L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

30/06/2022

Olivier Gechter, Requiem en Catastrophe Majeure, éditions Mnémos

Olivier Gechter, Requiem en Catastrophe Majeure, éditions Mnémos

Romancier et nouvelliste, Olivier Gechter est notamment connu pour sa série de courts romans steampunk, Le Baron Noir, réédités en partie, en 2017, par les éditions Mnémos, sous le titre de Baron noir volume 1864. Il est également l'auteur d’Évariste, sorti en 2009 aux éditions Asgard, puis en poche, en 2015, chez Mnémos. Or, son nouveau roman Requiem en Catastrophe Majeure nous propose une nouvelle aventure de son héros atypique, Évariste Cosson. 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Mnémos, je remercie Nathalie Weil pour l'envoi de ce service presse. 

Consultant en occultisme, Évariste Cosson a du mal à faire décoller sa start-up. Pourtant c'est pas faute d'avoir positionné ses locaux en plein cœur de La Défense, mais faut croire que les a priori ont la dent dure surtout pour les esprits les plus cartésiens. Alors quand une affaire se présente, elle ne se refuse pas, même si elle sent de suite le coup foireux. Or, c'est bien connu que les emmerdes volent toujours en escadrilles. Ce n'est donc pas un mais trois contrats qui lui tombent dessus, à Évariste de savoir bien gérer son temps et de faire les bons choix. Heureusement pour lui, ou pas d'ailleurs, son ami Gidéon, sorcier papou de son état va l'épauler dans l'accomplissement de ses délicates missions. Pour autant, ce n'est pas sûr que ces deux gaillards, légèrement poissards sur les bords, s'en sortent

Dans Requiem en Catastrophe Majeure, Olivier Gechter nous entraîne dans un road-trip parisien parfois banlieusard, furieusement drôle. 

Dans l'imaginaire d'Olivier Gechter, la magie a pignon sur rue et les sorciers d'aujourd'hui ont dû s'adapter aux contraintes et aux atouts du monde moderne pour exploiter au mieux leurs capacités et même les synchroniser aux nouvelles technologies. On ne s'étonne donc que peu de voir un Évariste communiquer avec le fantôme de sa mère par sms. La sorcellerie s'immisce partout, y compris là où on ne l'attend pas. Heureusement Évariste Cosson a le don de double vue et pénètre à sa guise dans l'éther pour percevoir les âmes des vivants et des morts qui ne se sont pas encore réincarnées. Un pouvoir précieux pour s'assurer, par exemple, de la fiabilité de son jugement sur autrui. Dans ce roman, on flotte donc entre deux mondes, celui des vivants et celui des esprits, au gré des pérégrinations d'un magicien bien souvent en peine de suivre la cadence de l'aventure. 

Au fil de ses investigations conduites simultanément, Évariste Cosson va devoir aussi bien remettre la main sur l'âme de l'insaisissable Jimi Hendrix, que l'auteur a d'ailleurs ressuscité pour les besoins de son livre afin de lui faire trouver la mort sur scène à notre époque, que de déterminer si l'opéra Bastille est réellement hanté par un maestro éconduit, tout en allant désensorceler les locaux d'une entreprise cergyssoise. 

Du pain sur la planche attend donc Évariste et Gidéon pour résoudre toutes ces énigmes en espérant qu'ils n'enveniment pas les choses, cela va sans dire. Or, connaissant ces deux échalas et au vu de l'improbable enchaînement des événements, Olivier Gechter nous plonge directement dans le bain d'un récit ubuesque qui nous balade aux quatre coins de la région parisienne pour un voyage inoubliable et rock'n'roll. 

Du tempo wagnérien aux riffs des Guitar hero, l'ambiance musicale de ce roman est posée et rythme harmonieusement bien la lecture. Pour l'occasion, l'auteur dépoussière les seventies en lui empruntant son côté psychédélique qui sied bien au concert apocalyptique concluant ce roman. 

Requiem en Catastrophe Majeure est le parfait antidépresseur à la morosité ambiante sans l'inconvénient des effets secondaires. En compagnie de la plume déjantée d'Olivier Gechter, on passe un bon moment car qu'on se le dise, il n'y a aucun temps mort dans ce récit. L'humour pour Olivier Gechter est d'ailleurs une arme pour piquer ici ou là le conformisme de notre société bien ancrée sur ses idées reçues ou encore secouer les clichés du monde du travail, notamment ce tertiaire fantasmé des startupers surbookés à la mode américaine. Rattrapé par les impératifs entrepreneuriales, Évariste incarne bien le monsieur et madame tout le monde ballotté par le tourbillon de la vie. 

Un poil désabusé, un soupçon opportuniste, Evariste Cosson tente de se faire une place dans ce monde en optimisant au mieux ses compétences. En interpellant incessamment le lecteur au fil des pages, une complicité s'installe fatalement entre lui et nous car comment résister à ses traits d'esprit ou à ses réflexions justes sur la vie. Son ami Gidéon vient lui filer un coup de main sur deux de ses affaires. Une aide bienvenue car la tâche est ardue. Une occasion de resserrer les liens  et de tester la force de leur amitié. Ils forment un duo rafraîchissant et fort plaisant à suivre. 

Je ne regrette pas le moins du monde cette lecture qui est véritablement un baume contre la mauvaise humeur. 

Requiem en Catastrophe Majeure, c'est la découverte d'une signature de l'Imaginaire que je ne connaissais pas et l'envie de lire d'autres romans de cet auteur, en commençant, par exemple, par Évariste. Qui sait !

Fantasy à la Carte

Informations

Olivier Gechter
Requiem en Catastrophe Majeure
9782354089740
322 pages
Editions Mnémos

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire