L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

01/07/2018

Charlotte Bousquet, Les Masques d'Azr'Khila, Shâhra, tome 1

Shâhra est un projet d'écriture qui mûrissait depuis 2012 dans la tête de Charlotte Bousquet. Désireuse de développer un univers inspiré des légendaires contes des Mille et une nuits, elle a commencé par écrire de courtes nouvelles éditées dans différentes anthologies afin de semer sans le savoir les premières graines de sa nouvelle oeuvre de fantasy.  

En effet, même si l'idée germait doucement dans son esprit, c'est grâce au dispositif "Auteurs associés" de l'Accord-cadre Etat-Drac Grand Est et aux Imaginales qui ont proposé sa candidature pour cette résidence "auteur associé" de 2016, que ce premier volet a pu voir le jour. Sans oublier l'implication de la maison d'édition Mnemos qui n'a pas hésité à suivre l'autrice dans sa nouvelle aventure.

Après lecture du roman, je vous confirme qu'il est aussi beau à l'extérieur que bon à l'intérieur. Sublimé par la somptueuse couverture de Mélanie Delon, le récit de Charlotte Bousquet repose véritablement ici dans un écrin chatoyant de couleurs et de pierreries. 

Au cœur de paysages rongés par le désert brûlant se joue l'avenir de trois femmes et d'une augure. 
Djiane: princesse à l'esprit rebelle qui n'aura de cesse que d'agir pour échapper à son union forcée avec un seigneur violent et cruel. 
Arkhane: androgyne chamane qui devra retrouver son chemin après avoir été privée de sa double nature et abandonnée dans un reg aride par jalousie féminine. 
Tiyyi: jeune esclave, seule survivante de l'attaque mortelle d'une créature du désert qui en rejoignant les nomades d'un caravansérail, va se découvrir détentrice de pouvoirs à apprivoiser. 
Dans l'ombre de ces trois femmes se trouve l'augure Aya Sin qui a prédit que leurs destins seraient intimement liés à celui de Malik, un immortel emprisonné dans un corps humain qui cherche à tous prix à devenir une divinité. Prise entre ses filets, Aya Sin tire les ficelles à l'insu de tous en arrangeant ses prédictions afin de réussir, elle l'espère, avec l'aide de ces femmes à se libérer du joug de cet être dangereux.  

Les Masques d'Azr'Khila est la première partie d'un diptyque enivrant. Charlotte Bousquet nous fait virevolter d'une vie à l'autre. Tour à tour, on accompagne l'une ou l'autre de ses héroïnes aux personnalités si différentes dans leurs aventures. On se laisse subjuguer par leur courage, leur force de caractère qui leur permet de s'imposer dans un monde d'hommes.

Nous sommes immergés dans un univers imprégné d'un côté par un Moyen-Âge arabo-mauresque pour les paysages arides, le nomadisme, le commerce des caravansérails et de l'autre, par la culture amérindienne à travers les rites chamaniques qui nourrissent la magie de ce livre. 

L'imaginaire de Charlotte Bousquet est encore une fois fabuleux. Dans ce livre elle tente d'émanciper la femme de cette société machiste si marquée. Elle y parle également beaucoup de métamorphoses. Un terme ici qui peut prendre bien des sens. Se métamorphoser en quelque-chose ou en quelqu'un d'autre, se métamorphoser pour devenir adulte ou pour récupérer son indépendance. Derrière cette notion se cache un autre thème apprécié en fantasy, la quête initiatique. Ainsi, comme beaucoup de romans et particulièrement en littérature fantasy, il y a une double lecture intéressante à effectuer pour ne pas passer à côté de tous les messages délivrés par l'auteur. 

Grâce à ce partenariat avec les éditions Mnemos, Fantasy à la carte s'est émerveillé en avant première par le feu d'artifice d'émotions et de sensations qu'offre Shâhra. A vous maintenant de jouir du même spectacle. 

Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire