L'influence du "gaming" à la littérature

10/04/2016

Glen Cook, La belle aux bleus d'argent, Garrett, détective privé, tome 1

Si vous rêvez d'aventures insolites, avec ce premier tome de Garrett, détective privé, vous avez tablé sur le bon livre.

Comme ce titre l'indique, Glen Cook oriente son cycle vers le genre polar. Chaque tome prend la forme d'une enquête que mène son héros, un enquêteur désabusé qui n'est pas sans rappeler un célèbre privé de série télévisée mais au bagout nettement plus mordant et truculent. Un choix qui montre d'ores et déjà la volonté de l'auteur de se démarquer de ses confrères. 

Cynique, distant, un tantinet alcoolique, Garrett renvoie à l'image de l'anti-héros. On l'imagine mal revêtir l'armure du preux chevalier pour défendre les innocents et pourfendre les méchants. Et pourtant, Garrett est un professionnel qui suit un code d'honneur. Lorsqu'on lui confie une mission, il va jusqu'au bout. C'est d'ailleurs ce qu'il va faire quand on vient violemment le tirer de son sommeil pour le mandater pour un travail un peu particulier. En effet le père de son défunt ami Denis vient chercher son aide. Disparu précocement, Denis a légué un héritage conséquent à une femme, une ex-maîtresse qui semble-t-il a beaucoup compté pour lui. Mais voilà, ladite femme s'est envolée, il y a fort longtemps. Garrett est donc chargé de devenir l'exécuteur testamentaire de son ami.

D'abord réticent notre détective commence quand même à glaner des informations ici ou là sur l'identité de cette mystérieuse amante. Mais son enquête va vite se montrer périlleuse au vu des sommes en jeu. 

Tenace, Garrett va la mener coûte que coûte, parfois au risque de sa vie, surtout lorsque ses investigations le mèneront aux confins du Cantard, une terre désolée et dangereuse. Pour survivre, il fera appel à trois grolls (des êtres métissés entre humains et trolls) et un elfe noir. Une drôle d'équipée mais nécessaire pour déjouer les pièges que cette région hostile lui réserve. 

Habitué à la dark fantasy, Glen Cook donne à son nouveau cycle une tonalité plus légère lui permettant enfin de lâcher complètement la bride à son humour décoiffant. 

Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire