L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

15/10/2019

Guy Gavriel Kay, Voile vers Sarance, La Mosaïque Sarantine, tome 1, éditions L'Atalante

Parmi les belles plumes de l'Imaginaire publiées par les éditions L'Atalante, il y a celle de Guy Gavriel Kay dont les œuvres viennent régulièrement enrichir leur catalogue. Considéré par tous comme un maître incontesté de la fantasy historique, la réédition du premier volet de La Mosaïque Sarantine est l'occasion pour moi de m’immerger enfin dans l'une de ses épopées. J'en profite pour remercier Emma de m'avoir suggéré ce roman en service de presse. 

Avec Voile vers Sarance, on suit les pérégrinations d'un mosaïste qui, par un concours de circonstances, se retrouve sur la route à la place de son vieil associé, muni d'une invitation de l'empereur sarantin pour participer à la décoration d'un important sanctuaire. Ayant perdu femme et enfants, emportés par la peste, Crispin est enjoint par son ami Martinien de se rendre à Sarance pour s'éloigner de ses fantômes. Réaliser les mosaïques qui viendront décorer les coupoles de la basilique de l'empereur Valérius II est un défi qu'il souhaite relever. En revanche, débarquer à la cour avec une identité différente lui promet quelques difficultés. C'est donc dans un chemin semé d'embûches que Crispin s'engage. D'ailleurs, il lui faudra soupeser chacun de ses actes s'il espère atteindre son but. 

Univers mystique et exotique

Comme dans chacun de ses romans, Guy Gavriel Kay insère le récit dans un contexte historique riche. Mais son but n'est bien évidemment pas de retranscrire les faits historiques tels quels. Il va plutôt s'en imprégner afin de construire une ambiance qui vient donner corps à ses intrigues. Ainsi, son récit est nourri par ses propres lectures et redonne vie de manière crédible à des lieux et à des figures de l'Histoire dont la vie sera par lui largement romancée. 

Ici, on foule le sol de la mythique Byzance. On se retrouve ainsi propulsé dans un VIe siècle fantasmé, à l'époque de l'empereur Justinien et de l'impératrice Théodora, lors de l'édification de la basilique Sainte-Sophie, et en pleine guerre de reconquête de l'Italie. L'auteur s'attache à des détails marquants, comme la position frontalière de la cité qui en fait le siège d'une culture originale mi-occidentale, mi-orientale, l'attachement à l'art byzantin qui s'exprime surtout dans une mosaïque d'inspiration religieuse ou à la gloire du pouvoir, ainsi que cet important engouement du peuple byzantin pour les courses de chars. Ce sont tous ces détails qui ancrent l'histoire contée dans la réalité auxquels a été ajoutée une touche surnaturelle. Celle-ci s'impose presque comme une évidence sous la forme de la résurgence du paganisme et de ses divinités de la nature qui prennent place au sein de l'histoire.   

Ainsi fantastique et Histoire se mêlent harmonieusement pour réinventer le passé. 

Des héros charismatiques

Au-delà de l'ambiance que dégage Voile vers Sarance, sa réussite réside aussi dans la galerie de personnages que l'auteur met en scène. Le colérique et pourtant très réfléchi Crispin est avec son passé un personnage fort attachant. Avec son irascibilité et son verbe haut, il est à l'origine des nombreux rebondissements de cette oeuvre. D'autre part, Guy Gavriel Kay accorde également une grande importance aux personnages féminins avec, bien entendu, la belle et indépendante impératrice Alixana, ou encore la jeune reine Gisèle, qui cache une force intérieure insoupçonnée. 

Avec ses nombreux personnages, Guy Gavriel Kay a matière ici pour explorer toutes les facettes de l'humanité. 

Une intrigue bien ficelée

Autre point fort de ce livre est que l'auteur l'a largement agrémenté d'intrigues, de complots, de trahisons et autres manipulations pour distiller le suspense qui tiendra en haleine. 

Entre la multitude de personnages intrigants et un cadre grandiose, Guy Gavriel Kay se fait à nouveau l'auteur d'un récit enlevé qui ne dément pas sa réputation. 

Fantasy à la Carte

Guy Gavriel Kay
Voile vers Sarance
Tome 1
La Mosaïque Sarantine
Editions L'Atalante

A lire aussi l'interview sur les secrets d'écriture de Guy Gavriel Kay sur ActuSF. 

08/10/2019

Lionel Davoust, Contes Hybrides, Les Editions Mille Cent Quinze

Il n'y a pas de plus grand plaisir pour un blogueur que d'être sollicité par un auteur, d'autant plus si ce dernier est un grand  nom des littératures de l'Imaginaire. Je remercie donc Lionel Davoust, rencontré à l'occasion de la dernière édition de Cidre et Dragon, de l'intérêt qu'il porte à Fantasy à la Carte ainsi que les éditions 1115 pour l'envoi de ce service de presse. 

Contes Hybrides est donc son dernier ouvrage publié. Avec ce nouveau recueil, composé de trois novellas, notre auteur repousse encore plus loin les frontières de l'Imaginaire. Il explore autant, ici, les futurs fantasmés de l'humanité qu'il part en quête de merveilleux. Deux histoires sont orientées fantasy, une davantage science-fiction. 

"Le Sang du Large" ouvre cette courte anthologie sur un monde prosaïque dans lequel vit un auteur à succès désabusé dont l'inspiration a foutu le camp. Lui qui a toujours cherché la magie, il semble avoir perdu l'étincelle, jusqu'au jour où l'impensable survient... Derrière la trivialité du syndrome de la page blanche de l'écrivain, Lionel Davoust fait jaillir l'émerveillement. En évoquant un sujet qui le touche de très près, en tant qu'auteur, il réussit à nous ouvrir de nouvelles perspectives sur notre environnement. C'est sa manière à lui de nous faire appréhender le monde de manière différente. 

Pour "Point de Sauvegarde", il faut imaginer un futur proche dans lequel la technologie a fait évoluer l'espèce humaine. L'armée compte dans ses rangs des cyborgs, mi-hommes mi-robots, autrement dit des soldats surpuissants qui, même s'ils représentent une prouesse technologique, ils n'en demeurent pas moins des êtres dangereux qu'il est difficile d'abattre. N'est-ce pas effrayant ? Avouez que l'imagination délirante de Lionel Davoust a de quoi donner quelques suées, car après tout, ne dit-on pas que les auteurs de science-fiction sont des visionnaires ? 

Mais laissons derrière nous ces expériences "Secret-Défense" de l'armée pour repartir en féerie avec "Bienvenue à Magicland". L'auteur puise à nouveau dans le bestiaire merveilleux en donnant le premier rôle aux licornes, ces créatures légendaires à corne unique. Dans cette novella, elles sont l'attraction principale d'un parc animalier. Les voici donc devenues des bêtes de foire dans un monde où l'humanité a disparu pour laisser la place aux trolls. Ecrit comme un signal d'alarme quant à la surexploitation du monde animal et de la nature en général, Lionel Davoust continue sur sa lignée de rédiger des textes qui poussent au questionnement. 

Fidèle à lui-même, l'auteur nous délivre donc trois nouvelles superbement écrites qui nous entraînent dans de fantasques explorations. 

Suivant la devise de la maison d'édition, qui se veut, "une agence de voyages littéraires", Contes Hybrides se conforme parfaitement à cette ligne éditoriale en nous offrant un intermède des plus dépaysant. 

Fantasy à la Carte


Retrouvez sur le blog mes avis sur Port d'Âmes, La Messagère du Ciel et Les Questions Dangereuses.
Lionel Davoust
Contes Hybrides
Editions Mille Cent Quinze
Découvrez l'avis du blog Au Pays des Cave Trolls

04/10/2019

Breth Harken, La Trahison des Alchimistes, La Trilogie de l'Eugord, tome 1, éditions Baudelaire

Breth Harken est un amateur d'Imaginaire. Inspiré par le jeu de rôle et la littérature, il publie son premier roman de fantasy, La Trahison des Alchimistes, aux éditions Baudelaire. Je le remercie d'avoir sollicité l'avis de Fantasy à la Carte, et pour l'envoi de ce service de presse. 

Cet auteur a l'ambition d'écrire une trilogie. La Trahison des Alchimistes n'est donc que le premier volet. 

Ici, il nous met en présence d'une communauté de héros importante et nous fait, tour à tour, suivre chacune de leurs aventures. Au fil des pages, on côtoie un vieux magicien et son apprenti, deux lémures au caractère irascible, une courtisane peu scrupuleuse, un aventurier téméraire ou encore un elfe éconduit qui voient, malgré eux, leur chemin se croiser. En effet, devant l'hégémonie d'un empereur mégalomane, ils n'auront pas d'autres choix que de s'unir pour se lancer dans la quête du seul artefact capable de mettre fin à cette menace. 

Breth Harken tisse son récit autour d'une intrigue très classique en fantasy. A l'image des maîtres anglo-saxons du genre, il emprunte les codes propres à la high fantasy. Aussi, on retrouve bien la figure de la compagnie de héros qui s'engage dans une quête pour vaincre la personnification du Mal au sein d'un royaume imaginaire. 

Il fait preuve d'un vrai souci du détail en cartographiant son univers. Ainsi, une carte est placée en préambule du livre facilitant la lecture. 

Bien qu'il n'y ait rien d'original dans cette intrigue, on apprécie la fluidité du texte, la ribambelle de héros hauts en couleur et le riche univers qui mêle créatures fantastiques au bestiaire merveilleux. 

L'auteur joue beaucoup sur l'antagonisme de ses héros accentuant volontairement leurs travers afin de pimenter son histoire. Aventure et humour partagent donc l'affiche de ce livre.

Passionné du genre, il n'a pas manqué d'insérer quelques clins d’œil à de célèbres personnages de fantasy que les inconditionnels ne manqueront pas de reconnaître.

La Trahison des Alchimistes, c'est un premier roman qui réunit tous les ingrédients d'une bonne fantasy. Il s'inscrit davantage dans la lignée des auteurs anglo-saxons que français. 

Fantasy à la Carte

Breth Harken
La Trahison des Alchimistes
Tome 1
Laa Trilogie de l'Eugord
Editions Baudelaire

01/10/2019

Jérôme Nédélec, Les Forêts Combattantes, tome 2, L'Armée des Veilleurs, Tri Nox Editions

La sortie des Forêts Combattantes de Jérôme Nédélec est notable à plus d'un titre. Déjà, c'est l'occasion de retrouver la plume d'un incroyable conteur qui, avec son second volet, continue de nous captiver. 

Mais cela marque aussi la naissance d'une nouvelle maison d'édition car Les Forêts Combattantes vient inaugurer avec Remugles de Benjamin Desmares, le catalogue de Tri Nox Editions, filiale de Stéphane Batigne Éditeur. Un label qui fera la part belle aux littératures populaires et à l'imaginaire breton. Polar, fantastique, science-fiction et autre fantasy s'y épanouiront à leur aise. 

Mais revenons au cycle de L'Armée des Veilleurs dont je vous faisais découvrir le premier tome il y a peu. L'attente pour la suite n'aura donc pas été longue et c'est tant mieux. Je remercie Jérôme Nédélec et son éditeur pour l'envoi de ce deuxième service de presse. 

Littéralement passionnée par Les Frontières Liquides, je vous avoue qu'il me tardait de lire la suite. 

Les Forêts Combattantes s'ouvre sur un autre décor. En effet, notre communauté de héros, enfin ceux qui ont survécu à la bataille de la Visnonia, est amenée à reprendre la route, missionnée par l'énigmatique homme d'église Golven. Ils doivent s'enfoncer dans la mythique Brocéliande pour retrouver un mystérieux forgeron. Une tâche, qui malgré les apparences, ne sera pas si aisée. Même si l'ennemi du Nord a été repoussé, les dangers demeurent. Le comte Alan n'est toujours pas roi, et la menace franque est très présente. Le territoire n'est donc pas sûr, comme en feront les frais nos soldats. Plus que de se frotter à la belligérance des petits seigneurs locaux, ils devront aussi affronter un péril sans doute encore plus grand. Le mal rôde en ses lieux et il semble venir des temps anciens. Ceux qui sont appelés à devenir les Veilleurs doivent se préparer, la bataille est proche...

Avec le tome 1, Jérôme Nédélec, avait déjà mis la barre haut, le second, lui, rehausse encore le niveau. 

Avec une prose maîtrisée, l'auteur nous plonge dans une uchronie historique dont il a retricoté les fils pour faire jaillir le surnaturel au détour du bois. 

Il insère son intrigue au cœur d'un territoire qui déchaîne toutes les passions aussi bien pour les protagonistes de l'époque que pour nous, les lecteurs d'aujourd'hui. Il faut dire que Jérôme Nédélec est à l'aise pour nous raconter ces hauts faits historiques. 

Dans ce roman, on commence seulement à percevoir ses desseins, c'est-à-dire à comprendre qui est réellement cette armée de veilleurs. Mais en bon maître du suspense, le peu que Jérôme Nédélec nous dévoile juste ce qu'il faut pour nous mettre l'eau à la bouche. On a beau faire défiler les pages, on en est pour nos frais quant à deviner ce qu'il nous réserve. 

Les Forêts Combattantes est un roman d'action qui mêle habilement une Histoire bretonne forte à des éléments fantastiques plus accentués que dans le tome précédent. Le lieu y est sans doute pour quelque chose car, après tout, Brocéliande est le berceau de nombreuses légendes. 

C'est un récit historico-fantastique bluffant de maîtrise, marqué par des personnages qui vous hantent une fois le livre refermé. La lecture y est jubilatoire même si l'auteur laisse encore planer beaucoup trop de mystères pour que l'on se sente pleinement rassasié. Personnellement, j'attends le final avec impatience. 


Fantasy à la Carte
Retrouvez mon avis sur Les Frontières Liquides sur le blog.

Jérôme Nédélec
Les Forêts Combattantes
Tome 2
L'Armée des Veilleurs
Tri Nox Editions


Découvrez l'avis du blog Au Pays des Caves Trolls