L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

27/08/2021

Pierre Pevel, Le Roi, tome 3, Haut-Royaume, éditions Bragelonne

Pierre Pevel, Le Roi, tome 3, Haut-Royaume, éditions Bragelonne

Pour conclure cet été en beauté, j'ai décidé de retourner dans le Haut-Royaume de Pierre Pevel en lisant le tome 3 de la saga.

Le Roi s'ouvre sur la mort du Haut-Roi provoquant bien des remous autour de sa succession car si beaucoup espèrent en secret, nul ne sait vraiment lequel de ses fils lui succédera. Les alliances se forment, les rapprochements s'esquissent en attendant l'ouverture du testament royal. Pour Lorn, peu importe le frère qui portera la couronne, il sait déjà que ce début de règne sera marqué du sceau de la guerre. A voir maintenant, quel rôle, lui et sa garde d'Onyx joueront dans celle-ci.

A l'image de ses livres précédents, Pierre Pevel signe encore avec ce tome 3, un page turner qui ne souffre d'aucun essoufflement. Chaque conclusion de chapitre alterne rebondissements ou cliffhangers rendant la lecture toujours plus addictive. Les pages défilent sans que l'on en ait conscience, tant l'immersion est totale. 

Auteur d'expérience, Pierre Pevel sait depuis longtemps quels sont les éléments nécessaires pour agrémenter son récit et sur quelles ficelles tirées pour capter l'attention de ses lecteurs. 

A travers Haut-Royaume, il esquisse un univers visuellement simple mais redoutablement efficace. L'action se déroule essentiellement dans ce royaume puissant qui est, d'un côté, menacé par un autre État et de l'autre côté, est fragilisé par une guerre fratricide. Vaste territoire qui est, dans ce roman, le théâtre de luttes armées. 

En effet, ce troisième volet est écrit en deux temps avec d'abord, une succession d'événements se déroulant à la cour et plongeant le lecteur dans un tourbillon d'intrigues et de complots, puis en second temps, vient le moment de prendre les armes pour aller guerroyer sur le champ de bataille et voir lequel des frères sera le vainqueur de ce conflit. 

Voilà qui donne le ton à ce récit mêlant l'héroïque à l'intriguant pour mieux nous tenir en haleine.  

Quand on se plonge dans ce cycle, on a vraiment l'impression d'être propulsé dans n'importe quelle cour royal où les courtisans intriguent allègrement pour satisfaire leurs ambitions. C'est toute la force de ce texte qui donne vie à une fiction authentique digne du règne de Louis XIV. 

Pour parfaire son décor, l'auteur y a ajouté des éléments oniriques inscrivant ainsi son récit dans une belle fresque de fantasy. Aussi, la magie imprègne donc bien ces lignes. Elle s'exprime notamment par l'Obscur, une magie noire, corrompue et corruptrice mais qui peut s'avérer une bonne alliée quand le besoin s'en fait ressentir pour Lorn Askariàn.

De même que les créatures fantastiques ne manquent pas. Il y a, par exemple, des wyvernes qui servent de montures ailées aux protagonistes de cette histoire. Quand on est familier de la plume de Pierre Pevel, on sait combien il est attaché à la figure du dragon. Alors il n'y a rien de surprenant à le retrouver dans bon nombre de ses textes sous l'une ou l'autre de ses formes. Ici, il est même un élément fondamental à l'intrigue mais qui s'entoure d'une aura de mystères à percer.

Dans cette saga, l'auteur a beaucoup joué sur l'ambiguïté de son personnage principal. Lorn Askarian est un homme secret et déroutant car on ne sait jamais sur quel pied danser avec lui. En effet, on ne sait, par exemple, jamais quelles décisions il va prendre et on en arrive même parfois à douter de sa sincérité. Personnage particulièrement charismatique qui demeure incontestablement l'atout qui nous fait tant aimer cette saga. Mais, l'auteur propose une importante galerie de personnages tout aussi intéressants quand on y regarde de plus près. C'est le cas d'Alan, l'ami d'enfance de Lorn et accessoirement l'un des héritiers du Haut-Roi. C'est un jeune homme orgueilleux et fier qui ne veut souffrir d'aucune concurrence. Or, sa jalousie pourrait bien finir par le consumer, et même avoir raison de sa belle amitié. Par opposition, son frère Yrdel est plus pondéré et réfléchi que son demi-frère. Il incarne l'homme d'honneur et de principe mais qui peut se montrer d'une inflexible intransigeance quand la situation l'exige. En outre, les relations que tous trois entretiennent sont la clé de voûte de ce récit. 

Avec Le Roi, Pierre Pevel n'a pas failli à ses promesses : la tension, le suspense et les péripéties sont bien au rendez-vous.

Conquise par cette saga, je ne peux que vous la recommander chaudement. Quant à moi, j'attends le prochain épisode avec une grande impatience. 

Fantasy à la Carte

Retrouvez mes avis sur Le Chevalier (tome 1) et L'Héritier (tome 2) de Haut-Royaume

Informations

Le Roi
Tome 3 
Haut-Royaume
979-10-281-0686-7
504 pages
Editions Bragelonne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire