L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

15/07/2018

Abel D'Halluin, Les portes de l'impossible, tome 2, Avalon, Deuxième Reliquaire, éditions Bergame

Ce deuxième reliquaire traite d'événements si riches qu'il est édité en deux parties. Alors que la première partie s'appesantit sur l'avènement du roi Arthur et sur la paix qu'il a instaurée, la seconde, elle, se concentre sur les nouvelles quêtes lancées de la Table Ronde et sur la fin d'une époque avec la disparition du roi. 

Abel D'Halluin signe ici un roman d'aventures et d'émotions. Il insuffle à son récit une profonde sensibilité qui nous met tantôt la chair de poule, tantôt les larmes aux yeux. Dès les premières lignes, on sent la puissance de ce nouveau récit et la nostalgie qui nous étreint le cœur car l'issue, on le sait, sera fatale. 

Dans ce texte, on retrouve Kendall, l'écuyer du roi, ancien apprenti de Merlin qui nous conte les hauts faits de Camelot. Mandaté par Arthur, il va suivre Perceval au château de Corbenic pour retrouver le Graal, le treizième trésor des fées. Sans pouvoir l'obtenir, des secrets leur seront révélés dont le sage Arthur fera bon usage par la suite. Sans pour autant être un chevalier, Kendall est de tous les conseils et participe ainsi aux hauts faits de la geste arthurienne. Plus qu'un simple témoin, Abel D'Halluin en fait un acteur qui tentera avec ses maigres moyens et son inébranlable conviction d'influencer les événements. C'est le cas avec son intervention auprès de Morgane, sa première maîtresse afin de la ramener à de meilleurs sentiments envers Arthur. Il y a aussi sa participation à la dernière mêlée contre Mordred et les Saxons. Bien que muet, il n'en demeure pas moins un guerrier de belle stature qui se battra aux côté de son roi avec l'espoir chevillé au cœur de le sauver. 

Ce roman est le parfait exemple d'une fantasy épique de haute volée. Chaque chapitre prépare le terrain pour l'ultime combat. Un affrontement qui est décrit comme le fût les plus grandes batailles du Seigneur des Anneaux. En effet, la guerre contre Morgane à la tour noire de Noviomagus apparaît, d'après moi, comme un clin d’œil au célèbre roman Les Deux Tours de J.R.R. Tolkien. Cette scène est un grand moment où l'on retient sa respiration devant le spectacle de Gwynhéfaris pulvérisant de son souffle de dragon les hordes de Gobelins se pressant contre les chevaliers et les soldats Bretons. D'ailleurs les références au maître de la fantasy ne manquent pas dans cette saga comme celle à l'anneau d'Eluned que la fée Viviane fait cadeau à Morgane afin qu'il lui donne ici l'aspect d'une irrésistible fée. Un anneau de grand pouvoir qui renvoie bien évidemment à celui de J.R.R. Tolkien. C'est une manière pour l'auteur de rendre hommage à un écrivain fascinant mais aussi de montrer les liens étroits qu'entretiennent la fantasy moderne avec les légendes arthuriennes.

Maître de son sujet, Abel D'Halluin confirme avec ce troisième volet l'étendu de son talent. En effet, même arrivé au moment fatidique de la chute d'Arthur, là où on s'attend à l'arrêt de l'histoire, il nous annonce que d'autres reliquaires sont à découvrir. Que cachent-ils? Que ne nous a-t-il pas encore révélé? Tout reste à découvrir, à la seule condition que ces autres reliquaires croisent notre route.

Fantasy à la carte

Abel D'Halluin
Les portes de l'impossible, tome 2
Avalon
Deuxième Reliquaire
Editions Bergame

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire