L'influence du "gaming" à la littérature

17/01/2016

Oliver Bowden, Renaissance, Assassin’s Creed, tome 2

Le second volet d’Assassin’s Creed nous fait faire un bond de presque trois siècles dans l’Histoire puisque nous nous trouvons à présent au temps de la Renaissance, en 1476. A peine âgé de 17 ans, le jeune Ezio Auditore est insouciant et aventureux. Issu de l’une des familles de banquiers les plus puissantes de Florence, il passe ses nuits avec son frère à courir l’aventure dans les rues de la ville. Sa vie bascule le jour où son père et ses frères sont condamnés à mort pour trahison. Aveuglé par une haine féroce et animé d’un puissant désir de vengeance, Ezio jure devant la dépouille des siens qu’il n’aura de cesse de traquer les responsables de ces crimes odieux. 

Ainsi, commence pour ce jeune héros, voué à mener une vie bien souvent solitaire, une quête de vengeance. De plus, en fouillant dans le bureau de son père, il fera d’étonnantes découvertes sur son héritage qui lui seront au demeurant bien utiles pour accomplir sa destinée. Il faut croire que son père avait des secrets, et qu’il n’était pas un simple financier au vu des armes et autres documents trouvés dans une chambre secrète. C’est son oncle Mario qui lui lèvera le voile sur ses origines, sur l’histoire de sa famille et  celle de ses ancêtres. 

Renaissance, c’est un précieux témoignage qui nous fait pénétrer dans l’intimité d’un jeune homme appelé à devenir un assassin. Ce roman est donc l’occasion de voir comment on le devient ? Au fur et à mesure de ses exploits, Ezio prouve à ses compères qu’il est le digne héritier de son aïeul Altair. Son but est de mettre un terme à la corruption qui souille les villes les plus influentes d’Italie comme Florence, Venise ou Milan. Au final, il cherche à libérer le peuple italien du joug des tyrans. Pour y réussir, il sera bien évidemment soutenu par de nombreux frères d’armes comme son oncle mais il trouvera sur sa route des esprits éclairés qui l’aideront dans sa quête. Ainsi, ce récit uchronique nous fait côtoyer de grands hommes qui ont marqué leur époque comme Léonard de Vinci et Nicolas Machiavel qui deviendront d’ailleurs de précieux amis pour Ezio. 

C’est dans une grande épopée historique que l’auteur Oliver Bowden nous entraîne. Ainsi, au départ du récit on plonge en plein cœur de la conjuration des Pazzi, qui en 1478 ont fomenté un complot contre les Medicis et notamment une tentative de meurtre sur la personne de Laurent de Médicis. Dans ce roman, ce complot échoue d’ailleurs grâce à l’intervention d’Ezio Auditore devenu un tueur pour la Guilde des Assassins. Un tome qui ira jusqu’à nous faire pénétrer dans les coulisses du Vatican car même le royaume de la sainteté par excellence semble être aussi touché par la corruption et la débauche. Mais en nommant Rodrigo Borgia pape en 1492 qui prend le nom d’Alexandre VI, les choses ne pouvaient pas tourner autrement. C’est sans compter Ezio qui malgré les années continue d’incarner la liberté et la justice.

Un roman palpitant d’un bout à l’autre qui nous montre combien le jeu vidéo peut donner naissance à de riches histoires.

Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire