L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

07/04/2020

Christophe Arleston, Le Souper des Maléfices, collection Bad Wolf, éditions ActuSF

Christophe Arleston, Le Souper des Maléfices, collection Bad Wolf, 
éditions ActuSF

Après avoir connu le succès dans la bande dessinée, l'auteur de Lanfeust nous propose avec Le Souper des Maléfices, un roman de fantasy plein de fraîcheur

Cité libre de Slarance. Zéphyrelle est une jeune Agent Subalterne aux Services Particuliers du dynarque. Rompu aux techniques de combat, dispensées par un vieux maître d'armes qui l'a pris sous son aile après la mort de son père, elle espère briller et prendre rapidement du galon. Un malheureux concours de circonstances va l'exaucer. En effet, tous les agents du dynarque se font assassiner les uns après les autres. Dernière rescapée, elle est donc chargée de démasquer l'auteur de ces crimes et de découvrir par la même occasion qui est à l'origine des trafics qui se trament dans les rues de la cité. Depuis qu'un mystérieux blé a inondé le marché, les productions locales ont disparu mettant à mal autant l'économie que la santé des habitants. Mais est-ce que les deux faits sont liés pour autant ? Si oui, qui met une si grande volonté à vouloir détruire Slarance ? 

Le Souper des Maléfices dégage cet humour sur lequel Christophe Arleston a bâti sa réputation. Plus proche d'un Terry Pratchett que d'un J.R.R. Tolkien, on apprécie cette plume qui est toute en légèreté. 

Amateur du genre, il a dessiné autour de son récit un univers où la magie s'épanouit par petites touches. A l'ombre du pouvoir, les alchimistes sont à l'oeuvre même si cela est caché. L'usage de sortilèges est proscrit. La magie est dangereuse surtout lorsqu'elle échappe à tout contrôle. Les grimoires sont tenus sous clé. Mais notez bien qu'ils ne sont pas détruits. Les puissants ont bien compris son intérêt mais se gardent bien de le clamer haut et fort. Que se passerait-il si un petit malin avait dans l'idée d'utiliser la magie pour son usage personnel ? Avec Christope Arleston aux commandes, pensez bien qu'il y aura de la casse. 

C'est dans ce contexte qu'évolue l'intrépide Zéphyrelle, promue Inquisitrice par le dynarque. Pipelette, maline, parfois gauche, elle est une héroïne pour le moins surprenante. Elle défait souvent ses ennemis par pur coup de chance et se met régulièrement dans des situations délicates dont elle sort victorieuse que grâce au hasard. En bref, elle est l'héroïne que l'on attend de voir naître sous la plume d'un Christophe Arleston. Intelligente et charmeuse, suivre ses rocambolesques aventures nous garantit une belle évasion. Et je ne vous parle pas du cuisinier Fanalpe, beau garçon et sûr de son talent qui se retrouve étonnamment toujours sur sa route. A croire qu'il est mêlé aux assassinats qui rougissent les pavés de la cité. 

Avec Le Souper des Maléfices, Christophe Arleston se fait l'auteur d'une enquête où l'humour et le mystère s'harmonisent parfaitement. 

Un roman qui a su trouver sa place au sein d'une collection qui éditent des textes drôles, singuliers et inoubliables.

Fantasy à la Carte
Retrouvez l'avis de Joyeux Drille et de Phooka

Informations

Christophe Arleston
Le Souper des Maléfices
Collection Bad Wolf
396 pages
978-2-36629-824-6
Editions ActuSF

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire