L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

29/07/2018

Morgane Caussarieu, Rouge Toxic

En début d'année Morgane Caussarieu nous a régalé d'un nouveau titre, Rouge Toxic qui vient étoffer son riche univers de Dans les veines (Mnemos, 2012) et Je suis ton ombre (Mnemos, 2014). Moins sombre que ses romans précédents, cette amoureuse des vampires a volontairement souhaité s'adresser à un public plus large et plus jeune. Edité dans la collection jeunesse Naos des éditions Mnemos, ce nouveau livre plaira aux adolescents en mal de sensations fortes et d'hémoglobine qui prendront plaisir à s'attacher aux pas de la jeune héroïne de Morgane Caussarieu. 

Barbara, tout juste 16 ans a perdu sa mère puis son père dans de troublantes circonstances. Recueillie par son parrain Abe, elle n'a d'autres choix que de le suivre à San Francisco pour vivre une nouvelle vie loin de ses repères et de ses amis. Intégrer un nouveau lycée, c'est affronter les regards et les mesquineries des autres adolescents. Laissée-pour-compte dès le départ, sa vie connaît un étrange tournant lorsqu'un nouvel élève débarque. Faruk est aussi beau qu'étrange. Alors que les filles les plus populaires se collent à lui, il ne semble avoir d'yeux que pour elle. Surprenant? Pas tant que ça quand on sait que Faruk est un vampire qui a été engagé par son parrain pour jouer les gardes du corps pour elle sans qu'elle le sache. En effet, Barbara n'est pas une adolescente ordinaire, elle l'ignore encore mais elle est une arme qui pourrait bien changer la face du monde. Mais remettre sa vie entre les crocs d'un tel prédateur est-ce bien raisonnable?   

En choisissant le vampire comme sujet d'étude, Morgane Caussarieu cherche à redonner à celui-ci sa place de créature dangereuse et démoniaque. Agacée par cette image naïve du vampire dénaturé par la mièvrerie de quelques auteurs contemporains, elle nous dresse au fil de ses romans le portrait d'êtres primitifs, sauvages et bestiales. Uniquement annihilé par son irrépressible soif, le vampire est décrit ici comme une véritable machine à tuer. L'autrice se permet même d'ajouter un cran dans l'horreur en mettant en scène de nombreux enfants transformés en vampires. Arborant des faciès d'anges, ils sont en réalité les créatures les plus viles. Transformés à un âge d'insouciance, ils sont sans limite dans leur cruauté et commettent les mises à mort les plus horrifiantes. Elle promet ainsi à ses lecteurs une lecture au vitriole avec des scènes crues qu'on n'est pas prêt d'oublier. Surtout que la seconde partie du roman se déroule à la Nouvelle-Orléans impliquant le folklore local et c'est tout naturellement que les rites vaudous y sont à l'honneur. Le vampire surnommé "gédé" en cajun y prend sa place de fils du Baron Samedi.
Bien que Française, Morgane Caussarieu a pris un grand plaisir à dérouler son intrigue aux Etats-Unis. Bien imprégnée des lieux par ses séjours, elle restitue à merveille l'ambiance des quartiers décrits. Elle met par exemple parfaitement en exergue la fracture entre le ghetto du Tenderloin de San Francisco et l'environnement huppé d'un lycée pour jeunesse privilégiée. Tout comme le côté coloré et bien vivant de la Louisiane qu'elle fait également très bien ressortir. On ressentirait presque les effluves épicés et les sons qui s'en dégagent. 

Raconté à deux voix, ce récit dégage un vrai dynamisme qui nous pousse toujours plus loin dans l'exploration de l'univers sombre, punk et si anticonformiste de l'autrice. 

Rouge Toxic est un baptême du feu réussi pour moi qui m'a ouvert l'appétit de lire ses deux autres romans dont elle fait si souvent référence dans celui-ci. 

Fantasy à la carte 

22/07/2018

Frédérique de Lignières, L'Alliance

Devant l'obstination de ses filles à ne lire que des romans de littérature fantasy, Frédérique de Lignières a eu l'envie d'écrire à son tour son propre livre teinté de magie et de fantastique. L'Alliance est donc le fruit de ce travail.

Découvert grâce à l'autrice elle-même qui a sollicité Fantasy à la carte pour avoir mon avis sur son roman, j'en profite donc pour tout naturellement la remercier de sa confiance. 

Ce livre est avant tout un concentré d'aventures car Frédérique de Lignières ne ménage ni ses héros ni ses lecteurs. En effet, l'action démarre dès les premières lignes. L'autrice ne s’embarrasse pas de préambule inutile et fait monter son héroïne directement au front.

Exalte est une jeune orpheline qui a grandit dans le monastère des Ouches. Sous la protection de son mentor Akkhlis, elle a appris le maniement des armes. Y menant une vie paisible, elle n'était pas préparée à sa disparition soudaine ni à ses incroyables révélations avant de mourir. C'est ainsi qu'elle se découvre être l'Envoyée, autrement dit la personne élue chargée de retrouver les sept mots de l'Alliance qui permettra de sauver le monde de la noirceur d'un sorcier maléfique. Elle n'a pas le temps de mettre en doute ce fait qu'elle est pressée de quitter les lieux pour sa propre sécurité par l'apothicaire Iris. Chemin faisant, d'autres compagnons la rejoindront dans sa quête afin que tous unissent leurs forces pour vaincre la malfaisance qui a envahit le monde. 

En mettant l'accent sur la communauté de personnages, Frédérique de Lignières démontre sa volonté de classer son roman en high fantasy. En effet, à l'image de la communauté de l'anneau, ses protagonistes décident de se joindre à la cause de l'Envoyée afin de mettre toutes les chances de leurs côtés pour triompher du mal. Bien qu'Exalte soit la clé comme le fut Frodon, elle ne peut réussir sans ses compagnons. Chacun aura donc son rôle à jouer en temps et en heure.  

L'imaginaire de l'autrice est peuplé d'elfes, de nains, de noir sorcier, de chien-dragon ou encore de cheval-fée. Elle use de créatures et d'êtres tirés du bestiaire merveilleux traditionnel qu'elle mélange à d'autres issus de son invention personnelle. L'ensemble forme un univers riche et parfois surprenant. 

Elle maîtrise ses classiques et a distillé dans son oeuvre tous les éléments attendus dans un roman de fantasy. Sans être originale, son intrigue est bien construite. L'Alliance est un récit dense qui accuse quelques longueurs parfois sans pour autant gêner la lecture. Pour un premier roman de fantasy, Frédérique de Lignières réussit à maintenir éveiller la curiosité de ses lecteurs et donne même envie de lire ses autres romans du genre à paraître prochainement. 

Fantasy à la carte

15/07/2018

Abel D'Halluin, Les portes de l'impossible, tome 2, Avalon, Deuxième Reliquaire

Ce deuxième reliquaire traite d'événements si riches qu'il est édité en deux parties. Alors que la première partie s'appesantit sur l'avènement du roi Arthur et sur la paix qu'il a instaurée, la seconde, elle, se concentre sur les nouvelles quêtes lancées de la Table Ronde et sur la fin d'une époque avec la disparition du roi. 

Abel D'Halluin signe ici un roman d'aventures et d'émotions. Il insuffle à son récit une profonde sensibilité qui nous met tantôt la chair de poule, tantôt les larmes aux yeux. Dès les premières lignes, on sent la puissance de ce nouveau récit et la nostalgie qui nous étreint le cœur car l'issue, on le sait, sera fatale. 

Dans ce texte, on retrouve Kendall, l'écuyer du roi, ancien apprenti de Merlin qui nous conte les hauts faits de Camelot. Mandaté par Arthur, il va suivre Perceval au château de Corbenic pour retrouver le Graal, le treizième trésor des fées. Sans pouvoir l'obtenir, des secrets leur seront révélés dont le sage Arthur fera bon usage par la suite. Sans pour autant être un chevalier, Kendall est de tous les conseils et participe ainsi aux hauts faits de la geste arthurienne. Plus qu'un simple témoin, Abel D'Halluin en fait un acteur qui tentera avec ses maigres moyens et son inébranlable conviction d'influencer les événements. C'est le cas avec son intervention auprès de Morgane, sa première maîtresse afin de la ramener à de meilleurs sentiments envers Arthur. Il y a aussi sa participation à la dernière mêlée contre Mordred et les Saxons. Bien que muet, il n'en demeure pas moins un guerrier de belle stature qui se battra aux côté de son roi avec l'espoir chevillé au cœur de le sauver. 

Ce roman est le parfait exemple d'une fantasy épique de haute volée. Chaque chapitre prépare le terrain pour l'ultime combat. Un affrontement qui est décrit comme le fût les plus grandes batailles du Seigneur des Anneaux. En effet, la guerre contre Morgane à la tour noire de Noviomagus apparaît, d'après moi, comme un clin d’œil au célèbre roman Les Deux Tours de J.R.R. Tolkien. Cette scène est un grand moment où l'on retient sa respiration devant le spectacle de Gwynhéfaris pulvérisant de son souffle de dragon les hordes de Gobelins se pressant contre les chevaliers et les soldats Bretons. D'ailleurs les références au maître de la fantasy ne manquent pas dans cette saga comme celle à l'anneau d'Eluned que la fée Viviane fait cadeau à Morgane afin qu'il lui donne ici l'aspect d'une irrésistible fée. Un anneau de grand pouvoir qui renvoie bien évidemment à celui de J.R.R. Tolkien. C'est une manière pour l'auteur de rendre hommage à un écrivain fascinant mais aussi de montrer les liens étroits qu'entretiennent la fantasy moderne avec les légendes arthuriennes.

Maître de son sujet, Abel D'Halluin confirme avec ce troisième volet l'étendu de son talent. En effet, même arrivé au moment fatidique de la chute d'Arthur, là où on s'attend à l'arrêt de l'histoire, il nous annonce que d'autres reliquaires sont à découvrir. Que cachent-ils? Que ne nous a-t-il pas encore révélé? Tout reste à découvrir, à la seule condition que ces autres reliquaires croisent notre route.

Fantasy à la carte

08/07/2018

Ruberto Sanquer, La Marque Rouge

Après le succès du premier tome, il me tardait de lire la suite des aventures de Louyse. Ayant reçu mon exemplaire chaleureusement dédicacée par Ruberto Sanquer, il était plus que temps pour moi de me glisser dans ce nouveau récit.

Ecrit avec la même fougue, La Marque Rouge maintient un rythme soutenu faisant graduellement monter la tension jusque dans les dernières lignes.  

Après avoir vaincu le démon à la fin du premier volet, la cité d'Isafjur est en partie détruite. Certains des piliers de lumière qui protègent la cité ont explosé sous l'impact de l'attaque. Elle est devenue vulnérable. L'urgence est à leur reconstruction afin de protéger le cœur du pouvoir. Brisé par dame Maurey, le démon a laissé dans son sillage une myriade de particules rouges que les habitants d'Isafjur inhalent sans le savoir. Seuls les enfants, les révérés et les sorcières porteurs de lumière semblent épargnés de leurs effets néfastes. Les autres succombent à leur colère intérieure et se laissent peu à peu submerger par leur bestialité au point de devenir des créatures cannibales désignées comme des Lucifuges. Quant à La Mort qui chevauchait l'Aura Noire de Louyse, elle a trouvé un autre corps comme hôte et voit dans les Lucifuges une opportunité de se venger de la jeune fille et d'Isafjur. Asservis à son pouvoir, Ils deviennent les bras armés de cette dernière et font le siège de la ville, acculant les survivants à l'intérieur pour leur faire vivre un été de siège sanglant. 

Ruberto Sanquer use du même procédé narratif que pour le tome précédent. En effet, La Marque Rouge s'ouvre sur une nouvelle année scolaire avec à la clé l'épreuve du galon du Deuxième Échelon à passer pour Louyse et ses camarades de promotion. Une année charnière dont les conditions sont bouleversées avec les nouvelles menaces auxquelles doit faire face Isafjur. Malgré les drames, malgré les atrocités inhérents aux combats inhumains et sanglants, l'autrice maintient une certaine frivolité grâce à l'ambiance établie par Louyse et ses amies. Davantage préoccupées par leurs problèmes d'adolescentes, elles en feraient presque oublier la gravité de la situation et les dangers encourus. On conserve ici une belle atmosphère de cours de récréation avec les amourettes et les crêpages de chignon propres à leur âge. 

L'autrice pose ses intrigues dans un univers chatoyant. Sur la Terre arcane vivent cinq races: les Sylves, les loups krills, les guerriers rorquals du Grand Nord, les dragons du royaume de Suddès et les humains des Brumes perdues de Kalsang. Chaque roman nous en dévoile un peu plus sur ce monde extraordinaire. On le découvre avec une belle délectation. Il s'en dégage une vraie sérénité grâce à l'accent mis sur la nature verdoyante chère au cœur de Ruberto Sanquer. 

Ce roman est une belle fusion entre féerie et aventure. La plume de cette autrice cumule tous les éléments qui plaisent aux amateurs de fantasy. Aucune fausse note n'est à déplorer dans ce livre, tout y est pour ravir les lecteurs. 

Au final, La Marque Rouge est un roman fabuleux que toutes les bibliothèques devraient posséder. 

Fantasy à la carte

01/07/2018

Charlotte Bousquet, Les Masques d'Azr'Khila, Shâhra, tome 1

Shâhra est un projet d'écriture qui mûrissait depuis 2012 dans la tête de Charlotte Bousquet. Désireuse de développer un univers inspiré des légendaires contes des Mille et une nuits, elle a commencé par écrire de courtes nouvelles éditées dans différentes anthologies afin de semer sans le savoir les premières graines de sa nouvelle oeuvre de fantasy.  

En effet, même si l'idée germait doucement dans son esprit, c'est grâce au dispositif "Auteurs associés" de l'Accord-cadre Etat-Drac Grand Est et aux Imaginales qui ont proposé sa candidature pour cette résidence "auteur associé" de 2016, que ce premier volet a pu voir le jour. Sans oublier l'implication de la maison d'édition Mnemos qui n'a pas hésité à suivre l'autrice dans sa nouvelle aventure.

Après lecture du roman, je vous confirme qu'il est aussi beau à l'extérieur que bon à l'intérieur. Sublimé par la somptueuse couverture de Mélanie Delon, le récit de Charlotte Bousquet repose véritablement ici dans un écrin chatoyant de couleurs et de pierreries. 

Au cœur de paysages rongés par le désert brûlant se joue l'avenir de trois femmes et d'une augure. 
Djiane: princesse à l'esprit rebelle qui n'aura de cesse que d'agir pour échapper à son union forcée avec un seigneur violent et cruel. 
Arkhane: androgyne chamane qui devra retrouver son chemin après avoir été privée de sa double nature et abandonnée dans un reg aride par jalousie féminine. 
Tiyyi: jeune esclave, seule survivante de l'attaque mortelle d'une créature du désert qui en rejoignant les nomades d'un caravansérail, va se découvrir détentrice de pouvoirs à apprivoiser. 
Dans l'ombre de ces trois femmes se trouve l'augure Aya Sin qui a prédit que leurs destins seraient intimement liés à celui de Malik, un immortel emprisonné dans un corps humain qui cherche à tous prix à devenir une divinité. Prise entre ses filets, Aya Sin tire les ficelles à l'insu de tous en arrangeant ses prédictions afin de réussir, elle l'espère, avec l'aide de ces femmes à se libérer du joug de cet être dangereux.  

Les Masques d'Azr'Khila est la première partie d'un diptyque enivrant. Charlotte Bousquet nous fait virevolter d'une vie à l'autre. Tour à tour, on accompagne l'une ou l'autre de ses héroïnes aux personnalités si différentes dans leurs aventures. On se laisse subjuguer par leur courage, leur force de caractère qui leur permet de s'imposer dans un monde d'hommes.

Nous sommes immergés dans un univers imprégné d'un côté par un Moyen-Âge arabo-mauresque pour les paysages arides, le nomadisme, le commerce des caravansérails et de l'autre, par la culture amérindienne à travers les rites chamaniques qui nourrissent la magie de ce livre. 

L'imaginaire de Charlotte Bousquet est encore une fois fabuleux. Dans ce livre elle tente d'émanciper la femme de cette société machiste si marquée. Elle y parle également beaucoup de métamorphoses. Un terme ici qui peut prendre bien des sens. Se métamorphoser en quelque-chose ou en quelqu'un d'autre, se métamorphoser pour devenir adulte ou pour récupérer son indépendance. Derrière cette notion se cache un autre thème apprécié en fantasy, la quête initiatique. Ainsi, comme beaucoup de romans et particulièrement en littérature fantasy, il y a une double lecture intéressante à effectuer pour ne pas passer à côté de tous les messages délivrés par l'auteur. 

Grâce à ce partenariat avec les éditions Mnemos, Fantasy à la carte s'est émerveillé en avant première par le feu d'artifice d'émotions et de sensations qu'offre Shâhra. A vous maintenant de jouir du même spectacle. 

Fantasy à la carte