L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

20/04/2021

Isabelle Bauthian, Montès, tome 3, Les Rhéteurs, collection Bad Wolf, éditions ActuSF

Isabelle Bauthian, Montès, tome 3, 
Les Rhéteurscollection Bad Wolf, 
éditions ActuSF

Après Anasterry et Grish-Mère (prix Elbakin.net), Isabelle Bauthian continue d'étoffer son univers des Rhéteurs en signant un troisième roman, Montès, publié, il y a peu, aux éditions ActuSF

Lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions ActuSF, je remercie Jérôme Vincent pour l'envoi de ce service de presse. 

Après 40 ans de paix, la guerre est aux portes de Civilisation. La baronnie frontière, Montès est aux premières loges du fait de sa proximité. Elle subit déjà les premières invasions des mi-hommes d'Outre-Civilisation. Pour tenter d'endiguer la situation, Oditta d'Anoss de Montès et Thélban Acremont sont secrètement missionnés afin de trouver un terrain d'entente avec l'ennemi et mettre un terme à l'invasion. Mais face à un fou au pouvoir, peuvent-ils réellement espérer réussir à faire basculer la situation ? 

Avec Montès, Isabelle Bauthian continue d'explorer, ce qu'elle a initié avec ses autres romans des Rhéteurs, à savoir les différents systèmes politiques possibles que l'on peut retrouver dans un état fédéral. Si Anasterry se veut démocratique, Landor est plutôt féodale et Grish-Mère, matriarcale, Montès, elle, est clairement une baronnie martiale. Sa position stratégique ne lui laisse d'ailleurs pas le choix. C'est donc tout naturellement le point de départ idéal pour lancer une guerre de conquête. Or, c'est justement ce qui va servir de toile de fond à ce nouveau récit. Pour Isabelle Bauthian, c'est l'occasion d'orienter son propos vers des pistes de réflexions tournant autour des implications de la guerre autant pour ceux qui la mènent que pour ceux qui la subissent. Ainsi, au fil des rencontres des deux émissaires de Montès, on découvre l'envers du décor notamment à travers les déserteurs ou les exactions perpétrées au nom du conflit. On se frotte à la mort, à la violence et à l’innommable. La guerre, c'est le sacrifice des hommes pour l'extension du pouvoir d'un groupe de décideurs. L'autrice met aussi en perspective l'absurdité des conflits quand ils servent simplement à l'annexion de nouveaux territoires. Sans jamais s'y frotter directement car les héros d'Isabelle Bauthian se déplacent toujours en marge des batailles, l'autrice n'oublie jamais de mettre en exergue ce qui fait l'essence même de la guerre. A contrario, Oditta et Thélban œuvrent pour rétablir la paix. En effet, ils vont chercher à établir un consensus avec les mi-hommes afin d'éviter les milliers de morts inévitables aux conflits armés. A travers leurs actions, l'autrice pose tout un questionnement autour de ce que cette paix impliquerait pour chaque nation de s'ouvrir à l'autre. En effet, si la guerre est remplacée par la paix, est-ce que les frontières doivent être ouvertes afin qu'il y ait une libre circulation des peuples ? De même qu'elle s'interroge sur les conséquences de l'assimilation culturelle. Finalement, est-ce que cette paix ne va pas entraîner la perte de l'identité de l'un ou l'autre peuple pour ne plus faire qu'un ? 

Derrière ce roman d'aventure rocambolesque, Isabelle Bauthian questionne finalement notre propre Histoire, à l'échelle mondiale, à travers toutes ses conquêtes qui l'ont façonnée et continuent de la remodeler à chacune des ruptures que le monde connait. 

Montès, c'est aussi une fantasy piquante car elle est portée par deux héros dont les joutes verbales assurent aux lecteurs un vrai divertissement.

On retrouve un personnage incontournable du cycle des Rhéteurs, Thélban Acremont. Chef de la guilde des épiciers, on le rencontre pour la première fois dans Anasterry. Forte personnalité et esprit retors, on ne résiste pas au charme de Thélban. Idéaliste indécrottable mais qui n'oublie jamais de faire fructifier ses intérêts, il apparaît comme l'émissaire idéal pour cette mission. Homme puissant et influent, Thélban incarne la réussite par sa seule volonté. En lui associant Oditta d'Anoss de Montès, Isabelle Bauthian le martyrise un peu car elle représente tout ce qu'il exècre. D'ailleurs, il le lui fait bien sentir depuis leur enfance. En effet, tous deux sont des ennemis de longue date. Leur lien, ils le doivent à Renaldo de Montès qui est à la fois le meilleur ami de l'un et l'époux de l'autre. 

Oditta, quant à elle, on la juge immédiatement frivole et idiote. Il s'avère qu'elle cache bien son jeu. Déjà, elle s'embarque dans cette aventure pour sauver Montès et sa famille. Il faut donc bien lui reconnaître une âme courageuse. Ensuite, elle a marre de ne pas être prise au sérieux. Or, Thélban va lui donner l'opportunité d'être sur le devant de la scène et de faire ses preuves comme diplomate. Enfin les honneurs qu'elle mérite vont lui revenir, en tout cas, elle l'espère. L'heure de la revanche de celle que l'on surnomme la ministre des frivolités a sonné. Au fur et à mesure du récit, on change totalement notre regard sur ce personnage qui fait figure d'anti-héroïne. En alternant les chapitres entre la quête présente de se rendre en Outre-Civilisation et les souvenirs extraits du passé d'Oditta, l'autrice nous permet de mieux la cerner et donc de mieux l'apprécier

Cet improbable duo donne à cette aventure sa touche de légèreté et d'humour. 

Enfin, voyager en Outre-Civilisation en compagnie d'un personnage profondément humaniste, oriente également le récit vers d'autres thématiques sous-jacentes telles la tolérance et le respect. Même si les a priori ont malheureusement toujours la dent dure.

Avec Montès, Isabelle Bauthian enrichit son univers d'un nouveau titre incontournable d'une fantasy décalée et captivante. 

Fantasy à la Carte

A lire aussi sur le blog mes avis sur Anasterry et Grish-Mère

Informations

Isabelle Bauthian 
Montès
Tome 3 
Les Rhéteurs
Collection Bad Wolf
978-2-37686-260-4
600 pages
Editions ActuSF

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire