L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

03/01/2016

Oliver Bowden, La Croisade Secrète, Assassin’s Creed, tome 1

La Croisade Secrète d’Oliver Bowden inaugure une autre manière d’aborder la fantasy. Il est de notoriété que la littérature fantasy puise dans tous les genres pour offrir des récits épiques dépaysants. Avec Assassin’s Creed, c’est l’univers du jeu vidéo qui est à l’honneur et qui a inspiré ici l’auteur.

Comme le jeu développé par Ubisoft, il raconte le destin d’Altair, un assassin agissant en Terre sainte pour le compte de la Guilde des Assassins. Néanmoins, alors que le jeu vidéo alterne de longues phases en Terre sainte et de courtes séquences dans un XXIe siècle plutôt futuriste, le roman, lui, se sert de souvenirs échangés par deux disciples d'Altair pour connaître l'histoire de ce grand héros du passé. Tombé en disgrâce au début de l'action, celui-ci doit effectuer plusieurs missions afin de redorer son blason auprès de son maître et de ses pairs. Assassin professionnel oblige, le voilà chargé par Al Mualim de tuer des hommes puissants aux quatre coins de la Terre sainte. Pour Altair, sa mission est légitime car ces hommes sont corrompus et font du mal au peuple musulman. 

Même si Altair et ses compagnons sont des tueurs, ils agissent selon un code d’honneur. Ils ne tuent pas à tort et à travers. Ils sont là pour faire régner l’ordre et protéger les innocents. Cette fonction d’assassin implique de lourdes contreparties comme la solitude. Ainsi, La Dernière Croisade s’inscrit dans la lignée des récits d’heroic fantasy contant la destinée de héros solitaires dans un environnement où la magie est très présente. Celle-ci se manifeste par des artefacts merveilleux. Ici, ils prennent la forme de reliques sacrées appelées les Fragments d’Eden. Ce sont des objets précieux et puissants qui sont convoités aussi bien par la Confrérie des Assassins que par l’Ordre des Templiers. Dans La Croisade Secrète, un premier Fragment d’Eden est mis à jour, celui de la Pomme d’Eden caché dans un coffre surnommé l’Arche d’Alliance dissimulé dans le Temple de Salomon. On notera la mention de la célèbre Arche qui selon la Bible renfermerait les tables de la Loi données à Moïse sur le mont Sinaï. 
Dès lors, l’univers d’Assassin’s Creed prend une tournure uchronique en axant l’histoire pour ce premier tome au temps de la troisième croisade de 1189 à 1192. Cette illustre période historique est marquée par une série d’expéditions menées par l’empereur germanique Frédéric Barberousse, le roi de France Philippe Auguste et le roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion en Terre sainte afin de reprendre à Saladin les principaux lieux de culte dont Jérusalem. Ce dirigeant est d’ailleurs resté célèbre pour son rôle d’instigateur de la reconquête de Jérusalem par les musulmans en 1187. C’est donc dans ce contexte qu’Altair évolue. Il côtoie tantôt les croisés infidèles tantôt les résistants musulmans. Mais, de mission en mission, le doute finit par s’installer dans l’esprit de notre assassin. Est-ce qu’il ne se trompe d’ennemis ? N’est-il pas un simple pion dont se sert Al Mualim pour atteindre un objectif encore obscur pour lui ? Bien que l’avenir demeure très mystérieux, ses actes le conduisent jusqu’au célèbre Robert IV de Sablé, onzième maître de l’Ordre du Temple. Un affrontement qui sera aussi sanglant que salutaire mais qui aura le mérite de lui ouvrir les yeux sur ce qui se trame réellement en Terre sainte. 

Une belle aventure fantasy signée par un auteur qui se fait grand historien.

Fantasy à la carte

2 commentaires:

  1. Cet article me donne envie de le lire mais je le trouve où ?

    RépondreSupprimer
  2. Les livres ont été réédités par les éditions Milady, il y a peu.

    RépondreSupprimer