L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

25/09/2020

Catherine Dufour, Au bal des absents, éditions du Seuil

Catherine Dufour, Au bal des absents, éditions du Seuil

Ingénieure en informatique et chroniqueuse au Monde Diplomatique, Catherine Dufour est également une autrice à l'imagination fertile. Il suffit de jeter un œil à sa bibliographie pour être impressionné autant par sa richesse que par la variété des genres explorés. 

Pour la rentrée, elle n'a d'ailleurs pas été en manque d'inspiration puisqu'elle nous propose un nouveau roman sorti au début du mois de septembre aux éditions du Seuil

Elle m'a fait la surprise de me l'envoyer en service de presse, alors je la remercie très chaleureusement pour l'intérêt qu'elle porte à mon blog Fantasy à la Carte

Dans Au bal des absents, on fait la connaissance de Claude, une quarantenaire au RSA qui est sur le point de perdre son studio, faute de pouvoir continuer à honorer le loyer. Découragée et perdue, elle reçoit, contre toute attente, une étonnante proposition de travail via Linkedin. Sa mission si elle l'accepte sera de louer une maison isolée, située au fin fond de la campagne, afin de découvrir ce qu'est devenue une famille, portée disparue un an auparavant. La rémunération étant conséquente, sans compter qu'elle sera logée, elle ne peut qu'accepter. Bien sûr, elle a bien conscience des dangers encourus, après tout une famille s'y est mystérieusement volatilisée mais a-t-elle vraiment un autre choix ? 

Avec ce roman, Catherine Dufour ne laisse percer aucun élément susceptible de nous orienter sur ce que l'on va réellement trouver dans ce récit. Le titre, la couverture et même le résumé sont volontairement neutres pour ménager la surprise aux lecteurs. Avec son habituel œil critique et son humour noir, l'autrice nous entraîne à la suite d'une héroïne cabossée par la vie. Esseulée et amère, Claude est aux abois. Broyée par le système, éjectée du monde professionnel, elle vivote et tente de survivre dans ce monde sans âme. 

A travers son personnage principal, Catherine Dufour met encore une fois en exergue les failles de notre société qui exclut les moins qualifiés, les trop jeunes, les plus vieux, les sans recommandations, autrement dit tous ceux qui ne rentrent pas ou plus dans le moule des diktats de ce monde moderne. 

Au bal des absents est un huis-clos bien ficelé. On s'attache complètement à cette héroïne désabusée par la vie mais qui fait pourtant preuve d'un sang-froid et d'une débrouillardise exceptionnels au vu de sa dramatique situation. On apprécie son humour et sa philosophie. Elle nous entraîne au cœur d'une enquête improbable et effrayante dont on ne sort, finalement, pas complètement indemne. 

Dans ce roman, l'autrice revisite également un genre bien apprécié des amateurs de frissons : l'horreur. En effet, c'est bien dans une maison hantée par des esprits que Claude emménage. Qu'ils soient de simples souvenirs emprisonnés dans des miroirs ou de terrifiants poltergeists, les fantômes qui habitent tante Colline lui promettent un séjour pour le moins effrayant. On ne s'étonne donc pas de retrouver l'ambiance typiquement morbide des lieux hantés. Vieille demeure isolée où chaque craquement nocturne devient une source d'angoisse. Pour un peu, on se croirait à Crimson Peak (film réalisé par Guillermo del Torro, en 2015). Il est vrai que les clins d’œil aux incontournables films du genre ne manquent pas dans ce roman, on n'échappe donc pas à la mention des cycles Amityville, Conjuring ou Blair Witch. Il fallait bien que Claude se documente sur le sujet, ne serait-ce que pour savoir comment les éliminer. Mais à la différence de toutes ces fictions construites sur le même modèle, Catherine Dufour n'a pas souhaité enfermer simplement son héroïne dans ce milieu sombre et hostile. Claude est plus retors et surtout moins naïve, elle a un instinct de survie développé. C'est pourquoi, elle ne se rend sur les lieux qu'après s'être armé d'un certain savoir sur la maison et ses occupants pour mieux venir à bout de cette menace. Ici, tous les clichés habituels du sel ou de l'eau bénite ne semblent pas efficaces pour contrer ces esprits en colère. Pire encore, certains fantômes font preuve d'une intelligence supérieure et usent même de la technologie pour manipuler les humains. Autant dire que Claude aura fort à faire pour avoir le dessus sur eux. 

Au vu de ces éléments, vous comprenez maintenant pourquoi je vous parle ici de ce livre. 

Hantée autant par les vivants qui lui ont cassé les pieds dans sa vie de chômeuse, que par les morts qui ne veulent décidément pas trouver le repos éternel, Claude est une héroïne pugnace dont on se sent finalement proche. 

Avec Au bal des absents, Catherine Dufour signe un roman noir où le fantastique sert de porte d'entrée à une analyse crue de notre société qui a perdu de son humanité. 

Fantasy à la Carte

A lire aussi sur le blog mes avis sur Entends La Nuit et Danse avec les lutins.

Catherine Dufour
Au bal des absents
Editions du Seuil

4 commentaires: