L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

07/10/2018

Nadia Coste, Jivana

Jivana est le dernier roman de Nadia Coste. C'est un livre qui s'inscrit dans le même univers que celui de son cycle des Feydelins. Inconnue pour moi jusque là, je remercie au passage les éditions ActuSF pour m'avoir permis de rentrer dans le petit monde merveilleux de cette autrice. 

Jivana est une Feydelin, autrement dit une petite créature ailée, pas plus grande qu'un insecte. Après une naissance hors-norme qui lui vaut de partager son corps avec l'esprit de la déesse Savironah, tous la traitent comme un être à part. Elle est la fille de Delyndha, personnage déjà présent dans le cycle des Feydelins de Nadia Coste. Première particularité elle a survécu à la traversée du désert effectuée par sa mère alors qu'elle était encore dans sa bulle. Née bien avant les cinq ans réglementaires, elle est précoce et son existence en effraie sans doute plus d'un parmi les siens. D'autant que Savironah qui a raté sa réincarnation vit en elle. Il n'en faut pas plus aux membres de son espèce pour l'isoler. Un jour, une nuée d'insectes qui semble être infinie vient obscurcir le ciel et dissimulée leur Dor les condamnant à une nuit éternelle. Ne supportant pas de rester les bras ballants, Jivana et sa déesse décident donc de partir en quête d'une solution. 

Dans ce livre la quête est mise en exergue comme c'est souvent le cas en jeunesse et fantasy. Ici, il s'agira pour Savironah de retrouver sa place de divinité ainsi que ses pouvoirs, et pour Jivana de se trouver une place bien à elle et de se forger sa propre identité. Car toute la difficulté pour Nadia Coste a été ici de jongler entres ses deux héroïnes qui ont des personnalités bien distinctes tout en ne formant qu'un seul corps. Finalement l'originalité de ce récit réside d'abord dans ce choix d'appréhender l'histoire.

Ensuite l'autre élément remarquable à signaler est bien évidemment l'univers très immersif imaginé par l'autrice. Intégré à son monde des Feydelins, ce livre nous replonge dans l'environnement méconnu et pourtant féerique du petit peuple des herbes et des mares. A la manière de certaines productions cinématographiques comme Fourmiz ou 1001 pattes, Nadia Coste a choisi de mettre aussi en lumière le microcosme de ces petites créatures souvent invisibles à nos yeux d'humains. D'un battement d'ailes nous voici emportés dans l'aventure extraordinaire de cette petite fée aux fausses allures de la célèbre Clochette qui doit trouver le moyen de mettre un terme à cette terrible invasion. Mais vu sa petite taille, on imagine sans mal les mille et uns dangers auxquels elle va devoir faire face. Cela nous promet d'ores et déjà de connaître un ascenseur d'émotions et de lire un récit palpitant. 

Nadia Coste profite de la personnalité et des choix faits par ses héroïnes pour aborder des notions fortes comme la tolérance, l'acceptation de soi, l'indépendance, la liberté de son corps ou encore l'amour au pluriel. Plus qu'un simple récit d'aventures, ce texte est riche d'un message de paix et d'ouverture d'esprit.

Ecrit avec une belle fluidité, ce roman jeunesse n'a donc pas fini de se faire remarquer.

Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire