L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

18/12/2016

Charmed, la série qui a ensorcelé le petit écran des années 2000

Depuis quelques années, les producteurs américains ont un engouement certain pour créer des séries télévisées mettant le paranormal à l’honneur, à l’image de Buffy contre les vampires avant.

Produite par Aaron Spelling, Charmed envahit les téléviseurs en 1998 aux Etats-Unis et en 1999 en France. Une série qui rencontre un grand succès dès ses premières diffusions. En effet, le premier épisode, Le livre des Ombres réunit 7,8 millions de téléspectateurs outre-Atlantique et 4,9 millions en France. Des chiffres plus qu’encourageants qui poussent le producteur à financer le tournage de 178 épisodes, soit 8 saisons.

Charmed, c’est l’histoire de trois sœurs qui ignorent qu’elles sont des sorcières jusqu’au jour où la cadette découvre un vieux grimoire dans le grenier de leur grand-mère et prononce à haute-voix l’incantation magique qui va révéler leurs pouvoirs. Bien entendu, au départ rien d’extraordinaire ne se passe, et Phoebe range le livre là où elle l’a pris. 
Mais elle change vite d’avis lorsqu’à son travail, elle est prise d’une vision en touchant le portefeuille d’un client. Fantasque, bohème, la plus jeune des Halliwell n’est pas la plus crédible, d’autant qu’elle exerce la profession de diseuse de bonne aventure dans un hôtel pour divertir les touristes.

Alors lorsqu’elle essaye d’en faire part à sa sœur Piper, cette dernière a dû mal à la croire, enfin jusqu’à ce qu’elle-même soit témoin d’un prodige. En effet, simple serveuse dans un restaurant, elle ne désire qu’une chose, passer chef et lorsque son patron lui donne une chance de le devenir en la testant sur un plat, Piper est soumise à un grand stress surtout au moment où son boss s’empare d’une fourchette pour goûter ledit plat alors qu’il n’est pas tout à fait prêt. Mais avant qu’il ait enfourné la première bouchée, le temps s’est semble-t-il figé, ce qui permet à Piper d’ajouter l’ingrédient final à sa préparation et de réussir ainsi son test. 

Après ça, les sœurs sont bien contraintes de constater qu’elles ne sont pas des humaines ordinaires. Même l’aînée, Prue qui est pourtant la plus raisonnable des trois est bien obligée de reconnaître que les choses ne sont plus comme avant. Pas facile d’accepter et de gérer cet héritage d’autant que leur grand-mère n’est plus là pour leur expliquer la marche à suivre. Et lorsque les phénomènes surnaturels vont se multiplier autour d’elles, et les créatures démoniaques surgir de l’ombre, elles n’auront pas d’autre choix que d’accepter et de combattre afin de sauver leur vie mais aussi et surtout de protéger les innocents car telle est leur destinée.

Charmed, c’est une série de fantasy urbaine réussie, portée par un trio d’actrices séduisant. Une belle distribution était nécessaire pour emporter l’adhésion du public. Ainsi, les sœurs sorcières sont incarnées par Shannon Doherty (Prue), Holly Marie Combs (Piper), Alyssa Milano (Phoebe) et plus tard s’ajoutera Rose McGowan (Paige). Toutes sont déjà connues du petit écran et leur charme est incontestable dans cette série si bien nommée. De nombreux acteurs viendront à tour de rôle leur donner la réplique, dont beaucoup ont une carrière confirmée. Ce casting prestigieux fait sans doute la force de cette série.

Fantasy urbaine, pourquoi ? Déjà parce que les sœurs vivent dans le San Francisco de notre époque. Elles y occupent des emplois normaux, connaissent des peines de cœur, font la fête avec leurs amis et se chamaillent beaucoup comme bon nombre de frères et sœurs. Rien qui ne sorte de l’ordinaire jusque-là. Sauf que leur vie est loin d’être banale. Grâce à leur héritage un peu particulier, le sang de sorcière qui coule dans leurs veines, les sœurs Halliwell vont voir un monde étrange, insoupçonné, occulte s’ouvrir devant elles. En effet, les sorciers, les démons, les magiciens, les créatures surnaturelles existent bel et bien. Certains vivent sous la surface de la terre, à l’abri des regards des hommes, tandis que d’autres se confondent dans la foule lambda. Certains sont bien intégrés et d’autres non. Cette nature surnaturelle n’est révélée qu’à une poignée de personnes capables de les voir mais tous sont plus ou moins en présence de phénomènes magiques. En ce qui concerne les Halliwell, elles sont affectées d’une mission : celle de protéger les innocents. Elles se doivent de mettre fin aux agissements des démons qui mettent en péril la vie humaine. Finalement, c’est une tâche intrinsèque aux héros d’épopées fantasy

Cet univers magique obéit à des règles précises. Ainsi les sorcières ne peuvent utiliser leurs pouvoirs à des fins personnels car il y a toujours un prix à payer. Elles ne peuvent se soigner par exemple, ni concevoir un philtre d’amour pour ensorceler telle ou telle personne. Elles n’envoûtent pas non plus les gens pour les mettre à leur merci. Leur héritage ne doit être utilisé que pour faire le Bien. D’autre part, ce monde est régit par une hiérarchie. Ainsi les sorciers et sorcières sont assignés d’un ange-gardien qui est censé rester dans l’ombre de leurs pas. Sauf que les filles ne respectent pas toujours les règles. Ainsi Piper épousera Léo, l’ange-gardien des Halliwell comme sa mère auparavant aura une liaison avec le sien. La lutte entre le Bien et le Mal est omniprésente dans cette série car elles doivent demeurer représentatives du Bien même si elles sont parfois dépassées par les événements. Elles sont guidées par un grimoire magique, le livre des Ombres, une sorte d’encyclopédie où tout y est répertorié. Ainsi, elles s’y réfèrent à chaque nouvelle menace afin de déterminer la nature du danger et y trouver la potion pour y remédier.

La magie est au cœur des 178 épisodes de cette série. A chaque feuilleton Prue, Piper et Phoebe sont confrontées à un danger ne les touchant pas toujours directement mais dont elles doivent sortir victorieuses pour le bien des habitants de San Francisco. Sans parler des grands effets spéciaux dont usent les plus grosses productions hollywoodiennes, à l’image des trilogies high fantasy de Peter Jackson, l’équipe réalisatrice de Charmed fait avec ses moyens et le résultat est assez satisfaisant. Ici on peut dire que l’habit fait le moine car les costumes et les maquillages arborés par certains acteurs sont plutôt réussis. Ainsi, l’ensemble est suffisamment crédible pour donner vie au surnaturel et à ces créatures de l’autre monde. A cela s’ajoutent les nombreux jeux de fumées au moment du lancement des sorts qui, tel les magiciens dans leur traditionnels spectacles de magie, font apparaître ou disparaître telle ou telle chose. Les codes de la magie tels que l’on se le représente dans l’imaginaire populaire sont bien respectés ici à travers les rituels réalisés par les sœurs entre la fabrication des potions, l’allumage des bougies et la lecture des formules magiques.
Il est clair que Charmed est une série qui a bien fonctionné en réunissant tous les éléments qui ont su séduire son public. Romance, magie et action répondent ici présentes afin d’envoûter toute une génération de fans et marquer durablement le petit écran d’une empreinte assurément fantasy.

Fantasy à la carte 

1 commentaire: