L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

01/11/2015

James Tollum, Apophian, La prophétie des éléments, tome 3

Apophian conclut magistralement cette saga exceptionnelle de fantasy française.

Les sceaux magiques qui retenaient prisonnier le terrible démon Apophian sont sur le point de céder. La prophétie des éléments doit s'accomplir. Il est temps pour les gardiens d'unir leurs forces pour renvoyer le démon dans les limbes de l'oubli.

Le temps est donc compté pour Ethan, il ne lui reste que très peu de jours pour démasquer l'imposteur et trouver sa place parmi les gardiens. L'heure est grave. La guerre se prépare et les combats s'annoncent sanglants. Les ennemis se rassemblent sous l'égide de puissants sorciers à l'image d'Arkan qui s'est acharné sur Ethan depuis le début des aventures. Ce sont des hordes de goules, de harpies, de gobelins que vont devoir affronter les coalisés lors de l'ultime bataille. Rambi, Ashak, Mira, Ethan, Allarus ou encore Malak vont tenter le tout pour le tout au nom de la liberté, de la survie des Deux Terres, et de la vie même.

La prophétie des éléments est une trilogie qui vient s'inscrire dans la lignée des plus grandes sagas de high fantasy.

Derrière les mots de ce jeune auteur, on sent l'influence des grands noms comme J.R.R. Tolkien, Terry Goodkind ou Robert Jordan qui ont fait de la high fantasy un genre littéraire à part entière.

James Tollum a cette capacité de distiller une tension grandissante au fur et à mesure des chapitres de ce dernier tome rendant notre lecture si fébrile.

Lire Apophian devient un besoin absolu, celui d'atteindre son dénouement à tout prix.

Au vue de la qualité de cette première trilogie, il me paraît évident de dire que James Tollum apparaît déjà comme un auteur de fantasy française de la même trempe qu'Olivier Peru, Pierre Pevel, Michel Robert ou encore Pierre Grimbert, à savoir les grandes références françaises de l'actualité littéraire fantasy.

Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire