L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

13/06/2021

Floriane Impala nous parle de...

Floriane Impala

A l'occasion de la sortie de La Brigade du Surnaturel, récemment paru dans la collection Naos des éditions ActuSF, j'ai eu envie d'en savoir un peu plus sur Floriane Impala. Ayant eu un gros coup de cœur pour son roman, c'est tout naturellement que je lui laisse la parole sur Fantasy à la Carte. Si vous n'avez pas encore eu vent de cette petite pépite, foncez immédiatement chez votre dealer de livres. 

Fantasy à la Carte : Pourriez-vous  vous  présenter en quelques mots ?

Floriane Impala : La première chose que vous devez savoir, c’est que je suis une licorne.

La seconde, que même lorsque j’aurais 90 ans, je regarderai toujours avec mon âme d’enfant, les Disney et Miraculous.

La troisième, mais non pas des moindres, mon plus grand plaisir dans la vie : le cliffhanger.

Fantasy à la Carte : Comment en êtes-vous venu à l’écriture ? Avez-vous  toujours voulu être autrice ? Ou est-ce venu plus tard ?

Floriane Impala : Je suis tombée dedans quand j’étais petite. Fort ! Je me suis cogné la tête dans le fond et depuis je rêve de dragons, de vampires, d’elfes et d’une pléiade d’autres créatures fantastiques toutes plus étranges les unes que les autres. Elles ne sont jamais reparties et me tiennent encore compagnie lorsque j’écris aujourd’hui.

Je crois que j’ai commencé à écrire avant même de vraiment m’être mise à la lecture. Mon premier travail « d'autrice » me vient de la primaire, à 8 ans, lorsqu’il a fallu que j’écrive une courte histoire pour le journal de l’école. J’étais fière d’avoir été choisie. Il fallait me voir : un vrai petit paon. Du coup, j’y ai mis tout mon cœur de petite fille et tout mon art. Cette courte nouvelle parlait de prince, de princesse, d’un amour infini, d’une mort tragique et de deux pommiers qui s’enlacent sur les corps de mes héros. Je l’ai retrouvée puis relue, il y a quelques années et franchement, c’était catastrophiquement génial.

Fantasy à la Carte : Pourquoi avoir choisi d’écrire de l’Imaginaire ?

Floriane Impala : Parce que le quotidien m’ennuie. Oups !
On est d’accord… une enquête policière c’est bien, mais un meurtrier surnaturel, c’est mieux.

Fantasy à la Carte : Concernant La Brigade duSurnaturel, comment est né ce roman ? Combien de temps pour l’écrire ?

Floriane Impala : La Brigade du Surnaturel est né il y a environ trois ans, dans le cadre d'un concours sur wattpad (le fameux site d'écriture qui m'a permis de signer chez ActuSF). Nous autres candidats, nous devions écrire un texte de moins de 15 000 caractères espaces compris. Moi et ma folie de la description détaillée, on était déjà moyennement rassurées… Mais tout s’est bien déroulé (à 10 caractères près) et j’ai pu le poster sur la plateforme. Le moins que l’on puisse dire, c’est que je ne m’attendais pas à cet accueil. Mes lecteurs, qui me suivaient déjà sur La PIERRE de SANG, mon roman de High fantasy, sont arrivés avec leurs fourches et leurs panneaux de protestation et m’ont (gentiment) demandé une suite. Comment refuser ?
La Pierre de Sang de Floriane Impala, éditions Sudarène

Pour entrer dans les détails, j’ai mis un peu moins de deux ans à écrire La BMS (j’aime procrastiner) et Stéphanie, mon éditrice, nous a ajouté une année de corrections éditoriales, de travail de fond, de réécriture, de changement de narration de TOUT le roman… Stéphanie, c’est mon Satan Vaderet personnel. :D

Fantasy à la Carte : Avez-vous connu des moments difficiles dans l’écriture, et notamment des scènes difficiles à relater ? Si oui, lesquelles ?

Floriane Impala : Je crois qu’il y a toujours des moments… difficiles, je ne sais pas, mais moins prolifiques. La page blanche peut frapper à n’importe quel instant. La perte de motivation également. C’est pour cette raison que j’ai décidé de m’inscrire sur wattpad en premier lieu. J’avais besoin de faire lire ce que j’écrivais depuis des années. J’avais besoin de sentir que quelqu’un dans l’univers était intéressé par mes élucubrations et mes gribouillis. Wattpad m’a permis de finir mes deux romans et de les faire publier. Ça a été une chance et un tremplin merveilleux pour moi. Chapitre après chapitre, recevoir les retours de lecteurs, ça n’avait pas de prix. Dès les premiers commentaires, je voulais me remettre immédiatement à la suite.

Je n’ai pas eu l’impression d’avoir des scènes plus difficiles à écrire, que ce soit de la baston pure ou des scènes de sexe. Ce qui était le plus laborieux, c’était de garder en mémoire la psyché de mes personnages. Que voulaient-ils ? Ou voulaient-ils aller ? J’ai tendance à m’éparpiller quand j’écris, du coup, mes personnages aussi.

Fantasy à la Carte : Était-ce une volonté de départ de mélanger les genres ou l’idée a-t-elle germé au fil de l’écriture ?

Floriane Impala : Dès ce fameux premier chapitre, je voulais faire évoluer mes personnages dans un monde où le surnaturel – ou la magie du moins – serait reconnu. J’ai a.do.ré la série littéraire de Charlaine Harris, La communauté du sud (True Blood) lorsque les vampires font leur coming out et que la société est obligée de s’adapter en conséquence. J’avais envie d’imaginer le XXIe siècle avec une touche de merveilleux. Même si le merveilleux en question est une pandémie magique.

Fantasy à la Carte : Concernant votre univers des Limbes, comment l’avez-vous construit ? Vous y parlez beaucoup de mythologies, avez-vous fait beaucoup de recherches dessus ? Quel est votre rapport aux mythologies ? Est-ce une passion, un simple intérêt ?

Floriane Impala : J’adore la mythologie. Ça me fascine depuis des années. Je me rappelle mes premières années au collège quand le programme s’arrêtait sur la Grèce, l’Égypte, la Rome antique. J’ai même fait du Grec ancien et du latin, quelques années plus tard afin d’en connaître un peu plus sur ces civilisations polythéistes. Car c’est vrai, quoi ? Pourquoi n’y aurait-il qu’un Dieu ? Qu’une religion ? Qu’une façon d’expliquer la vie ? J’ai voulu jouer avec les croyances des hommes au fil des âges et partir du postulat que tout ce en quoi nous avons cru existe réellement dans d’autres dimensions. Et les Limbes sont le portail qui mène à ces différents mondes.

Fantasy à la Carte : Vos deux personnages principaux, Claire Defontaine et Keziah sont très crédibles, ils sont l’autre point fort de votre roman. Est-ce que vous saviez dès le départ comment les faire évoluer ou est ce qu’ils ont pris leur indépendance au fil de l’histoire ?

Floriane Impala : Mes bébés… Je regarde toujours ces deux-là avec les yeux amoureux d’une mère. Je suis très fière d’eux. De leur évolution au fil de l’écriture et des réécritures. Je pense qu’avec Stéphanie, nous avons fait un vrai travail d’orfèvre avec leur personnalité, leurs rêves, leurs doutes. Il était important qu’ils se complètent et se repoussent, comme un ying et un yang.

Comme j’ai l’ai dit, mes personnages sont très indépendants. Si je les laisse faire, ils me foutent un boxon monstre. Je dois donc, de temps en temps, les rappeler à l’ordre et les remettre sur le droit chemin. Mais ils gardent toujours une part d’imprévu et souvent, je me retrouve à la fin d’un chapitre à me dire : whaaaaat the f…….ck.

La Brigade du Surnaturel de Floriane Impala, 
collection Naos, éditions ActuSF

Fantasy à la Carte : Lors d’un entretien avec Jérôme Vincent, vous disiez être déjà sur l’écriture d’une suite, pouvez-vous nous en dire quelques mots ? Est-ce que l’envie d’écrire une suite est venue à la fin de la rédaction de ce premier tome ou était-elle là bien avant ?

Floriane Impala : Haha ! Petits curieux ! Vous voulez savoir, n’est-ce pas ?
Vous vous rappelez quand j’ai dit que je voulais, à l’image de Charlaine Harris, faire vivre le surnaturel dans notre monde et voir ce qu’il s’y passerait ? C’est encore plus vrai dans le second tome. Wait for it.. ^^

Je ne suis pas une autrice à one shot. J’essaye de me détacher de mes personnages, de leur écrire de vraies fins bien lisses. Mais je n’y arrive pas. Du coup, je sais avant même de poser le premier mot que je n’arriverais pas à les laisser partir en seulement un tome.
La fin de La Brigade du Surnaturel est une fin ouverte. Elle pourrait très bien se finir ainsi, je m’en suis assurée, mais je pense que le lecteur (et l’autrice !) voudront une suite. Et cette suite va envoyer du pâté ! Enfin, dans ma tête… Vous n’aurez qu’à sortir les fourches si ça ne vous plaît pas. ^^

Fantasy à la Carte : Malgré le contexte sanitaire toujours compliqué, avez-vous, tout de même, des dates de dédicaces déjà prévues ? 

Floriane Impala : Ma toute toute toute première dédicace du moooooonde se déroulera le dimanche 13 juin dans le Cultura de La Croix Blanche à Sainte Geneviève des bois (91) puisque c’est là que j’ai posé mes valises. J’aurais ensuite un après-midi Tea time dans mon salon de thé parisien en juin/juillet afin que vous puissiez déguster un thé, une pâtisserie maison et un bout de roman pendant quelques heures. Et pour finir, la saison des salons littéraires reprend, je serai donc dans plusieurs villes de France et de Belgique à partir d’octobre. Si vous y croisez une grande rousse qui rit un peu fort, ce sera moi.

Après cette interview, si vous n'avez toujours pas envie de vous plonger dans La Brigade du Surnaturel, moi, je rends mon tablier...

A lire sur le blog mon avis sur La Brigade du Surnaturel

Informations

Floriane Impala
collection Naos
Editions ActuSF

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire