L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

29/03/2019

Chantal Robillard, Dimension Fées, anthologie, éditions Rivière Blanche

Il y a quelques semaines, Fantasy à la carte vous offrait un intermède en Brocéliande. Haut lieu de féerie et de fantasy, revu et corrigé par une vingtaine d'auteurs à travers de courts textes, remplis de rêveries et rassemblés à l'occasion de la sortie du recueil, Dimension Brocéliande

Or, parmi toutes les créatures oniriques qui peuplent des lieux aussi merveilleux que la forêt de Brocéliande, il existe une communauté d'êtres, volontiers décrits comme enchanteresses, que l'on s'accorde tous à qualifier de fées. Et justement en 2016, les éditions Rivière Blanche leur ont consacré une très belle anthologie dans laquelle 26 auteurs, conteurs, poètes et même elficologue se sont donnés rendez-vous pour nous exposer leur propre représentation de la fée. Mais tout abord, je tiens à remercier Philippe Ward pour ce partenariat qui m'a offert une lecture toute en émerveillement. 

Voici une anthologie qui surprend autant qu'elle envoûte devant l'ensemble de ces conceptions différentes de la fée qui oscillent entre lumière et obscurité. 

Qu'on se le dise, il n'y a pas que des bonnes fées, à l'image des Blondines d'Hervé Thiry-Duval. Notons qu'avec leurs dents longues, on se doute bien que cela cache une certaine cruauté. Si belles et si fatales surtout pour ce benêt de Florentin qui, en cédant aux sirènes de ces Jézabel, a poussé sa fiancée au désespoir, enfin jusqu'à ce que ces dernières lui jouent un tour plus pendable encore. 

La facétie des fées est notoire qu'importe qu'elles vivent en Ecosse ou à Prague, d'ailleurs.  L'héroïne de Claudine Glot va en faire les frais dans "A Fair Revenge". Même si elle a consacré sa vie à prouver leur existence, elle n'y croit guère elle-même. Même quand elle épouse Alistair Glenvein, troisième lord Aviemore qui était, lui, pourtant convaincu de l'existence du petit peuple, elle n'y croit toujours pas. Il lui faudra regagner les terres bretonnes pour que la réalité lui éclate au visage au risque d'en payer le prix fort. 

Il est clair que les fées enchantent l'imaginaire populaire depuis bien longtemps. La voici toujours à la mode, toujours si mystérieuse, toujours envoûtante comme la belle Nixia de Pierre Bordage, une fée des stations d'épuration qui n'a pourtant rien de nauséabond. Croyez-moi ! 

Elles ont bercé notre enfance comme celle de Jacques Lovichi qui dans "Carabosse, la véritable histoire", compte bien nous révéler les vérités que Charles Perrault nous a cachées.

Tantôt démone, tantôt ange-gardien, la fée semble source d'inspiration inépuisable qui conduit même certains à pousser la chansonnette. Et ce n'est pas Henri Etienne Dayssol qui nous contredira car elles lui ont inspiré "A tant rêver", poème hommage aux princesses désenchantées. 

Aucun doute sur l'accueil réservé à cette anthologie. les nouvelles y sont toutes plus divertissantes les unes que les autres. 

La performance de ces auteurs entend aussi réveiller un imaginaire collectif merveilleux et prendre la mesure de ce qui nous entoure. En effet, la figure de la fée peut prendre bien des formes, elle semble plus proche de nous que l'on veut bien croire. Il suffit juste d'ouvrir l’œil ! 

Fantasy à la carte

Chantal Robillard
Dimension Fées
Anthologie
Editions Rivière Blanche

Lire aussi Dimension Brocéliande de Claudine Glot et Chantal Robillard, éditions Rivière Blanche. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire