L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

17/11/2020

Objectif lune pour Stereotypical Working Class

Célestopol, Stereotypical Working Class

Parfois l'Imaginaire nous ouvre des portes inattendues. On peut même retrouver la fantasy, là où on ne l'attend absolument pas comme c'est le cas avec le groupe de rock français Stereotypical Working Class qui y fait une incursion avec le premier titre de leur prochain album.

Depuis 1999, ce groupe enchaîne les albums avec des textes tantôt écrits en français, tantôt en anglais qui lui ont valu quelques succès, à l'instar d'Illusions (2003), Sans repères (2006), ou encore Day After Day (2009). 

2020 marque pour eux la sortie de leur nouvel EP, Célestopol. Un choix qui n'est pas le fruit du hasard car il rend hommage au livre éponyme qui a motivé cette chanson. Car, c'est bien de l'univers rêvé et imaginé par Emmanuel Chastellière dont on parle ici. 

Pour rappel, Célestopol, c'est quinze nouvelles qui nous transportent au cœur d'une cité construite sur la lune. 

"XXème siècle. Dans la course pour la conquête de l'espace, l'empire de Russie a remporté la première manche. En effet, les Russes ont réussi le tour de force d'annexer la lune en y édifiant une majestueuse cité abritée sous un dôme, pourvu en oxygène permettant ainsi aux habitants d'y vivre comme s'ils étaient sur la terre. Cette folie des grandeurs, on la doit au duc Nikolaï, un homme un poil mégalomane, qui s'est retrouvé exilé ici par la Tsarine.  Pour lui, c'est surtout une opportunité pour asseoir sa soif de domination et marquer l'Histoire."

C'est donc un bel hommage que le groupe de rock alternatif Stereotypical Working Class fait à Emmanuel Chastellière. D'ailleurs, quand on regarde de plus près les paroles de la chanson, on retrouve toute l'essence du livre : la grandeur des lieux, la folie ou les doutes de ses personnages et même son ambiance quelque-peu irréelle. Le morceau est très beau à l'écoute, les guitares, tour à tour étincelantes et rageuses donnent à ce titre long (plus de six minutes, tout de même) la facture d'un morceau influencé par le rock psychédélique. Ce titre n'est pas non plus sans rappeler le son du groupe R.E.M. 

I’ve worked to build the future from my inner world
I’ve made all sort of plans and it finally works
If I’m telling you my story would you really care?
I’ve built a city on the moon , I’ve made things that no one dare

I must confess what I’ve done I tried to hold the line
I see beauty in the difference , not a modern state of mind
Something in me is undone, I tried to hold the line
all of this mess is undone …

I’m living in this new world but it ‘s full of ghosts
They’re in the walls of buildings and in the regrets of their hosts
If you look upon your poor head you will see no blue sky
Only stars and no one cares about these clouds in your mind

I must confess what i’ve done
All off this mess is undone

Am I something for you
Will you ever try to find, why
I’ve made it all?
Who I really am now

And I’m waiting for who
Will just bring the light
There’s no heat around me now
Stars are cold and all around

If you walk around the city you will understand
There’s so much to learn from difference and we all must learn
You ‘ll meet a bear who’s talking, mechanical men
You may even fall in love and put your heart in iron hands
I will confess what i’ve done I choose to cross the line
My secret is Selenium, it’s no so easy to find…

Am I something for you
Will you ever try to find, why
I’ve made it all?
Who I really am now

And I’m waiting for who
Will just bring the light
There’s no heat around me now
Stars are cold and all around

No one will hear my story
No one would ever try
I’ve tried to build the future and I have crossed the line
But I see beauty in difference
Not an ordinary life
I’ll see the beauty of that will come
Won’t you open up
Won’t you open your eyes

Am I something for you
Will you ever try to find, why
I’ve made it all?
Who i really am now

And I’m waiting for who
Will just bring the light
There’s no heat around me now
All these stars around me…

J'avoue qu'en attendant la sortie prochaine de Célestopol 2, je pense que je vais souvent réécouter ce titre. Et vous, n'avez-vous pas envie d'acheter votre billet pour un embarquement immédiat ? 

Fantasy à la Carte

A lire sur le blog mon avis sur Célestopol d'Emmanuel Chastellière. 

Célestopol
Stereotypical Working Class
2020

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire