L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

11/08/2020

David Bry, Le Garçon et la ville qui ne souriait plus, Pocket Imaginaire

David Bry, Le Garçon et la ville qui ne souriait plus, Pocket Imaginaire

Invité d'honneur de l'édition 2019 des Imaginales, David Bry a su s'imposer dans le paysage actuel des littératures de l'Imaginaire. Il commence à cumuler quelques titres notables comme Que passe l'hiver, un récit poétique et envoûtant. 

Avec Le Garçon et la ville qui ne souriait plus, il signe un nouveau récit tout aussi puissant. Sa réédition chez Pocket Imaginaire me donne l'occasion de vous en parler. Je remercie Laure Peduzzi pour l'envoi de ce service de presse. 

Paris 1858. Romain désespère ses parents. Fils de bonne famille, ces derniers souhaitent qu'il s'intègre dans la haute société en décrochant une bonne situation et en faisant un beau mariage. Seulement, le jeune homme ne se sent pas à sa place parmi les mondains. Il n'aspire qu'à la liberté. Chaque soir, il fait le mur pour rejoindre en catimini la Cour des Miracles. Là-bas, il observe en cachette et admire en secret la légèreté de ce monde, bien loin de l'hypocrisie des nobles. Un jour, il surprend une conversation entre son père, chef de la police et un inconnu. Ils parlent d'éradiquer la Cour des Miracles. A ces mots, son sang ne fait qu'un tour, il ne peut laisser faire sans rien tenter. Mais saura-t-il se faire entendre, lui, le notable, auprès des rejetés de la société ?

Dans Le Garçon et la ville qui ne souriait plus, David Bry nous plonge dans un Paris uchronique régit, depuis cinquante ans, par les Lois de la Norme afin d'assurer ordre et stabilité au sein de l'Empire. Depuis lors toutes personnes difformes, malades ou ayant des mœurs contre-nature sont arrêtées lorsqu'elles sont surprises à déambuler en dehors de l'île de la Cité qui leur sert de refuge. Persécutés aussi bien par la police de la Norme, par les Lames Noires, engagées par l'Eglise que par le chasseur, les "anormaux" survivent avec de plus en plus de difficultés. Avec l'aide de Romain, ils mettent à jour un complot visant à les faire définitivement disparaître. En effet, il semble que les bien nés souhaitent leur disparition pour ne vivre qu'entre eux. C'est dans cet univers teinté de défiance et d'intolérance que David Bry projette sa pléthore de héros, tous plus intéressants les uns que les autres. 

Il y a bien évidemment son personnage principal, Romain de Sens. En pleine quête d'identité, Romain est un adolescent troublé et perdu qui n'appréhende pas encore sa vraie nature et ses sentiments. Il est écrasé sous le poids de la pression sociale et familiale. Or, cette aventure va lui donner la force de s'assumer et de se faire accepter dans le regard des autres. Il y a son père, Rodéric de Sens qui dégage une aura d'autorité, conséquence de sa fonction. C'est un homme droit et sévère que Romain ne veut pas décevoir mais pourra-t-il empêcher l'inévitable ? C'est un personnage qui se découvre et se laisse apprécier au fil des pages. Dans un autre genre, on aime Lion avec son franc-parlé et son flegme. Il se lit très rapidement d'amitié avec Romain, à qui il accorde, presque immédiatement, sa confiance. On ne résiste pas à sa bonhomie. Sans parler du petit Zacharie qui zozote un peu et ne manque pas de courage, du haut de son jeune âge pour affronter les dangers. Il est très attendrissant. L'auteur a vraiment fait du bon travail sur tous les personnages de ce roman, créant un attachement évident.

Derrière une intrigue bien ficelée, il aborde des thématiques fortes comme la différence, la tolérance et l'acceptation de soi. Il les aborde d'ailleurs avec la même sensibilité qu'il a utilisée dans Que passe l'hiver. C'est un roman riche en émotions qui nous prend littéralement aux tripes. On reste subjugué par la beauté de ce Paris décadent où les miséreux sont des héros solaires. 

David Bry est un très bon auteur dont la plume agréable nous offre avec Le Garçon et la ville qui ne souriait plus, un roman très travaillé autant au niveau de l'univers, de l'intrigue que des personnages. Voici une lecture dont il ne faut surtout pas se priver !

Fantasy à la Carte
Du même auteur, lisez aussi mon avis sur Que passe l'hiver

David Bry
Le Garçon et la ville qui ne souriait plus
Pocket Imaginaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire