L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

14/01/2020

Lionel Davoust, La Route de la Conquête, éditions Critic

La Route de la Conquête réunit six novellas qui ont fait l'objet de publications antérieures dans différentes anthologies.

En les rééditant dans un seul recueil, les éditions Critic donnent aux lecteurs le recul nécessaire pour comprendre les grandes étapes par lesquelles est passé le Saint Empire d'Asrethia pour conquérir Evanégyre. Or, quand on s'est lancé dans la saga des Dieux Sauvages, la lecture de cette anthologie devient très éclairante.  

C'est avec la novella éponyme de "La Route de la Conquête" que démarre ce livre. On y retrouve Stannir Korsova, trente-quatre ans après la difficile assimilation du petit royaume de Qhmarr lorsqu'elle accompagnait, en tant qu'aide de camps, le généralissime D'éolus Vastech (La Volonté du Dragon). Depuis lors, les choses ont évolué pour elle. En effet, celle que l'on surnomme aujourd'hui La Faucheuse, débarque dans la steppe dite de L'Océan Vert. C'est la dernière étape qui va marquer l'achèvement de la conquête de tout le quart sud-ouest du Grand Sud d'Heoga après une campagne militaire réussie pour cette commandante aux états de service irréprochables. Seulement, Stannir Korsova accuse les années et est lasse des guerres qu'il faut toujours mener. Or, la rencontre des nomades qui peuplent ce lieu mystérieux pourrait éclairer sous un jour nouveau ce qu'elle accomplit depuis si longtemps pour l'empire. Belle entrée en matière qui fait le lien avec un autre de ses romans phare, tout en en nous informant de la doctrine véhiculée par l'empire : "Conquérir et unifier pour le bien de tous". 

Or, comme toute guerre, elle essaime son lot de violence et de morts. Justement, "Bataille pour un souvenir" et "Au-delà des murs", qui évoquent l'effroyable bataille des Brisants du point de vue des deux camps, forment un parfait témoignage des traumatismes engendrés et du questionnement sur la légitimité de cette guerre. Les soldats sont comme lobotomisés, sous l'influence de drogues, pour mener à bien leur sombre action. Lionel Davoust met le doigts sur l'envers du décor de tout conflit armé. Il nous immerge dans la tête d'hommes sûrs de leur fait, au point de  commettre les pires ignominies et d'oublier jusqu'à leur identité. 

Dans ces histoires de conquêtes coloniales, cet ouvrage ne se contente pas de nous dépeindre les avancées de l'armée impériale. Lionel Davoust a souhaité aussi nous donner un aperçu de la perception de cette assimilation par les populations locales. Si on s'arrête quelques instants sur "La fin de l'histoire", on prend la mesure de la gravité de la situation pour ces peuples qui se sentent acculés face à un ennemi qu'ils ne comprennent pas. C'est ainsi que les Isendrais préfèrent se suicider et assassiner leurs enfants plutôt que de passer sous la domination d'Asrethia. A travers cette novella, l'auteur nous rappelle que finalement la perception de l'Histoire et des victoires idéologiques est subjective et est souvent à voir du point de vue du vainqueur.  

La Route de la Conquête, c'est une succession de récits de batailles armées ou diplomatiques. Lionel Davoust nous plonge dans la politique intérieure menée par l'empire. On suit tour à tour des hommes et des femmes embrigadés dans une soumission par la force, pas toujours bien acceptée. Sous le couvert de ne plus jamais revivre la guerre qui a entaché Evanégyre par le passé, un royaume décide, que pour le bien collectif, ils ne formeront plus qu'une seule entité, - et peu importe, les cultures et les désirs de chacun. 

L'auteur nous emmène ici dans un rapport de force sanglant. Tel un général, il nous décrit très précisément les agissements de ce Saint Empire qui mène ses soldats à l'affrontement perpétuel. 

Une série de novellas qui lève le voile sur la construction de cet empire, mis à mal par Wer, et dont il est question dans le cycle des Dieux Sauvages

Pour ma part, je suis ravie d'avoir lu ce livre qui satisfait ma curiosité sur Asrethia. Des éléments sont révélés mais beaucoup de questionnements demeurent. Alors il n'y a plus qu'à patienter encore un peu car je suis convaincue que le tome 4 de sa grande saga sera très révélateur. 

Fantasy à la Carte

Lionel Davoust
La Route de la Conquête
Editions Critic



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire