L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

09/12/2018

Robin Hobb, Sur les Rives de l'Art, Le Fou et l'Assassin, tome 5

Sur les Rives de l'Art poursuit magistralement la quête de vengeance de Fitz et du Fou. Partis de Castelcerf grâce aux piliers d'Art, ils cherchent à atteindre Clerres le plus rapidement possible. Arrivés à Kelsingra, ils devront faire preuve d'une grande diplomatie pour convaincre les nouveaux Anciens et leurs dragons du bien fondé de leur mission afin que ceux-ci les aident à atteindre la Baie des Marchands. D'ailleurs, face à ce peuple de marchands aguerris, le Fou devra remarcher dans les pas de son personnage de dame Ambre afin de donner du poids à sa requête. D'étape en étape, les amis s'approchent chaotiquement de leur destination finale. Embarqué dans une aventure où il ne maîtrise rien, Fitz est obligé de faire confiance à son ami d'enfance même s'il a conscience qu'il lui cache de nombreuses choses. C'est un voyage qui promet bien des surprises et qui échappe peu à peu au contrôle de notre assassin pourtant formé par le meilleur des maîtres espions. 

Dans ce nouveau volet des pérégrinations de notre assassin royal, on retrouve le personnage très apprécié du Fou sous les traits de dame Ambre que le cycle des Aventuriers de la Mer nous avait fait découvrir. Voici sans doute le héros le plus ambivalent et le plus intéressant de l'univers de Robin Hobb. A travers ses différentes sagas, il endosse bien des rôles. Tantôt le Fou du roi Subtil, tantôt dame Ambre embarquée sur des Vivenefs, tantôt Bien-Aimé, le prophète blanc, il est la clé qui relie tous les univers crées par l'autrice. Détenteur de nombreux secrets, il incarne le personnage majeur qui vient lever le voile sur tous les mystères distillés par Robin Hobb. Or, justement ce roman est l'occasion d'en apprendre plus sur sa jeunesse, et notamment sur ses années passées à Clerres. Cette île est peuplée par les Serviteurs qui exploitent les Blancs afin d'utiliser leurs rêves pour en faire des prophéties qui les rendront plus puissants encore. Pour arriver à leurs fins, ils n'hésitent pas à user de la torture et à prodiguer nombreux sévices sur leurs victimes comme le Fou a pu en faire les frais autrefois. Un lieu d'horreur que ce dernier veut éradiquer avec l'aide de Fitz. 

Dans ce roman, Robin Hobb explore l'humanité dans ce qu'elle réalise de plus sombre. Elle analyse avec une fascination morbide la cruauté dont certains esprits malades peuvent faire preuve pour arriver à ce qu'ils souhaitent. Parfois insoutenable, ce récit est empreint d'un réalisme à vous faire froid dans le dos.

Ecrit dans la même veine que l'ensemble de son oeuvre, Robin Hobb nous ravit en remettant sur notre chemin des personnages que l'on a appréciés en d'autres lieux, d'autres temps. Elle mêle ses intrigues et ses univers avec une belle efficacité. 

A la fin de Sur les Rives de l'Art, la tension est à son comble, et pourtant on en viendrait presque à craindre d'arriver au terme de ce cycle tant la séparation avec ce grand héros de fantasy nous poignarde déjà le cœur. 

Fantasy à la carte

02/12/2018

Robin Hobb, Le Retour de l'Assassin, Le Fou et l'Assassin, tome 4

Avec Le Fou et l'Assassin, Robin Hobb revient à ses premiers succès littéraires. Fortement plébiscitée par ses lecteurs, elle nous fait à nouveau partager les aventures extraordinaires de FitzChevalerie et de son ami le Fou avec un plaisir indéniable. 

Avec des romans qui occupent toujours les têtes de gondoles des rayonnages SFFF des librairies, Robin Hobb se classe volontiers aujourd'hui parmi les plus grands maîtres du genre. 

Dans Le Retour de l'Assassin, FitzChevalerie fourbit ses armes et ronge son frein dans les couloirs du château de Castelcerf en attendant d'avoir des nouvelles concernant la disparition de sa fille Abeille. Enlevée par une troupe de mercenaires Chalcédiens à Flétribois pendant son absence, Fitz se sent devenir fou de ne pas pouvoir partir à sa recherche. Mais devenu FitzChevalerie Loinvoyant, il ne peut plus agir dans l'ombre comme un assassin anonyme au service de la famille royale. Ainsi, lorsque l'on retrouve la trace de la petite, on lui ordonne de suivre le protocole et de laisser les troupes royales appréhender les Chalcédiens à sa place. Seulement rien ne peut contrôler  un père mort d'inquiétude, et il passe outre l'interdiction pour filer en douce récupérer sa fille lui-même. Une expédition qui réveillera les vieilles habitudes de l'assassin tapi au fond de lui. Violence, torture, dissimulation seront ses armes. Et lorsque la dernière flamme de l'espoir sera éteinte, il ne lui restera que la douceur amère de la vengeance pour donner un nouveau sens à sa vie de père aux abois. 

Ce roman nous permet de retrouver certaines figures importantes des Rivages Maudits. Robin Hobb prend plaisir à établir des connexions entre ses différents cycles qui forment un univers riche. Ainsi certains de ses personnages passent d'une saga à l'autre. Elle exprime cette volonté de créer un lien entre toutes afin que l'ensemble forme quelque-chose de grandiose et de cohérent. C'est le point fort de cette autrice. 

Sans trop en révéler, on peut dire que ce roman est un pivot qui vient nous éclairer sur comment ont évolué les événements et les gens dans un autre de ses célèbres cycles.

Pour en revenir au Fou et à l'Assassin, l'autrice y explore une nouvelle facette de Fitz. Après avoir été un impitoyable tueur, il endosse le rôle de père. Un statut qui nécessite finesse et délicatesse dont il ne sera pas toujours maître. Et c'est avec la disparition d'Abeille qu'il en prendra toute la mesure. C'est un roman qui va s'appesantir sur ses regrets, ses échecs et surtout sur la force de caractère dont il devra faire preuve pour les surmonter afin d'avancer.

Traditionnelle à chacun de ses livres, Robin Hobb y mène une vraie introspection de l'humain afin peut-être que l'on en ressorte meilleur.

Sa plume nous fait voyager sur les rives de l'Art où on se laisse peu à peu envoûter par le chant irrésistible des dragons.  

Fantasy à la carte