L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

25/02/2018

Tiffany Schneuwly et Sarah Bertagna, L'Imaginarium, Dévore-moi, tome 1

Maddy est une adolescente tout ce qu'il y a de plus normal. Enfin presque car elle n'a pas été épargnée par la vie. Victime d'un beau-père abusif, elle s'est renfermée sur elle-même et est devenue plus solitaire. C'est avec sa mère et sa petite sœur Thaïs qu'elle vit dans la petite bourgade de Bourg'Joly. La vie est devenue paisible, à peine chamboulée par la rentrée scolaire au collège. Pourtant ce retour à l'école ne l'effraie pas le moins du monde, puisqu'elle va retrouver sa meilleure amie Scarlett, l'élève la plus populaire du collège. Une rentrée qui s'annonce des plus banales si ce n'est qu'elle est marquée par l'arrivée d'un nouveau venu, Caleb qui lui affiche une froide hostilité. Faisant fi de cette incompréhensible défiance, Maddy poursuit sa scolarité normalement jusqu'à cette étrange nuit au cours de laquelle un individu s'est introduit chez elle pour s'en prendre à sa jeune sœur. Passées la stupeur et l'incompréhension, l'urgence est de conduire une Thaïs hystérique à l'hôpital. Là-bas, on lui diagnostique un autisme. C'est un coup dur pour cette famille déjà bien ébranlée. Malgré tout Maddy fait preuve d'une grande maturité pour soutenir sa mère dans cette épreuve. Comme si sa vie n'était pas suffisamment ébranlée qu'il lui faut en plus supporter l'hostilité de Caleb. Pire encore, il semble se trouver toujours sur son chemin comme s'il la suivait en permanence. Et lorsqu'il intervient pour la sortir d'un mauvais pas alors qu'elle est aux prises avec un assaillant, il lui apparaît comme dans un état second, le visage défiguré. Qui est-il? Que lui veut-il? Ses révélations pourraient bien bouleverser sa vie et la conduire à vivre une aventure à haut risque. 

Le premier volet de Dévore-moi est le fruit du travail d'un duo féminin. C'est la fusion de deux talents qui a permis à ce roman de voir le jour avec à la plume, Tiffany Schneuwly et au crayon, Sarah Bertagna. 

L'Imaginarium est le premier livre d'un cycle de quatre tomes qui se classe en jeunesse. Ainsi, les amateurs de la célèbre saga Tara Duncan de Sophie Audouin-Mamikonian apprécieront sans mal de retrouver une histoire de la même trempe. 

Tiffany Schneuwly prend son temps pour poser les bases de son univers. Elle s'attarde tout abord à dresser minutieusement le portrait de ses personnages. Elle laisse donc le temps à ses lecteurs de s'imprégner des lieux et des gens. Il n'y a aucune précipitation dans son écriture. Tout est calculé pour amener les choses au bon moment. Ainsi, elle nous dévoile que par parcimonie le monde magique que Maddy va découvrir. Même si on sent que l'Imaginarium sera le cœur de cette histoire, on n'en apprend pas beaucoup plus. Tout ce que l'on sait est que ce monde a été crée grâce aux rêves des humains et qu'il reste dissimulé à leurs yeux. Ce sont les songes qui fournissent suffisamment d'énergie à ce monde pour exister. On peut y rencontrer des fées, des leprechauns, des sirènes qui y ont trouvé refuge, et la magie y est omniprésente.  

Un premier roman qui n'est finalement là que pour ferrer ses lecteurs. Ses derniers chapitres en témoignent car au lieu de lever le voile sur tous les mystères, ils ne font que nous plonger dedans jusqu'au cou, et apparaissent comme une invitation à lire la suite. 

Comme c'est souvent le cas pour les livres destinés à un jeune public, le premier tome est illustré. Ici c'est la talentueuse Sarah Bertagna qui a donné vie aux héros de Tiffany Schneuwly. Que ce soient pour illustrer les personnages forts de cette histoire ou les scènes-clés du roman, ces illustrations permettent au récit d'être aéré et assurer des pauses bienvenues dans la lecture. L'ensemble forme un livre agréable à lire même pour l'adulte que je suis.

Je dois dire que j'ai pris un certain plaisir à lire ce livre que mon partenariat avec Livr's éditions, m'a fait découvrir. D'ores et déjà, je sais que l'aventure ne s'arrêtera pas là puisque le tome 2 vient de rejoindre ma PAL. 

Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire