L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

26/11/2017

Laetitia Reynders, Samaël, La Gardienne du Miroir, tome 2

Après un premier roman emballant, j'étais impatiente de me plonger dans la suite de la saga La Gardienne du Miroir de Laetitia Reynders. 

Pour ce second tome, l'auteure l'a consacré à l'un des membres masculins de ce triangle amoureux. Il s'agit ici de Samaël, le fils de Satan aux traits si angéliques qu'il est si difficile à Louise de lui résister. On n'a pas de mal à la comprendre, n'est-ce pas ? C'est donc essentiellement à travers son regard que Laetitia Reynders nous conte la suite. 

Pour rappel l'auteure avait conclu son premier volet de manière très tonitruante. 
En effet, pour sauver sa Belle d'un terrible châtiment, Samaël ne va pas hésiter à contrecarrer les plans des Anges en subtilisant les cœurs de sept membres Oints inscrits sur le rouleau d'Ezéchiel. Une mission qui, il l'espère, fera réagir l'archange Michaël qui reste sourd à ses appels depuis quelques temps. Il est clairement prêt à tout pour Louise, quitte à se faire de nouveaux ennemis et même à s'allier au pire d'entre nous, cet archange qu'il déteste tant...

Quelques lignes qui en disent long sur les péripéties que ce nouvel opus réserve aux lecteurs avides de savoir. On se coule avec fluidité dans ce nouveau roman comme si on avait terminé le premier volume seulement la veille. L'intrigue mise en place par Laetitia Reynders est de belle qualité et nous tient sans mal en haleine. 

Comme c'est Samaël qui y tient une place de choix, on explore avec lui le Pandémonium, la capitale des Enfers. On côtoie tous ces démons dont les noms nous sont familiers, et on porte un autre regard sur ce monde toujours perçu comme effrayant. D'ailleurs même le fils de Satan nous déroute tant il peut faire preuve de compassion et d'amour, notamment à l'égard de Louise. Il n'est pas qu'un simple tueur asservi par ses pulsions meurtrières. A travers ce roman, on arrive à se demander qui sont les méchants des gentils tant les anges nous apparaissent parfois comme tout aussi cruels que les démons. Comme quoi la frontière entre le Bien et le Mal est bien souvent floue et la fin semble bien justifier les moyens quelque soit le camp en présence. 

Tiraillée entre ces deux amours, la pression monte pour Louise qui se voit de plus en plus poussée à devoir faire un choix. Dilemme pour la jeune femme qui ne se voit pas le faire. Alors si elle ne le peut pas, qui le fera à sa place? Samaël? Michael? Au terme de ce second tome, la tension n'a jamais été autant à son comble. 

Du côté des révélations fracassantes, Laetitia Reynders nous y en réserve de belles notamment concernant la vérité sur les origines de la naissance de Louise, et celle-ci est pour le moins incroyable. D'ailleurs en sachant ça, cela pourrait bien changer des choses sur le destin de cette humaine qui n'en ai pas tout à fait une. 

D'ores et déjà, on sait que le dernier roman de la trilogie se tournera vers l'archange Michael. Lui qui est si insaisissable, si froid parfois, que va-t-il nous réserver pour cette dernière ligne droite? Va-t-il réussir sa mission de sauver Louise même contre sa volonté? la ramener dans le droit chemin? Lui faire comprendre et accepter sa destinée? Et surtout se défaire de cette armure dont il pare son cœur et nous dévoiler enfin son autre visage? Des questions qui ne nous laisseront pas longtemps dans l'incertitude avec un tome 3 à portée de mains qui ne demande plus qu'à être lu. 

Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire