L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

15/07/2022

Estelle Faye & Fabien Legeron, Hollywood Monsters, collection Echos, Gulf Stream Editeur

Estelle Faye & Fabien Legeron, Hollywood Monsters
collection Echos, 
Gulf Stream Editeur

Quand ils ne sont pas occupés à réaliser de courts métrages comme le multiprimé, Tout ce qui grouille sous la mer, récompensé par pas moins de douze prix, Estelle Faye et Fabien Legeron se retrouvent pour écrire des romans. D'ailleurs, quoi de mieux que d'avoir deux scénaristes aux commandes pour nous immerger dans l'ambiance d'un tournage des années 30. 

Ensemble, ils signent donc Hollywood Monsters qui est sorti depuis peu chez Gulf Stream Editeur

Mais avant de commencer à vous en parler plus en détails, je tiens à remercier Estelle Faye pour sa gentillesse et l'intérêt bienveillant qu'elle porte à Fantasy à la Carte

A Hollywood, le tournage du Nécromant défraie la chronique. Il semblerait qu'une malédiction se soit abattue dessus car plusieurs personnes travaillant à la réalisation du film ont été zombifiées. Pour l'accessoiriste Malachi et la toute jeune actrice Doris, il est urgent de démasquer le ou les coupables afin de faire cesser ces actes infâmes et si possible, sauver le film. Mais si pour cela, il leur faut aller jusqu'à faire arrêter l'être qu'ils admirent le plus, le feront-ils ? 

Dans Hollywood Monsters, Estelle Faye et Fabien Legeron nous plongent dans un thriller fantastique mâtiné de notes horrifiques. Ce livre est une enquête menée par les deux personnages principaux suite à la succession de zombifications de personnes, survenue sur le tournage d'un film. Ainsi, on retrouve les ressorts du polar à travers les interrogatoires de témoins, la recherche d'indices ou encore la filature menés par les deux héros. 

Quant au surnaturel, on le retrouve à travers la figure du monstre qui, au demeurant, est autant exploité en littérature qu'au cinéma. Rappelons que le film d'épouvante connait son essor dans les années 30 aux Etats-Unis. Or, c'est justement à ce cinéma hollywoodien que les auteurs rendent hommage dans ce livre. 

Ils font d'ailleurs revivre avec beaucoup de réalisme l'ambiance d'un tournage de l'époque à travers les balbutiements des effets spéciaux, l'organisation des prises de vues ou encore l'agencement des plateaux. Estelle Faye et Fabien Legeron ont un vrai souci du détail pour donner à leur histoire un cadre authentique. D'autant, qu'ils mettent également en lumière les difficultés économiques et sociales suite au krach boursier de 1929 et à la Grande Dépression qui a suivi. 

Créatures fantastiques et magie vaudou se mêlent à l'intrigue pour faire autant frissonner le lecteur que l'intéresser aux croyances mystiques évoquées ici. 

Hollywood Monsters est un récit sombre et l'écriture incisive des deux auteurs s'accorde bien à la tension qui monte crescendo entre ces lignes. Les chapitres sont courts et s'enchainent vite pour nous tenir en haleine jusqu'à l'apothéose finale. 

12/07/2022

Elie Soheen, A la Croisée des Rêves, tome 1, éditions Inceptio

Elie Soheen, A la Croisée des Rêves, tome 1, éditions Inceptio

Après avoir été séduite par la duologie de fantasy de Lily Davinni, La Dernière Sorcière aux Yeux d'Or (Apprentie et Saëcerin), j'ai pioché un nouveau titre dans le catalogue des éditions Inceptio. Changement de registre avec A la Croisée des Rêves puisqu'Elie Soheen nous propose pour son premier roman, un récit contemporain fantastique, agrémenté de notes de thriller. 

Rencontré à l'occasion du salon du livre de Vernon, en mai dernier, j'avais hâte de me plonger dans cette mystérieuse histoire. 

Isobel Glenn est née avec le don d’interagir avec le monde des rêves. Un pouvoir qui lui vaut des nuits sans repos et la réputation d'être lunaire et déconnectée du réel. Solitaire, elle est la libraire d'un petit village d'Ecosse car elle préfère le calme de la nature au tumulte de la ville. Un jour, alors qu'elle fait sa traditionnelle et quotidienne balade autour du loch, elle a le vision fugace d'une femme se promenant aussi solitairement qu'elle. Une mystérieuse inconnue qui va la poursuivre dans ses rêves jusqu'à pousser Isobel à quitter sa retraite pour comprendre qui elle et ce qu'elle veut. 

Dans A la Croisée des Rêves, Elie Soheen a choisi pour cadre d'action, les Highlands, un lieu propice au fantastique. Celui-ci se manifeste d'ailleurs par la capacité d'Isobel à modeler les rêves : les siens et ceux des autres. Ainsi, elle peut communiquer avec autrui par ce procédé et même faire apparaître fugacement des chimères dans le monde réel. L'univers bâti par l'auteur est très onirique et les chapitres consacrés aux songes sont bien détaillés, tantôt romanesques, tantôt horrifiques. Il nous entraîne dans un monde fantasmagorique où l'on perd facilement pied et où tout devient possible. Mais ce don a un prix car Isobel souffre dans sa chaire sous forme de migraines ou de saignements de nez. Son inexpérience lui coûte cher et l'entraîne sur une pente dangereuse, potentiellement mortelle. Ainsi, dans ce premier tome, les passages consacrés au monde des rêves nous donnent un aperçu de toutes les potentialités de cet univers mystérieux et fascinant. 

La plume d'Elie Soheen se fait ici poétique pour s'accorder au mieux à l'ambiance irréelle et évanescente des rêves. 

En outre, la construction du récit est un atout non négligeable à ce livre. En effet, l'auteur a notamment privilégié une alternance entre le présent d'Isobel, des souvenirs du passé et des intrusions dans les rêves. Une belle manière de dynamiser la lecture tout en facilitant l'appréciation de cette histoire. De même que les chapitres sont relativement courts et percutants s'accordant parfaitement au suspense distillé entre ces lignes. 

A la Croisée des Rêves a repris les codes du thriller puisqu'Elie Soheen a inséré son récit au cœur d'investigations menées par ses personnages principaux pour lever le voile sur les secrets entourant le don et les visions d'Isobel.

Derrière cette aventure livresque, l'auteur explore la quête d'identité nécessaire pour comprendre où l'on va et s'intéresse également à la complexité des relations humaines en les mettant à l'épreuve de la déception, de l'espoir ou encore de la frustration. 

08/07/2022

Guillaume Coulaty, Sœurs Ennemies, tome 3, La Guerre des Maisons, éditions Les Presses Littéraires

Guillaume Coulaty, Sœurs Ennemies, tome 3, 
La Guerre des Maisons
éditions Les Presses Littéraires

La sortie de Sœurs Ennemies, le tome 3 de La Guerre des Maisons, marque la fin de partie des héros de Guillaume Coulaty. Après deux premiers opus, Pirates des Trois Mers et Affaires de Familles, qui ont posé les bases de l'univers, j'étais curieuse de lire la conclusion de ce âpre récit. 

Reçu en service de presse, je remercie Guillaume Coulaty et Les Presses Littéraires pour l'envoi de ce livre. 

Alors que Laurë a pris la tête de la maison Farge, C'Leenë, elle, s'est évaporée dans la nature. Profitant du chaos ambiant, elle espère juste se faire oublier mais il est difficile d'échapper à la ténacité de ses poursuivants qui la veulent morte ou vive, d'ailleurs. Quant à Laurë, pourra-t-elle réellement rester maîtresse du jeu de cette cabale sanglante ? 

La Guerre des Maisons est une saga familiale qui nous immerge au cœur d'un monde impitoyable que l'on découvre surtout à travers le regard de certains membres de l'une des plus influentes familles. De fait, dans ce cycle, on suit tour à tour Karplesch, Laurë et C'Leenë, les héritiers Farge qui écrivent leur destin à l'unisson de celui du Fertoslhon. 

Sœurs Ennemies se recentre autour des deux sœurs Farge qui se retrouvent embarquées volontairement ou non dans le tourbillon des événements qui secouent le Fertoslhon. Si la cadette subit la situation, l'aînée, elle, semble savoir où elle va. En passant de l'une à l'autre, on partage une vision différente de ce que dissimule cette guerre entre les maisons rivales, ce qui nous permet de prendre de la hauteur afin de considérer les événements dans son ensemble et de mieux appréhender leurs finalités. 

Guillaume Coulaty continue sur sa lignée d'écrire un récit dominé par la trahison. Les péripéties se bousculent, les rebondissements sont sanguinaires et l'étau se resserre peu à peu sur ses personnages principaux survivants. L'auteur a toujours un coup d'avance sur nous au point de nous laisser pantois quant à la tournure que prend l'histoire. Tout s'y enchaîne donc en cascade, alors pas le temps de bayer aux corneilles sous peine de manquer un retournement de situation inattendu. 

Avec ce dernier volet, l'auteur a pris le temps de travailler le portrait des deux sœurs Farge qui ne sont finalement pas tout à fait ce qu'elles paraissent être. Si l'on se laisse abuser par le charisme froid de Laurë qui semble insensible à tout, n'hésitant pas à ordonner des meurtres au nom de la grandeur de sa maison, elle cache en réalité une certaine fragilité dissimulée sous un vernis d'autorité et de machiavélisme. Digne descendante de la famille Farge, Laurë est déterminée à imposer sa maison et à la faire rayonner et ce quel qu'en soit le prix. Pourtant Laurë peut se montrer touchante dans la maladresse de l'expression de ses sentiments fraternels.  

C'Leenë, quant à elle, est aux antipodes de son aînée. Du fait de son jeune âge, elle est plus timorée et apeurée. Contrairement à sa sœur qui semble si sûre d'elle, C'Leenë est dépassée par les événements qui lui échappent volontiers. Elle n'a qu'un but, celui de survivre. Bien souvent utilisée par les autres qui ne voient en elle qu'un pion utile, elle subit sa vie. Pourtant C'Leenë a une force de caractère insoupçonnée, elle est débrouillarde et arrive envers et contre tout à retomber sur ses pieds. Même très malmenée, la jeune fille est toujours là et fait courir ses poursuivants à travers tout le Fertoslhon. Totalement perdue, elle est l'un des protagonistes les plus attachants de cette histoire. Foncièrement bonne, elle est l'antithèse de tous les autres personnages de la saga qui sont prêts à toutes les trahisons pour réussir.