L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

10/07/2016

Bertrand Crapez, L'Héritier du roi Arthur

Lorsque les éditions Zinedi m'ont contactée pour me présenter le roman de Bertrand Crapez, le titre a tout de suite capté mon attention. L'héritier du roi Arthur est évocateur de tant de magie. Avec cette simple mention d'Arthur, on sait d'emblée que les légendes arthuriennes y seront à l'honneur. Or, depuis fort longtemps les histoires légendaires du roi de Camelot et des chevaliers de la Table Ronde fascinent l'imaginaire populaire. Pour un récit de fantasy, mettre la Matière de Bretagne en arrière-plan, c'est un peu un retour aux sources et, en soit un gage d'enchantement. 

Dans L'héritier du roi Arthur, le temps d'Arthur arrive bientôt à son terme. Il est devenu un vieil homme. Les chevaliers ont presque tous disparu. Le royaume de Logres est affaibli et est donc en danger. Or justement, c'est le moment que choisit Galaad pour assouvir sa vengeance et s'emparer du royaume. 

Pour faire face à ce grand péril, entre en scène le tout jeune Kadfael, fils de Perceval et de la fée Mélusine qui apparaît comme le héros de cette nouvelle histoire. Apprenti de Merlin, Kadfael aspire plus à s'amuser dans les rues de Camelot que de suivre assidûment les cours de son maître magicien. Mais l'arrivée retentissante de Galaad va tout bouleverser et le jeune garçon va vite se retrouver au cœur d'une quête aux lourds enjeux. La fameuse quête source de tous récit fantasy et incontournable du mythe arthurien se taille donc une belle place dans ce roman. 

Ici Bertrand Crapez n'a pas cherché à réécrire les textes de Chrétien de Troyes mais propose plutôt de poursuivre ces aventures légendaires. Il a lâché la bride à son imaginaire pour redonner vie aux hauts lieux mythiques tels Camelot ou Brocéliande. 

Entre ses lignes, on croise Arthur, Morgane, Perceval, Mélusine, Viviane, Yvain, Merlin qui côtoient les personnages de Bertrand Crapez sans pour autant choquer le lecteur. 

Son intrigue est bien construite. Le récit est fluide et la lecture n'en est que plus agréable. Bertrand Crapez nourrit son texte aussi bien de légendes celtiques, nordiques qu'arthuriennes. Des éléments pas négligeables car ils viennent en fait donner du poids à sa fantasy

Même si ce récit s'adresse en premier lieu à un jeune public, il est clair qu'on se laisse facilement charmer par cette plume que l'on ait 12 ou 70 ans d'ailleurs. 
En effet, Bertrand Crapez fait preuve d'une belle imagination pour offrir une grande aventure épique digne des plus célèbres chansons de geste médiévales. Il est un peu comme un ménestrel qui partagerait avec nous les hauts faits des grands héros de son époque. 

Grâce à lui, on a un aperçu de ce que serait la vie à Camelot après Arthur. Si certains seront sceptiques quant à cette intrigue, la découverte du roman risque fort de les bouleverser. En effet, retrouver les héros du passé et en découvrir des nouveaux est quand même une bonne idée. Pari audacieux mais réussi pour ce professeur qui a eu envie de mettre par écrit ses histoires afin de donner le goût de lire à son fils. 

Plus qu'un simple roman à lire, pour moi L'héritier du roi Arthur mérite d'être en lice parmi les romans pour le prix Imaginales des lycéens ou des collégiens. 

Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire