L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

30/04/2021

Floriane Soulas, Les Noces de la Renarde, éditions Pocket Imaginaire

Floriane Soulas, Les Noces de la Renarde, éditions Pocket Imaginaire

Après avoir refermé Rouille, récompensé par une pléthore de prix (prix ActuSF de l'Uchronie, prix Imaginales des lycéens et prix Chrysalis - European Society of Science-Fiction), je savais que je reviendrais vers la plume de Floriane Soulas pour laquelle j'ai eu un premier coup de cœur.

Aujourd'hui, c'est le grand jour pour m'immerger dans son deuxième livre, Les Noces de la Renarde qui vient de sortir en poche chez Pocket Imaginaire.  

Mais avant d'aller plus loin, je tiens à remercier Laure Peduzzi pour ce nouveau partenariat.

1467

Hikari est une kitsune, elle vit avec son clan en haut de la montagne sacrée. Depuis quelque temps, des hommes se sont installés au pied de cette dernière. Au fil des années, leur village a prospéré et s'est étendu sous l'œil vigilant et méfiant des kitsunes. Pour Hikari, la proximité des humains est une source de curiosité. Elle les observe depuis longtemps, un homme en particulier a capté son attention. Il s'agit de Jun, c'est un bûcheron. Suite à la disparition de la fille du forgeron, quelques hommes du village, dont Jun se mettent en quête de la disparue et assistent malencontreusement à la cérémonie de mariage de deux kitsunes. Pour le clan, ce sacrilège ne peut être toléré et ces voyeurs doivent être lourdement châtiés. Mais est-ce qu'Hikari va accepter cette décision irrévocable ? 

2016

Mina n'est pas une jeune lycéenne comme les autres car elle a le don de voir les fantômes, les yokaïs et autres esprits. Ressenti comme un fardeau, elle tait ses pouvoirs à tout le monde. Mais alors qu'un esprit malfaisant vient hanter ses cauchemars, elle est entraînée dans une chasse aux démons par une camarade de classe qui s'est mise en tête de démasquer le coupable responsable d'une série d'odieux meurtres, perpétrés en ville depuis quelques semaines. 

27/04/2021

Emmanuel Chastellière, Célestopol 1922, éditions de L'Homme sans Nom

Emmanuel Chastellière, Célestopol 1922
éditions de L'Homme Sans Nom

Depuis mars dernier, Emmanuel Chastellière nous invite à retourner à Célestopol. En effet, Célestopol 1922 est le deuxième recueil de nouvelles qui prend cadre dans la plus célèbre des cités lunaires. 

A travers treize autres nouvelles, l'auteur explore de nouvelles facettes de la cité. Que ce soit pour la toute première fois ou la seconde, on est toujours aussi subjugués par le charme slave de cette utopie. 

Célestopol célèbre la démesure d'un homme qui a voulu faire de ce lieu, un antre pour les arts et les sciences. Refuge pour lui-même car il se met, ainsi, hors de portée de la terrible et orgueilleuse tsarine, mais aussi pour tous les esprits éclairés intéressés de venir voir de plus près cette curiosité. Célestopol dégage un véritable art de vivre qui prend parfois forme dans l'intimité des salons tels celui de la célèbre maîtresse du duc Nikolaï, Tuppence Abberline où se croisent des personnalités brillantes comme Marie Curie et des figures inconnues, éprises de liberté et d'indépendance, à l'image de Be-Yeong, qui par sa franchise et sa vivacité, dans "Le revers de la médaille" a su attirer la sympathie d'une femme tout aussi fascinante. L'art étant au premier plan, il est donc normal que nos pas nous conduisent à l'opéra Romanova. C'est un bijou architectural que l'on doit à l'illustre architecte français, Charles Garnier et qui représente la seule touche occidentale au milieu de ce patrimoine russe. Dans "Une nuit à l'opéra Romanova", la soirée s'annonce mouvementée. En effet, Arnrun et Wojtek sont chargés d'assurer la sécurité d'un prestidigitateur de renom, Selim le Magnifique qui se produit justement à l'opéra. Le spectacle est subjuguant et le magicien, magistrale. Lorsque le clou du spectacle arrive, tout le monde est suspendu car Selim a décidé de conclure en utilisant le fameux miroir magique dit maudit. La foule s'attend donc à un dénouement mortel. Mais voilà que sur la surface du miroir apparaît une rue commerçante bien connue de Célestopol, plus surprenant encore de voir le magicien traverser le miroir pour revenir cinq minutes plus tard avec un bouquet de fleurs, acheté au fleuriste du coin. Puis, l'envie lui prend d'aller emprunter le tableau de Léonard de Vinci, Salvator Mundi, nouvellement exposé au musée afin que tous puissent l'admirer. Un chef d'oeuvre prêté pour l'occasion par l'archiduc François Ferdinand qui, sous la plume d'Emmanuel Chastellière, est bien vivant en 1922. Mais alors que le magicien s'apprête à ramener l'oeuvre d'art, celle-ci lui échappe des mains pour prendre son envol. S'ensuit alors une rocambolesque poursuite dans laquelle Arnrun s'est engagée afin de remettre la main sur le tableau fuyard. Un brin décoiffant, cette aventure est digne de celles menées par le plus gentleman des cambrioleurs, Arsène Lupin. 

Mais sous le vernis de la belle Célestopol se cachent des quartiers plus sombres situés sous la ville que les élites ignorent volontairement. Bouillonnants de vie, les oubliés s'y croisent souvent sans se connaître. Parmi eux, l'auteur nous attache aux pas de certains pour nous faire partager des moments forts de leur vie. Par exemple, dans "Mon Rossignol", on fait la connaissance d'Alissa, une idéaliste qui veut renouer avec une ancienne relation pour aider la cause des travailleurs afin notamment d'améliorer leurs conditions de travail. Mais peut-elle réellement espérer se faire entendre des requins qui détiennent le pouvoir ? Entre luttes sociales, corruption et petite criminalité, les rues de Célostopol ne sont pas toutes sûres, surtout avec cette bande de voyous qui fait sa loi dans les bas quartiers. Pour faire écho aux célèbres Apaches qui ont mené la vie dure aux forces de l'ordre à Paris dans les années 20, Emmanuel Chastellière a imaginé un groupuscule similaire dont les membres se font appeler les Cheyennes. On croise d'ailleurs leur chemin à plusieurs reprises dans cet ouvrage. Ainsi, dans "Un visage dans la cendre", ils font la misère à un petit voleur du nom de Kokorin qui, pour tenter de leur échapper, s'est réfugié dans les couloirs abandonnés du métro. Seulement ils sont tenaces et lorsqu'ils ont flairé une proie, ils ne la lâchent pas si facilement. Anastasia dans "La fille de l'hiver" va, elle-même, en faire les frais. En effet, persécutée par ces derniers, elle représente un contrat juteux s'ils arrivent à la ramener à leur commanditaire. Véritables pieds de nez pour le duc Nikolaï, ils sont un fléau qui entache la sécurité de la cité lunaire et sèment beaucoup trop de cadavres sur leur passage. 

Dans la plupart des nouvelles de ce second volet de Célestopol, le duc Nikolaï brille surtout par son absence. Son nom est bien évidemment sur toutes les lèvres car il est tel un dieu omniscient qui veille sur la ville. Seulement, on le croise très peu si ce n'est à la fin dans la nouvelle déjà citée, "La fille de l'hiver" car il renoue avec son passé qui lui revient au visage comme un boomerang sous les traits de sa cousine, disparue 20 ans plus tôt. Reflet de ce passé enfoui et honni, Anastasia est de retour aussi authentique que différente. Qui est-elle ? Que veut-elle ? A Nikolaï de le découvrir mais est-ce bien raisonnable de remuer le passé ? 

Tantôt éblouissante, tantôt inquiétante, Célestopol est un cœur qui bat à l'unisson de tous ces destins que nous conte Emmanuel Chastellière. 1922 est bien une folle année pour tous ses héros. D'une nouvelle à l'autre, on est étourdi par leurs aventures, parfois improbables, souvent incroyables. De chacun de ses textes se dégagent une vraie poésie où la magie des contes russes s'invite au gré des envies de l'auteur comme lorsque le chat Baioun ou le Vourdalak entrent en scène pour nous plonger dans une douce rêverie.

23/04/2021

Robert Jackson Bennett, Les Maîtres Enlumineurs, éditions Albin Michel Imaginaire

Robert Jackson Bennett, Les Maîtres Enlumineurs, Albin Michel Imaginaire

Fortement louangé par la communauté, le nouveau roman édité chez Albin Michel Imaginaire a su toucher le cœur de ses lecteurs. Il est signé par Robert Jackson Bennett qui a délaissé pour un temps ses polars mâtinés de fantastique et d'horreur pour écrire un cycle de fantasy pure. 

Reçu en service de presse, je remercie Gilles Dumay pour cette belle surprise que j'avais hâte de lire. 

Dans Les Maîtres Enlumineurs, on marche dans les pas d'une jeune voleuse, prénommée Sancia. Vivant jusque-là de vols sans envergure, elle espère raccrocher en effectuant un dernier grand coup, censé lui rapporter un bon pécule, lui permettant de mettre les voiles. Engagée pour dérober un étrange artefact gardé sous haute surveillance dans un entrepôt, elle est a cent lieux d'imaginer ce qu'elle va déclencher. Avec une telle puissance entre ses mains, rien d'étonnant à ce que le monde se déchaîne autour d'elle. Sera-t-elle se trouver les bons alliés pour l'aider dans sa quête ? 

Dans Les Maîtres Enlumineurs, Robert Jackson Bennett a voulu faire de la magie le critère principale de sa fantasy. Point de dragons, d'elfes ou de nains mais un système de magie minutieusement imaginé relevant presque de la technologie. En constatant dans les romans de ses homologues que finalement les manifestations magiques étaient peu expliquées, il a voulu dans son livre leur donner une autre dimension. Il est vrai que généralement dans la littérature fantasy, les personnages disposent simplement de pouvoirs leur permettant de réaliser des prodiges. Cela peut passer par l'énonciation de formules magiques et/ou l'utilisation d'objets comme une baguette mais les auteurs vont rarement plus loin. Alors Robert Jackson Bennett a eu l'idée d'inventer l'enluminure, un procédé qui consiste à graver des sceaux sur la surface d'objets afin de les animer pour leur faire faire ce que l'on souhaite. Ces runes sont autant d'injonctions ordonnées aux lesdits objets pour les détourner de leur fonction initiale. Ainsi, dans ce roman, on trouve, par exemple, des carrioles qui se déplacent toutes seules selon un itinéraire au préalablement défini par le sceau inscrit. Ici, l'auteur nous décrit de manière détaillée les mécanismes qu'emprunte cette magie pour fonctionner. On plonge ainsi dans un univers animé par une multitude d'objets qui influent sur la réalité. Mieux encore, son existence, on la doit à un groupe de savants, appelés les Hiérophantes, érigés au rang de divinités. Celle-ci trouve donc ses origines dans le mythe, ce qui lui ajoute un caractère sacré.  

La magie est donc omniprésente, le système est si développé qu'il est même intrinsèquement lié au fonctionnement de la cité. A Tevanne, le pouvoir est entre les mains des quatre maisons marchandes qui sont les seules à avoir autorité pour commercialiser des objets enluminés. En perpétuelle rivalité, leurs dévorantes ambitions dessinent les contours de la cité et mettent les habitants aux pas. Dans ce cycle, l'auteur nous brosse le portrait d'une société très marquée par les clivages sociaux. Si les quatre maisons sont installées dans des quartiers ultra protégés à la pointe du modernisme et des commodités, il en va de manière bien différente pour le reste de la cité où s'entassent dans des réduits insalubres, les foyers les plus pauvres. Tevanne abrite donc deux mondes qui vont être le théâtre de la lutte mise en exergue dans ce récit. En effet, les héros de Robert Jackson Bennett vont devoir s'allier afin d'empêcher que l'une des maisons asseye sa domination sur le monde en supprimant, au passage, de nombreuses vies. 

20/04/2021

Isabelle Bauthian, Montès, tome 3, Les Rhéteurs, collection Bad Wolf, éditions ActuSF

Isabelle Bauthian, Montès, tome 3, 
Les Rhéteurscollection Bad Wolf, 
éditions ActuSF

Après Anasterry et Grish-Mère (prix Elbakin.net), Isabelle Bauthian continue d'étoffer son univers des Rhéteurs en signant un troisième roman, Montès, publié, il y a peu, aux éditions ActuSF

Lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions ActuSF, je remercie Jérôme Vincent pour l'envoi de ce service de presse. 

Après 40 ans de paix, la guerre est aux portes de Civilisation. La baronnie frontière, Montès est aux premières loges du fait de sa proximité. Elle subit déjà les premières invasions des mi-hommes d'Outre-Civilisation. Pour tenter d'endiguer la situation, Oditta d'Anoss de Montès et Thélban Acremont sont secrètement missionnés afin de trouver un terrain d'entente avec l'ennemi et mettre un terme à l'invasion. Mais face à un fou au pouvoir, peuvent-ils réellement espérer réussir à faire basculer la situation ? 

Avec Montès, Isabelle Bauthian continue d'explorer, ce qu'elle a initié avec ses autres romans des Rhéteurs, à savoir les différents systèmes politiques possibles que l'on peut retrouver dans un état fédéral. Si Anasterry se veut démocratique, Landor est plutôt féodale et Grish-Mère, matriarcale, Montès, elle, est clairement une baronnie martiale. Sa position stratégique ne lui laisse d'ailleurs pas le choix. C'est donc tout naturellement le point de départ idéal pour lancer une guerre de conquête. Or, c'est justement ce qui va servir de toile de fond à ce nouveau récit. Pour Isabelle Bauthian, c'est l'occasion d'orienter son propos vers des pistes de réflexions tournant autour des implications de la guerre autant pour ceux qui la mènent que pour ceux qui la subissent. Ainsi, au fil des rencontres des deux émissaires de Montès, on découvre l'envers du décor notamment à travers les déserteurs ou les exactions perpétrées au nom du conflit. On se frotte à la mort, à la violence et à l’innommable. La guerre, c'est le sacrifice des hommes pour l'extension du pouvoir d'un groupe de décideurs. L'autrice met aussi en perspective l'absurdité des conflits quand ils servent simplement à l'annexion de nouveaux territoires. Sans jamais s'y frotter directement car les héros d'Isabelle Bauthian se déplacent toujours en marge des batailles, l'autrice n'oublie jamais de mettre en exergue ce qui fait l'essence même de la guerre. A contrario, Oditta et Thélban œuvrent pour rétablir la paix. En effet, ils vont chercher à établir un consensus avec les mi-hommes afin d'éviter les milliers de morts inévitables aux conflits armés. A travers leurs actions, l'autrice pose tout un questionnement autour de ce que cette paix impliquerait pour chaque nation de s'ouvrir à l'autre. En effet, si la guerre est remplacée par la paix, est-ce que les frontières doivent être ouvertes afin qu'il y ait une libre circulation des peuples ? De même qu'elle s'interroge sur les conséquences de l'assimilation culturelle. Finalement, est-ce que cette paix ne va pas entraîner la perte de l'identité de l'un ou l'autre peuple pour ne plus faire qu'un ? 

Derrière ce roman d'aventure rocambolesque, Isabelle Bauthian questionne finalement notre propre Histoire, à l'échelle mondiale, à travers toutes ses conquêtes qui l'ont façonnée et continuent de la remodeler à chacune des ruptures que le monde connait. 

Montès, c'est aussi une fantasy piquante car elle est portée par deux héros dont les joutes verbales assurent aux lecteurs un vrai divertissement.

On retrouve un personnage incontournable du cycle des Rhéteurs, Thélban Acremont. Chef de la guilde des épiciers, on le rencontre pour la première fois dans Anasterry. Forte personnalité et esprit retors, on ne résiste pas au charme de Thélban. Idéaliste indécrottable mais qui n'oublie jamais de faire fructifier ses intérêts, il apparaît comme l'émissaire idéal pour cette mission. Homme puissant et influent, Thélban incarne la réussite par sa seule volonté. En lui associant Oditta d'Anoss de Montès, Isabelle Bauthian le martyrise un peu car elle représente tout ce qu'il exècre. D'ailleurs, il le lui fait bien sentir depuis leur enfance. En effet, tous deux sont des ennemis de longue date. Leur lien, ils le doivent à Renaldo de Montès qui est à la fois le meilleur ami de l'un et l'époux de l'autre. 

Oditta, quant à elle, on la juge immédiatement frivole et idiote. Il s'avère qu'elle cache bien son jeu. Déjà, elle s'embarque dans cette aventure pour sauver Montès et sa famille. Il faut donc bien lui reconnaître une âme courageuse. Ensuite, elle a marre de ne pas être prise au sérieux. Or, Thélban va lui donner l'opportunité d'être sur le devant de la scène et de faire ses preuves comme diplomate. Enfin les honneurs qu'elle mérite vont lui revenir, en tout cas, elle l'espère. L'heure de la revanche de celle que l'on surnomme la ministre des frivolités a sonné. Au fur et à mesure du récit, on change totalement notre regard sur ce personnage qui fait figure d'anti-héroïne. En alternant les chapitres entre la quête présente de se rendre en Outre-Civilisation et les souvenirs extraits du passé d'Oditta, l'autrice nous permet de mieux la cerner et donc de mieux l'apprécier

Cet improbable duo donne à cette aventure sa touche de légèreté et d'humour. 

Enfin, voyager en Outre-Civilisation en compagnie d'un personnage profondément humaniste, oriente également le récit vers d'autres thématiques sous-jacentes telles la tolérance et le respect. Même si les a priori ont malheureusement toujours la dent dure.

Avec Montès, Isabelle Bauthian enrichit son univers d'un nouveau titre incontournable d'une fantasy décalée et captivante. 

Fantasy à la Carte

A lire aussi sur le blog mes avis sur Anasterry et Grish-Mère

Informations

Isabelle Bauthian 
Montès
Tome 3 
Les Rhéteurs
Collection Bad Wolf
978-2-37686-260-4
600 pages
Editions ActuSF

16/04/2021

Thibaud Latil-Nicolas, L'Appel des grands cors, éditions Mnémos

Thibaud Latil-Nicolas, L'Appel des grands cors, éditions Mnémos

L'Appel des grands cors est le troisième volet qui vient mettre un point final à l'époustouflante saga de Thibaud Latil-Nicolas

D'un one shot, ce récit est devenu une trilogie dont chaque tome était attendu par ses lecteurs avec beaucoup de fébrilité. L'impétuosité de cette nouvelle plume de l'Imaginaire y est pour beaucoup car elle nous emporte avec une grande fluidité dans une aventure tumultueuse et captivante. 

Pour un premier cycle, Thibaud Latil-Nicolas a tapé juste et s'est ménagé une entrée en grande pompe dans les littératures de l'Imaginaire. 

Personnellement, ce troisième tome, je l'attendais avec impatience, alors je remercie très chaleureusement Estelle Hamelin et les éditions Mnémos pour ce très plaisant partenariat. 

Dans L'Appel des grands cors, le Bleu-Royaume est tombé sous le joug de l'Enochdil qui a pris l'ascendant sur le jeune roi, Téobane. Reléguant la menace des mélampyges à une simple chimère, Juxs, à la tête d'une puissante armée, espère marcher sur ses voisins pour arrêter les chevauche-brumes et étendre, par la même occasion, le culte d'Enoch. Du côté des chevauche-brumes, ils se sont rapprochés des autres puissants pour les aider à vaincre tous les périls qui les menacent. Or, pendant que les peuples se déchirent, un danger plus grand encore est sur le point de s'abattre sur eux. Celui-ci est constitué de brumes et rien ne semble pouvoir l'arrêter. Sauf peut-être le dernier mage qui a échappé à l'aveuglement religieux mais encore faut-il qu'il atteigne son but ? Rien n'est moins certain au vu du nombre d'ennemis toujours plus importants qui croisent sa route. 

L'Appel des grands cors conclut de manière magistrale cette saga de fantasy épique. Avec ce tome, Thibaud Latil-Nicolas réunit tous les ingrédients inhérents aux grandes épopées héroïques. 

Après avoir fait connaissance avec les personnages tout en prenant conscience de la menace dans Chevauche-brumes, puis avoir goûté aux nombreuses intrigues d'un homme d'Eglise ambitieux dans Les Flots sombres, le temps est venu avec L'Appel des grands cors de voir les camps s'entrechoquer. L'heure de la grande bataille a sonné et le spectacle promet d'être grandiose et meurtrier. 

Pour ce final, la plume de Thibaud Latil-Nicolas se fait héroïque et virevoltante. Il nous narre sans aucune fausse note des scènes de combats incroyablement réalistes. On est emportés avec une grande virtuosité au cœur de la bataille, on tremble pour ces héros auxquels on s'est attachés au fil des romans. Le suspense est à son comble, la tension, insoutenable. Les ennemis tombent autant que les alliés. Très vite, on ne sait plus où donner de la tête et on tourne les pages de plus en plus rapidement sans pouvoir se détacher de ce récit très immersif. 

La puissance de ce cycle réside également dans cette multitude d'intrigues que l'auteur a imaginées. Le volte-face de certains personnages fait changer la direction de l'histoire et nous laisse subjugués devant ces revirements inattendus. 

Thibaud Latil-Nicolas excelle aussi bien en fin tacticien qu'en impitoyable comploteur. 

En outre, que dire de ses personnages. Il y en a tant que tous les lecteurs s'y retrouvent. Si on a passé pas mal de temps en compagnie de cette bande hétéroclite de mercenaires au début du cycle, les autres tomes ont laissé la place à d'autres figures, notamment féminines. Ainsi, on part à la rencontre des clans Doryactes présidés par des femmes. Toutes guerrières et toutes puissantes, elles font montre d'un courage et d'une force exceptionnelle dans ce dernier volet. Autre femme qui fait beaucoup parler d'elle, c'est Emélia, la baronne héritière de Ferbourg qui, malgré son handicap, participe activement à la campagne, quitte à se mettre en première ligne pour redonner du courage aux soldats. Beaucoup des héros de Thibaud Latil-Nicolas évoluent au cours de l'histoire. C'est le cas de Téobane. Influençable et faible du fait de son jeune âge, il mûrit en plein cœur de la bataille et prend de l'assurance pour enfin tenir tête à l'absurdité qui lui dictait jusque-là sa conduite. Enfin, d'autres protagonistes empruntent des chemins étonnants comme ces chevauche-brumes qui choisissent, à l'image de Franc-Caquet, de rentrer dans le rang en devenant un moine pénitent qui a fait vœu d'aider son prochain. 

C'est donc un cycle riche à plus d'un titre, autant pour ses personnages que pour la multitudes d'histoire narrées. 

Avec sa trilogie, Thibaud Latil-Nicolas nous offre un premier cycle d'une grand maturité incroyablement immersif. 

Après une entrée si remarquée, on lui souhaite de poursuivre sa carrière d'écrivain et de continuer à nous enchanter avec son imaginaire si foisonnant. 

Fantasy à la Carte

A lire sur le blog mes avis sur Chevauche-brumes et Les Flots sombres

Informations

Sur la blogosphère, lisez les avis de L'Ours Inculte, Ogrimoire et de Yuyine

Thibaud Latil-Nicolas
L'Appel des grands cors
978-2-35408-807-1
564 pages
éditions Mnémos

13/04/2021

Gabriel Katz, La Part des Ombres, tome 1, éditions Scrineo

Gabriel Katz, La Part des Ombres, tome 1, éditions Scrineo

Après avoir beaucoup écrit pour les autres, Gabriel Katz enchaîne enfin des romans signés de son pseudonyme qui ont l'ambition de construire un univers de fantasy très développé. Ainsi, La Part des Ombres est la quatrième oeuvre qu'il publie aux éditions Scrineo

Ayant reçu le tome 1 lors de la dernière Masse Critique "Mauvais genres", j'ai enfin pu m'intéresser à cette plume dont j'ai beaucoup entendu parler. Je remercie donc toute l'équipe de Babelio, ainsi que les éditions Scrineo pour l'envoi de ce service de presse. 

Dans La Part des Ombres, on rejoint la Goranie qui vit sous la domination des Traceurs depuis plus de dix ans. Une décennie de terreur et de violence qui est ébranlée par l'arrivée d'un mystérieux Fantôme. C'est le nom sous lequel le chef des rebelles se fait appeler. Meurtres, sabotages et enlèvements, ce dernier ne semble reculer devant rien pour mettre en déroute ces terribles guerriers de la Trace. Pour tous, il est là pour libérer le peuple, mais en vérité, il ne rêve que d'accomplir sa vengeance personnelle. Point de rédemption ni pour lui ni pour ses ennemis car tel est le sanglant chemin sur lequel il a décidé de s'engager. 

La Part des Ombres vient donc étoffer l'univers de Gabriel Katz. Néanmoins, il a écrit chacun de ses romans de manière indépendante afin que les lecteurs puissent les lire dans n'importe quel ordre. 

Mais, parfois, Gabriel Katz apprécie de balader certains de ses héros d'une oeuvre à l'autre. C'est, d'ailleurs, le cas dans ce diptyque puisque l'on retrouve trois de ses personnages déjà rencontrés auparavant. 

La Part des Ombres est clairement un récit sombre qui s'écrit à l'encre de sang. En effet, on part ici à la rencontre d'un peuple guerrier qui a assis sa domination dans le sang et la violence. Il ne respecte rien, même pas les rites locaux. Or, c'est la violation d'une cérémonie de mariage qui va être l'élément déclencheur de cette vengeance, servant de fil directeur à ce récit. Dès le premier chapitre, l'auteur entre de suite dans le vif du sujet et donne immédiatement le ton impitoyable de son texte. 

La Part des Ombres enchaîne des chapitres courts et rythmés où l'écriture y est nerveuse. Ici, Gabriel Katz alterne les points de vue de ses héros pour mieux nous les attacher. Tour à tour, on passe du temps aux côtés d'un homme meurtri par la disparition de ses proches, d'un bel âtre rattrapé par ses vices, d'un bretteur arrogant ou encore d'une maîtresse de guerre solitaire. Ils ont tous une histoire qui s'est écrite dans la douleur et les larmes. En cela, ils ne sont pas lisses et sont donc très intéressants à suivre. Aujourd'hui, ils sont réunis pour accomplir un même but : renverser les pouvoirs en place. En leur compagnie, on infiltre un royaume et on participe à leur travail de sape. Ils incarnent la résistance de ce pays assiégé. L'auteur a insufflé un vent de rébellion sur son diptyque où la liberté se conquiert par la ruse et le rapport de force. La puissance de ce texte réside aussi dans cette ambiance de peur, de doute et de suspicion que l'auteur s'est plu à développer. La surveillance accrue mise en place par les Traceurs y est sans doute pour quelque chose car ils n'hésitent pas à multiplier les mesures liberticides pour contraindre la population et traquer les rebelles : couvre-feu, laissez-passer, assassinats pour l'exemple... ect. 

Avec La Part des Ombres, Gabriel Katz se fait l'auteur d'une fantasy âpre et addictive. Mené tambour battant, ce récit est si immersif qu'il est douloureux de s'en détacher. Pire encore, le cliffhanger sur lequel cette première partie s'achève ne fait que nous frustrer en attendant de pouvoir lire le final.  

Fantasy à la Carte

Informations

Gabriel Katz
La Part des Ombres
Tome 1
9-782367-404431
318 pages
Editions Scrineo

11/04/2021

J.J. Amaworo Wilson, Les Dévastés, éditions Hélios

J.J. Amaworo Wilson, Les Dévastés, éditions Hélios

Avec Les Dévastés, J.J. Amaworo Wilson signe un premier roman, à la croisée des imaginaires, aussi puissant qu'original. 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Les Moutons électriques, je les remercie pour l'envoi de ce service de presse. 

Dans Les Dévastés, on plonge dans le quotidien de Nacho Morales et des six cents âmes qu'il entraîne dans son sillage. Érudit au corps atrophié, Nacho a l'idée d'investir une tour de 60 étages, depuis longtemps abandonnée. Dans ce squat gigantesque, des familles errantes vont trouver refuge. Contre vents et marées, le lieu va reprendre vie. Mais très vite, ceux que l'on appelle "les Dévastés" devront braver les éléments, des politiciens mafieux, une armée corrompue et bien d'autres dangers encore. Mais tous ont confiance car l'exceptionnel Nacho les protège. Quant au principal intéressé, il est plutôt dans le doute permanent car qui peut vraiment prédire l'avenir ? 

Inspiré par un fait réel, le squat vertical de Caracas au Vénézuela, J.J. Amaworo Wilson a laissé son imagination vagabonder autour d'une vie réinventée dans ce lieu emprunté. Sous la férule d'un homme, prophète ou faiseur, une société est recréé. Nacho est un être singulier, un utopiste qui souhaite donner une visibilité aux oubliés. C'est pourquoi, il voit dans la Tour des Torres, l'occasion pour ces centaines de vagabonds de ré-appartenir à une communauté, en quittant la rue afin de retrouver une humanité.  

Au fil des chapitres, on découvre en Nacho, un être complexe et torturé. Profondément humaniste, il se sent investi d'une mission. Il est mystifié, on lui prête même la réalisation de miracles. Polyglotte et instruit, il n'aurait aucun mal à s'intégrer dans les hautes sphères de la société. Pourtant, il n'en fait rien, préférant tendre la main, partager son savoir et aider son prochain. Héros incroyable qui, au fil de ses rencontres, met en lumière une multitude d'autres destins. En effet, autour de lui s'agitent de nombreuses vies qu'il nous partage sous la forme d'un kaléidoscope d'histoires qui viennent enrichir ce récit étonnant et polyphonique. 

Les Dévastés se déroule dans la mégalopole fictive de Favelada qui a beaucoup de similitudes avec certaines villes d'Amérique du Sud. Ici aussi les cartels font la loi et les minorités pauvres sont abandonnées à leur sort. J.J. Amaworo Wilson met en exergue une société impitoyable et cruelle vis à vis de ceux qui ne comptent pas aux yeux des dirigeants. 

Mais derrière ce squat se cachent aussi l'espoir, la solidarité, l'amitié et l'amour portés par ces hommes et ces femmes qui se retrouvent pour refaire société. 

On ressort finalement complètement chamboulé de cette lecture qui nous remue profondément. 

En outre, pour ajouter à la fascination qu'exerce déjà ce récit, l'auteur l'a également agrémenté d'une dimension ésotérique. En effet, Nacho est parfois témoin de phénomènes étranges, teintés de notes fantastiques. Il faut dire que le sort semble souvent s'acharner sur cette communauté cosmopolite. Or, comment ne pas voir une intervention divine dans cette pluie torrentielle et infinie ainsi que dans cette invasion de libellules qui se sont, tour à tour, abattues sur eux. Et que dire de cette meute de loups subitement venue les sauver du destin funeste que leur réservaient des soldats corrompus. 

Dans Les Dévastés, l'auteur nous entraîne dans une quête héroïque où finalement le merveilleux n'est jamais loin. 

Connoté tantôt fantasy, tantôt post-apocalyptique, Les Dévastés est un roman engagé, social et sociétal très âpre dans lequel l'auteur s'attaque à des thématiques fortes telles le mépris de classes, l'injustice ou encore la corruption.

Sous cette plume, on est transportés par cette histoire qui ne laisse pas indifférent. Finalement, avec J.J. Amaworo Wilson, l'imaginaire explore d'autres chemins. C'est clairement une claque littéraire !

Fantasy à la Carte

Informations

J.J. Amaworo Wilson
Les Dévastés
978-2-36183-694-8
368 pages
Editions Hélios

09/04/2021

Jean-Claude Dunyach, L'Empire du Troll, éditions L'Atalante

Jean-Claude Dunyach, L'Empire du Troll, éditions L'Atalante

Au cœur de l'œuvre foisonnante de Jean-Claude Dunyach, j'avais, depuis longtemps, envie de commencer sa série, Troll. Aujourd'hui, c'est chose faite grâce à Emma et aux éditions L'Atalante. Je les remercie, d'ailleurs, pour ce nouveau partenariat. 

Comme Jean-Claude Dunyach a écrit chaque roman de manière indépendante, commencer par le troisième volet ne m'a donc posée aucun problème de compréhension. 

Dans L'Empire du Troll, le Troll connaît quelques revers. Tout commence lorsqu'il découvre que sa chère et tendre trollesse a eu les yeux plus gros que le ventre en empruntant beaucoup d'argent pour agrandir son salon de coiffure. Ne pouvant plus payer ses mensualités, elle est maintenant menacée d'expulsion. Quant aux nains de la mine, ils ont cessé subitement de creuser et jouent à cache-cache avec le Troll quand celui-ci souhaite en connaître la raison. Il lui faut de l'or et vite ! Et pour ça, il a un plan. Or, je vous l'accorde, ce n'est pas sans risque mais aux grands maux, les grands remèdes. C'est comme cela qu'on le retrouve en train de monter une expédition pour aller cambrioler l'antre d'un dragon. Cela pourrait fonctionner à condition que les avocats ne s'en mêlent pas !

Quand Jean-Claude Dunyach écrit de la fantasy, il aime bien jouer avec les archétypes du genre. Dans ses récits, on croise trolls, gobelins, dragons et faes. Le merveilleux répond présent mais il est détourné de sa posture habituelle. Ainsi, le Troll est ici un contremaître, chargé de superviser l'extraction des filons de métaux et de pierres précieuses par les nains. Sa compagne, elle, tient un salon de coiffure tout en se rêvant tatoueuse et esthéticienne dans la foulée. Le chevalier Cédric est toujours en apprentissage et doit même rendre son rapport pour finaliser son stage. Le dragon peut autant veiller sur son trésor qu'alimenter le feu de la forge de la mine pour fondre le minerai. Quant aux nains, on les retrouve souvent à travailler dans la mine mais parfois l'un d'eux se réoriente pour devenir un impitoyable directeur d'une société de crédit. 

En lisant la prose de Jean-Claude Dunyach, on comprend très vite qu'il s'amuse à tordre les stéréotypes pour mettre les créatures fantastiques dans des situations inattendues et finalement très humanisées. Il faut bien reconnaître que les héros de cet auteur sont tous très attachants et même si certains proviennent directement du bestiaire merveilleux, ils n'en demeurent pas moins très humains. En effet, sous ses dehors de créature bourrue, le Troll a finalement le cœur sur la main, ce qui le pousse à aider les autres même si ses choix ne sont pas toujours judicieux. Quant à sa moitié, elle se montre d'une grande perspicacité pour percer à jour les gens, moins pour évaluer une situation et modérer ses ambitions. Quant à Cédric, c'est un piètre chevalier mais il est tellement humain du point de vue de sa gaucherie. Dans ce nouveau roman, on retrouve une belle brochette de héros hauts-en-couleurs qui égaillent avec une certaine insouciance cette aventure

De même que Jean-Claude Dunyach apprécie aussi de revisiter certains motifs du genre comme la quête d'un trésor gardé par un dragon. Ainsi, dans L'Empire du Troll, l'auteur nous colle aux basque d'une drôle d'équipée, bien décidée à s'improviser cambrioleurs. Et comme on peut s'y attendre, rien ne va se passer comme prévu, pas même l'emplacement exact du fameux trésor. 

J'avoue que le style de ce cycle est très rafraîchissant. L'auteur n'est pas avare en situations cocasses surtout quand il s'agit de malmener quelque peu ses personnages. On se retrouve au cœur d'une aventure rocambolesque, bourrée d'humour, mais qui n'est pas exempt de sens. 

En effet, L'Empire du Troll est une satire loufoque du capitalisme. Jean-Claude Dunyach profite de son récit pour s'interroger et nous interpeller sur les dérives de notre modèle économique. Il soulève le problème des crédits à la consommation galopants, de la dévaluation de la monnaie ou encore des crises financières qui n'ont finalement de conséquences que sur les classes sociales les plus pauvres. 

Par le biais d'un humour mordant et d'un merveilleux omniprésent, Jean-Claude Dunyach tient un propos très intelligent et fait une analyse fine de notre société. 

Avec L'Empire du Troll, j'ai eu la confirmation de ce que je pressentais déjà sur ce cycle. C'est pourquoi, le rendez-vous est pris et je vous retrouve bientôt pour partager mes avis sur les deux précédents volets. A très vite !

Fantasy à la Carte

D'autres avis sur la blogosphère : Ombre Bones et Post Tenebras-Lire

Informations

Jean-Claude Dunyach
L'Empire du Troll
9791036000669
224 pages
Editions L'Atalante

06/04/2021

Samantha Bailly, Oraisons, Intégrale, Le Livre de Poche Imaginaire

Samantha Bailly, Oraisons, éditions Le Livre de Poche Imaginaire

Autrice de romans de fantasy et de romans contemporains, scénariste de mangas et de films, Samantha Bailly navigue avec virtuosité entre les genres. 

Son premier roman, La Langue du Silence, publié en 2009 aux éditions Mille Saisons, puis réédité sous le titre d'Oraisons chez Bragelonne, rafle déjà deux distinctions en 2011 : le prix des Imaginales des lycéens et le prix jeunesse Marais Page. Reconnaissance immédiate pour cette plume qui fait une entrée remarquée dans les littératures de l'Imaginaire. 

En février, Oraisons a été réédité au format poche aux éditions Le Livre de Poche Imaginaire. L'ayant reçu en service de presse, je suis enchantée de découvrir cette plume avec son tout premier texte, et je remercie William et les éditions Le Livre de Poche d'avoir accepté ce nouveau partenariat. 

La Langue du Silence

En Hélderion vit la puissante famille d'oraisonniers, les Manérian. Lorsque la fille cadette est assassinée, la famille est plongée dans la tourmente. Profondément traumatisée, Aileen ne pense qu'à venger la mort de sa sœur en faisant payer les coupables. Quant à l'aînée des Manérian, Noony, elle prend la fuite lorsque son père lui demande de rejoindre le champ de bataille. En effet, une guerre avec le royaume voisin se prépare et Noony est bien déterminée à l'en empêcher. Entre intrigues et jeux de pouvoir, les deux héroïnes de Samantha Bailly devront virevolter avec adresse si elles espèrent atteindre les buts qu'elles se sont fixées.

La Chute des Etoiles 

En démasquant le commanditaire du meurtre de sa sœur, Aileen découvre qu'Hélderion est complètement corrompu. Au vu de ces terribles révélations, elle accepte de rejoindre les rangs des rebelles du royaume de Thyrane afin de les aider à reconquérir leur liberté. En traversant les Terres Impies, Noony, elle, prend conscience de la vaste supercherie qu'est l'Astrascisme. Remontée face à tous ces mensonges dont les Hélderionnois sont les victimes, elle compte bien rétablir la vérité. Déterminées, les deux sœurs seront-elles à même de faire la différence dans ce jeu de dupes ? 

Oraisons est un récit de fantasy très sombre. Déjà, il s'ouvre sur l'assassinat d'une enfant de 13 ans. Ainsi, Samantha Bailly donne d'emblée le ton de son texte. En outre, l'autrice nous attache aux pas d'une famille dont les revenus sont tirés de la mort. En effet, le chef de la famille Manérian, Gide est le responsable de la corporation des marchands d'étoiles. Celle-ci se charge des oraisons du royaume, c'est à dire qu'elle permet aux âmes des défunts, lors d'une cérémonie, de se réincarner sur leurs astres de naissance. Une mission importante qui vaut à cette famille une proximité avec la grande corporation qui règne sur Hélderion. 

Samantha Bailly a construit un univers très détaillé qui prend cadre à travers trois royaumes. Pour chacun d'entre eux, elle a imaginé une Histoire propre. L'action se partage donc entre Hélderion, Thyrane et Rouge-Terre. Après plusieurs siècles de bonne entente, le royaume d'Hélderion a souhaité convertir le peuple de Thyrane à l'Astrascisme. Mais l'opposition fut si virulente qu'elle déboucha sur une guerre. Après avoir exécuté le plus gros des opposants, Hélderion a réussi à s'imposer sur les terres voisines. Mais les quelques rebelles survivants se sont réfugiés ici ou là en Thyrane et forment des clans qui continuent de semer la discorde dans l'espoir de reconquérir prochainement leur liberté. Quant au royaume de Rouge-Terre, surnommé "Les Terres Impies", il a été découvert fortuitement par un navigateur perdu lors d'une tempête. Bien que l'actuel Astracan, Soleil III ait signé un pacte de paix avec Rouge-Terre, il semblerait qu'au moment où Oraisons débute, la paix ne soit plus d'actualité puisqu'Hélderion s'apprête à envahir ce royaume. Sous le couvert de convertir les peuples à un culte unique, l'Astracan, qui centralise déjà tous les pouvoirs en Hélderion, espère étendre son hégémonie partout. Derrière chacun de ses actes se cachent des visées peu louables qui nécessitent moult manipulations pour arriver à ses fins. 

Dans Oraisons, les personnages intriguent énormément. Chacun y va de ses mensonges et de ses trahisons pour servir ses propres intérêts. Manipulations, secrets et complots émaillent donc ce récit. L'autrice distille un suspense tout au long de son récit qui nous tient captifs de la prochaine révélation à venir. Bien que cette duologie fasse un peu plus de mille pages, on ne voit pourtant pas le temps passer tant on est complètement happé par cette histoire. Ce livre est un véritable page-turner dans lequel on s'attache totalement aux personnages et notamment aux deux narratrices : les deux filles survivantes de la famille Manérian. Que ce soit la douce Noony qui, au fil de ses rencontres, va devoir remettre en cause tout ce en quoi elle croyait et particulièrement sa fonction d'oraisonnière. A travers elle, on part à la rencontre d'autres peuples ayant une spiritualité différente et on prend la mesure de ce qui se cache derrière l'Astrascisme. Quant à Aileen, elle est propulsée au cœur du pouvoir et veut se servir de sa position pour faire tomber les masques de ceux qui détiennent l'autorité. Au fur et à mesure de l'aventure, on voit ces deux héroïnes mûrir au fil des drames qui jalonnent leurs vies. Elles prennent des coups mais apprennent à les rendre. Il faut dire qu'elles évoluent dans un univers impitoyable vis à vis des femmes qui sont souvent déconsidérées et mal traitées. Pourtant au fur et à mesure du temps, toutes deux prennent de l'assurance et deviennent deux femmes fortes. Figures de la liberté, elles incarnent l'espoir d'un monde plus juste et plus tolérant. Elles contribuent à rendre ce texte passionnant car suivre leurs pérégrinations devient très vite addictif. 

Avec Oraisons, Samantha Bailly a réussi à imposer, avec une grande fluidité, un univers original et complexe. Elle allie de main de maître aventures, idylles, luttes de pouvoir et émancipations féminines. Clairement si vous n'avez pas encore lu ce cycle, profitez de sa réédition en poche pour le faire car c'est vraiment un incontournable du genre qu'il faut avoir lu.

Fantasy à la Carte

Samantha Bailly
Oraisons
Intégrale
978-2-253-26199-5
1104 pages
Editions Le Livre de Poche Imaginaire

01/04/2021

Silène Edgar & Paul Beorn, 14-14, éditions Catselmore

Silène Edgar & Paul Beorn, 14-14, éditions Castelmore

Pour fêter la sortie très attendue de la suite de Calame, les blogueuses de Book en Stock ont décidé de redonner la parole à son auteur, Paul Beorn, à l'occasion d'un nouveau "Mois de". Je les remercie de m'avoir invitée à venir participer à l'événement.

Mais je ne vais pas vous parler ici de ce second tome car je ne l'ai pas encore lu. En revanche, je me suis intéressée à l'un de ses livres, destiné à la jeunesse. Il s'agit de 14-14 qu'il a co-écrit avec Silène Edgar. Je remercie les éditions Castelmore pour l'envoi de ce service de presse. 

Dans ce roman épistolaire, on découvre la vie de deux jeunes garçons, à travers les lettres qu'ils s'échangent. Ils se pensent cousins mais en réalité un centenaire les sépare. En effet, Adrien vit en 2014 et comme beaucoup d'adolescents, il connait ses premiers émois même s'il ne sait pas comment avouer ses sentiments à sa meilleure amie, Marion. Quant à Hadrien, en cette année 1914, il est complètement obnubilé par l’obtention de son certificat d'études car c'est le précieux sésame qui lui permettrait d'accéder au petit lycée. Enfin si son père le lui permet et pour le moment ce n'est pas dit qu'il accepte de voir son fils unique suivre une autre voie que celle de reprendre la ferme familiale. Mais ce qu'il ignore, c'est qu'un grand danger le guette, alors pas sûr qu'il puisse réaliser ses rêves, à moins qu'Adrien l'y aide ? 

Deux époques, deux destins, une histoire. 

14-14 nous immerge à tour de rôle dans deux époques distinctes avec beaucoup de crédibilité. Les auteurs ont parfaitement respectés les mentalités et les niveaux de langage que l'on s'attend à trouver en 1914 et en 2014. 

A travers ces échanges épistoliers, on prend conscience des profondes transformations sociétales que la France a connu en cent ans. 

Les auteurs confrontent ici deux mondes où la manière d'écrire et de s'exprimer, au regard du contenu de ces lettres dans leur forme, a bien évolué. Cependant, les préoccupations adolescentes demeurent identiques, à savoir la réussite scolaire, l'amitié et l'amour. 

Paul Beorn et Silène Edgar nous attachent à deux jeunes héros très touchants dans leur histoire personnelle. En effet, ils sont tous les deux pris dans la tourmente de leurs sentiments et de leurs espoirs. Au fil de leurs correspondances, ils s'attachent même l'un à l'autre car chacun voit dans l'autre, le confident dont il a besoin à ce moment de sa vie. Ainsi, ils se conseillent et se soutiennent. Les suivre est un vrai plaisir. 

Les enjeux sont multiples d'autant que l'ombre de la guerre plane sur Hadrien. Dès lors qu'Adrien comprend qu'ils ne vivent pas dans la même époque, il n'aura de cesse de tout mettre en oeuvre pour sauver Hadrien du funeste destin qui l'attend.

C'est toute l'originalité de ce texte qui réunit deux garçons qui n'auraient jamais dû se connaître. A travers cette fantastique boîte aux lettres, apparue comme par enchantement en face du domicile d'Adrien, ils peuvent se parler. La magie opère immédiatement et on adhère pleinement au concept. Bien qu'écrit à quatre mains, la lecture se fait sans heurt, l'histoire est d'une grande fluidité et on demeure totalement sous le charme de ces deux plumes qui se mêlent harmonieusement. Captivés par ces destins ballottés par la vie, 14-14 nous happe jusque dans les dernières lignes. 

Authentique et poignant, 14-14 est une belle entrée dans l'étude de cette période sanglante de l'Histoire. 

Changement de registre réussi pour Paul Beorn qui a délaissé un temps l'écriture d'une fantasy adulte pour s'adresser à un public plus jeune. 

Déjà récompensé pour son premier roman, c'est un vrai plaisir que de renouer avec cette plume incontournable de l'Imaginaire français, ainsi que de découvrir celle, non moins extraordinaire, de Silène Edgar. 

Fantasy à la Carte

A lire sur le blog mes avis sur Calame (tome 1) et Le Septième Guerrier-Mage

Informations

Silène Edgar & Paul Beorn
14-14
9782362311192
320 pages
Editions Castelmore