L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

23/08/2019

Sabrina Calvo, Délius, une chanson d'été, éditions Mnémos

Mnémos fait sa rentrée avec la fantasy extravagante et loufoque de Sabrina Calvo. Je les remercie pour ce service de presse qui m'a ouvert la porte sur un merveilleux insoupçonné. 

Délius, une chanson d'été, c'est avant tout une enquête menée par un duo irrésistible, composé du célèbre botaniste et chasseur de monstres français Bertrand Lacejambe et de son acolyte, l'elficologue britannique B. Fenby. Clin d’œil à Sherlock Holmes et à son bon docteur Watson, à n'en pas douter. 

Londres est secoué par une série de meurtres odieux. Pire, l'assassin semble avoir même sévi outre-Manche. Il essaime des cadavres aux visages heureux et aux corps remplis de fleurs. Quel est donc encore ce fou qui semble tuer au hasard, ne distinguant ni âge ni sexe dans le choix de ses victimes. Pourvu que Jack l’Éventreur ne soit pas de retour. La police est sur les dents et ne sait plus à quel saint se vouer pour retrouver le coupable. L'inspecteur chargé de l'investigation a l'idée avec d'autres de faire appel au plus fin limier d'Angleterre, j'ai nommé Sherlock Holmes ! Vous trouvez ça drôle ? Eux sont pourtant très sérieux. Ni une ni deux, les voilà qui vont taper à la porte d'Arthur Conan Doyle. Une démarche qui a, d'ailleurs, fort amusé le célèbre écrivain. Mais malheureusement n'a point aidé notre communauté d’hurluberlus. Heureusement pour eux, il existe Bertrand Lacejambe, qui en plus d'en connaître un rayon sur les fleurs, ça tombe bien, est aussi, à ses heures, un excellent enquêteur. C'est ainsi que le botaniste et son compère se sont mis sur la piste de ce poète-tueur. 

Cette année, les éditions Mnémos ont choisi de dépoussiérer un vieux texte de fantasy victorienne pour mettre en valeur le genre. Belle idée que de mettre à l'honneur une plume qui redonne tout son éclat à la féerie. Ce roman est une véritable expérience poétique qui nous fait pénétrer dans un univers bourdonnant de couleurs, de sons, et de sensations. 

"Ecoutez le doux chant des fleurs..."

L'autrice articule son intrigue autour de la poésie, particulièrement de deux magnifiques poèmes de P.D. Finn qui nous accompagnent tout au long du livre. Elle fait preuve d'une grande sensibilité artistique et donne à son texte un réel esthétisme. Elle s'est réapproprié le merveilleux pour nous entraîner dans un voyage surprenant où la magie est là où on ne l'attend pas. Elle prend, par exemple, forme dans des vers déclamés, dans des notes fredonnées, dans la nature elle-même, les fleurs deviennent ainsi des vecteurs de prodiges. 

Sabrina Calvo nous offre dans ce roman un maelstrom de petites histoires qui s'entremêlent dans un joyeux bazar. On butine d'une intrigue à l'autre comme une abeille le ferait dans un champs de fleurs. Malgré la gravité des faits relatés, ces horribles meurtres, on ne peut s'empêcher d'être enchanté par l'intrigue étourdissante, les héros étonnants, l'univers chamarré. Elle fait vibrer quelque chose de nostalgique au fond de nous. On retrouve un peu l'ambiance des romans policiers d'Arthur Conan Doyle mais avec de l'absurde en plus. Les situations cocasses dans lesquelles se retrouvent bien souvent ses deux héros atypiques, sans parler de certaines de leurs répliques qui sont parfois aberrantes, font tout le charme de ce récit.

Mélomane des mots, Sabrina Calvo laisse sa verve s'exprimer ici avec fougue pour nous léguer un texte assurément incontournable de la fantasy française.     


Fantasy à la carte

Sabrina Calvo
Délius, une chanson d'été
Editions Mnémos

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire