit des brumes ou des flots pour nous emporter dans un tourbillon d'histoires baroques. 

La féerie a donc étendu son aile sur Venise et s'incarne, par exemple, dans des personnages de contes comme Cendrillon dont on croise plusieurs fois le chemin dans "Aux dentelles des sirènes" où Cenerentola se presse dans les rues de la ville pour livrer ses dentelles afin de retrouver au plus vite son fiancé qu'elle compte épouser en catimini, à l'insu de son odieuse marâtre. Mais voilà qu'elle est prit en chasse par un fantôme dont elle ne perçoit que les pas et qu'en voulant lui échapper, elle égare l'une de ses chaussures qu'elle va retrouver finalement plus tard sur le ferry qui l'emmène vers son promis, remis justement par un homme mystérieux, habillé d'un étonnant pardessus bleu. Plus tard, on la retrouvera à l'automne de sa vie dans "Venise, Europe" lorsque cet homme que l'on appellera Corto revient à Venise pour la revoir une dernière fois même si cet aventurier séducteur et libertaire est censé resté toujours en retrait des événements des époques qu'il traverse. 

Ainsi, Chantal Robillard aime provoquer des rencontres insolites qui parlent à notre imaginaire collectif. Cela lui permet d'établir des ponts entre les œuvres, les siennes et celle des autres. 

Ville d'art et d'Histoire, Venise est aussi la cité du Doge à qui l'autrice rend hommage dans son poème "Conte du doge et de la sirène" où l'on retrouve un Ottone Orseolo (27e doge) hagard après une chute dans le canal et surtout bouleversé depuis qu'une sirène l'a sauvé de la noyade. Il aurait bien succomber à ses charmes mais la belle naïade s'en est allée auprès de Marco Polo. Tant pis, il lui reste toujours sa princesse hongroise pour réchauffer son cœur. 

Immortelle et fantasque, Venise demeure un lieu de villégiature même lorsque ses eaux seront pris dans la glace comme dans "Une lagune facétieuse" où Chantal Robillard se plaît à imaginer la cité comme laboratoire d'observations scientifiques pour congressistes tout juste sortis d'hibernation. 

Entre ces lignes, on retrouve l'Imaginaire fouillé d'une autrice qui se plaît à balader ses lecteurs dans toutes les facettes des littératures de l'Imaginaire : science-fiction, fantastique et fantasy

Dans Dentelles des sirènes de la lagune, Chantal Robillard manie toujours aussi bien les mots ou la rime pour mieux nous perdre dans une Venise fabuleuse et utopique.

Fantasy à la Carte

A lire sur le blog mes avis sur Merlin enquête au palais du Rhin, Dimension Brocéliande, Dimension Fées et Fugue de la fontaine aux fées

Informations

Chantal Robillard
Dentelles des sirènes de la lagune
9-781326-770853
79 pages
Editions Astérion

Lien vers le site

28/09/2021

Stefan Platteau, Jaunes Yeux, tome 4, Les Sentiers des Astres, éditions Les Moutons électriques

Stefan Platteau, Jaunes Yeux, tome 4, 
Les Sentiers des Astres
éditions Les Moutons électriques

Depuis 2018, les inconditionnels de la plume de Stefan Platteau l'attendaient, il est en librairie depuis août dernier. Je vous parle, bien évidemment, de Jaunes Yeux, le tome 4 du cycle, Les Sentiers des Astres

Ayant lu Shakti et Meijo cet été, mon attente n'aura pas été longue mais mon plaisir demeure inchangé. 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Les Moutons électriques, je remercie Erwan pour l'envoi de ce service de presse. 

Alors que Maroué est acculée avec ses hommes sur la rive de l'Angmuir par les Souranès, les rares survivants de l'expédition, menée par le capitaine Rana, ont enfin rejoint la Voie au Roi. Ce n'est donc plus qu'une question de temps pour qu'ils rencontrent l'Oracle, sauf si les enfants de l'Hermine leur barrent une nouvelle fois la route ou que les Antiques qui ont survécu à la Gigantomachie, les trouvent avant. Mais ce ne sont pas les seules menaces qui pèsent sur cette quête car l'Outre-Songe, par l'entremise de Jaunes Yeux, interfère de plus en plus dans leur réalité, au point de leur faire courir un grand danger. Or, au milieu de tous ces périls, leur mission est peut-être déjà compromise ? 

Dans Jaunes Yeux, Stefan Platteau remet au premier plan la guerre civile opposant les Luari aux Souranès en glissant le témoignage du cadet de la maison de Marmach qui oeuvre aux cotés de ses hommes pour tenter de repousser un nouvel assaut des Souranès. C'est une manière pour l'auteur de remettre l'enjeu central de ce récit au cœur de sa narration. 

Avec ce tome 4, on goûte donc à la réalité de la guerre, ce qui bouscule le rythme du récit. Ce livre marque donc une rupture avec les précédents romans qui, eux, se lisaient davantage comme une balade onirique au cours de laquelle le lecteur était convié à appréhender ce merveilleux univers, nourri de mythes et de puissances célestes. En effet, à part quelques épisodes critiques menaçant la progression des protagonistes de Stefan Platteau, on a surtout eu affaire à un récit contemplatif qui nous a pleinement laissé le loisir d'apprécier cet univers fouillé. 

Aussi, au fil de ces livres, on parcourt les différentes réalités de son monde constitué de l'Héritage, une terre léguée aux hommes après que les Antiques aient repoussé les dieux impies du Vintou, le Vyanthryr, le royaume du Roi-Diseur servant également de refuge aux Teules et aux redoutables Nendous, et enfin l'Outre-Songe où règne le Seigneur des Trente chemins. 

Sous la plume de Stefan Platteau naît une cosmogonie cohérente et détaillée qui force le respect. Le monde qu'il décrit nous paraît aussi familier que mystérieux. On s'y sent bien car on y trouve des influences qui parlent à notre imaginaire collectif comme ces emprunts aux légendes celtiques où l'on retrouve, par exemple, la figure de la guerrière pour ne citer que cela. On s'attache complètement à tous ces lieux qu'il a imaginés car chacun d'eux suscitent chez le lecteur maintes émotions : peur, fascination ou émerveillement. 

C'est finalement toute la qualité de la plume de Stefan Platteau qui nous fait autant adhérer à sa galerie de personnages, qu'à la magie de son univers. 

Il y a beaucoup de poésie dans la prose de cet auteur qui fait de ce cycle une oeuvre incontournable du genre qu'il faut lire absolument. Que ce soit le fond ou la forme, c'est un vrai enchantement que de s'oublier entre ces lignes.

Personnellement, plus j'avance dans ma lecture de ce cycle, plus j'apprécie cet imaginaire. C'est clairement un auteur remarquable qui donne à la fantasy francophone une nouvelle impulsion.

Avec Jaunes Yeux, Stefan Platteau m'a offert l'une de mes meilleures lectures de l'année. Vous pouvez donc y aller les yeux fermés.  

Fantasy à la Carte

A lire sur le blog mes avis sur Manesh, Shakti et Meijo

Informations

Stefan Platteau
Jaunes Yeux
Tome 4
Les Sentiers des Astres
978-2-36183-722-8
464 pages
Editions Les Moutons électriques