L'influence du "gaming" à la littérature

Google console

accueil2

accueil2

27/01/2023

Aurélie Wellenstein, Le Désert des Couleurs, éditions Pocket Imaginaire

Aurélie Wellenstein, Le Désert des Couleurs, éditions Pocket Imaginaire

Autrice à l'imagination fertile et prolifique, Aurélie Wellenstein publie chaque année au moins un récit inédit et voit même l'un de ses romans être édité au format poche. 

2023 n'échappe pas au rituel avec la sortie du Désert des Couleurs chez Pocket Imaginaire. Après une année blanche en 2020, elle a pu se remettre le pied à l'étrier grâce à une résidence d'écriture et nous proposer ce texte prenant mais non dénué d'une certaine lumière. 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Pocket Imaginaire, je remercie Emmanuelle Vonthron pour l'envoi de ce service de presse. 

Eos, dernier îlot d'humanité au milieu d'étendues désertiques toujours plus invasives menaçant même la sécurité de ce refuge. Or, une légende raconte l'existence de la mythique cité d'Alnaïr, mirage ou réalité, nul ne le sait car aucun explorateur n'est revenu pour le confirmer. C'est au tour de Kabalraï, un fils du désert et de sa demi-sœur, Irae de prendre la route. Mais, attention le désert recèle bien des dangers, le pire de tous étant qu'il ravit la mémoire des imprudents qui le traversent. A Kabalraï, en tant que créature du désert, de restituer les souvenirs à Irae chaque soir sans quoi il la verra se dissoudre. Arriveront-ils à surmonter tous les obstacles et surtout trouveront-ils cette cité au bout du chemin ? 

Dans le Désert des Couleurs, Aurélie Wellenstein nous immerge dans un univers postapocalyptique où l'humanité ne forme plus qu'une colonie réfugiée au cœur d'un volcan. Pour autant, elle a insufflé à son texte une ambiance des mille et une nuits où la vie de cette poignée d'humains est régit par les mythes et les légendes qui se transmettent de conteur en conteur. L'autrice emprunte au merveilleux oriental comme en témoigne, par exemple, l'évocation du marchand de sable faisant figure ici de djinn. Il est une créature insaisissable dont on ne sait que peu de choses si ce n'est que lorsque le moment est venu, il vient s'unir à l'élue du village afin de donner naissance à un mimorian. Or, celui-ci en grandissant aura pour mission d'accompagner l'un des villageois à travers le désert afin de trouver Alnaïr. Son existence même relève du prodige alors il est vénéré par presque tout le monde. En effet, pour tous, il incarne le salut. Sa nature est intimement liée au désert. Or, sous la plume d'Aurélie Wellenstein, celui-ci se pare d'atours très particuliers puisque chaque grain qui le constitue s'avère être en réalité le souvenir d'un disparu. Ainsi, ces étendues arides endossent un camaïeu de couleurs rendant les lieux enchanteurs et fascinants. Elles recèlent un secret qu'il nous tarde de découvrir au fil de notre lecture.

Aurélie Wellenstein a l'art et la manière d'introduire de la magie là où on ne l'attend, y compris dans ses mots qui dégagent une puissante poésie.

Mais Le Désert des Couleurs, c'est aussi un récit poignant porté par un duo de personnages à multiples facettes. Les apparences sont souvent trompeuses avec les protagonistes d'Aurélie Wellenstein qui s'avèrent plus complexes qu'ils n'y paraissent. Prenez Irae, elle est si antipathique au début de l'histoire, semblant dissimuler des velléités meurtrières qu'il nous serait très facile de la détester. Seulement, elle dissimule de telles fêlures intérieures que lorsqu'on les découvre, on révise de facto notre jugement sur elle, se maudissant même de l'avoir si mal cerné. Quant à Kabalraï, sa candeur et son optimisme le rendent très attachant. En dépit de sa volonté de bien faire, sa mission paraît bien lourde pour ses épaules, alors sera-t-il finalement à la hauteur ? 

Le Désert des Couleurs est un texte très riche qui, à travers cette notion de souvenirs qui s'effacent, nous parle d'Alzheimer et des répercussions de cette maladie sur la personne, notamment sur son identité qui se dissout avec les souvenirs enfuis. De même, il est aussi question entre ces lignes de relations toxiques, de parents abusifs et du long cheminement de reconstruction intérieure pour surmonter tous ces traumatismes. 

Avec Le Désert des Couleurs, Aurélie Wellenstein signe à nouveau un récit percutant qui remue beaucoup son lectorat en l'invitant doucement à se questionner sur des sujets de société. D'ailleurs, elle n'oublie pas d'interpeller sur la nécessité de protéger les espèces animales, végétales et minérales afin de vivre en bonne intelligence dans le respect de l'écosystème pour la préservation de l'habitat de tous. Elle remet à l'index cette course aux richesses poussant les humains à détruire systématiquement tout ce qu'ils touchent sans prendre conscience des terribles conséquences induites même pour eux-mêmes. 

Fort d'un questionnement pertinent, c'est clairement un roman qui nous touche au plus profond de nous-mêmes remuant au passage quelques cordes sensibles. 

C'est tout le génie de cette signature de l'Imaginaire qui réussit toujours le tour de force d'unir le merveilleux à un propos intelligent. 

Fantasy à la Carte

A lire sur le blog, mes avis sur Mers Mortes et Le Dieu Oiseau

Informations

D'autres avis sont à lire sur la blogosphère : Les pages qui tournent, Zoé prend la plume, Les critiques de Yuyine et Madame Point virgule

Aurélie Wellenstein
Le Désert des Couleurs
9782266326995
350 pages
Editions Pocket Imaginaire

Lien vers le site

24/01/2023

Pierre Pevel & Etienne Willem, Les Enchantements d'Ambremer, partie 1, éditions Drakoo

Pierre Pevel & Étienne Willem, 
Les Enchantements d'Ambremer
partie 1, 
Le Paris des Merveilles, éditions Drakoo

Après le succès des Artilleuses, une série de trois albums dont les histoires inédites prennent cadre dans l'univers du Paris des Merveilles, Pierre Pevel et Étienne Willem viennent de se lancer dans une nouvelle aventure artistique. 

Il faut croire que ce Paris des Merveilles les inspire ou les obsède puisque c'est le premier volet de cette célèbre saga éponyme, Les Enchantements d'Ambremer, qui a l'honneur aujourd'hui de se voir adapter en bande dessinée. 

Les Enchantements d'Ambremer, ça raconte quoi ? Déjà on y retrouve le mage Louis Denizart Hippolyte Griffont, tout juste chargé d'enquêter sur une sombre histoire de triche dans un cercle de jeu impliquant le recours illégal à la magie. Sans parler de la baronne de Saint-Gil qui réapparaît dans sa vie, comme par hasard, au moment où ses investigations semblent le conduire tout droit vers l'Outre-Monde. Et si tout était lié et que le lièvre levé était un peu trop gros, même pour notre célèbre mage ? 

Que dire de plus sur l'intrigue que je n'ai déjà dit dans ma précédente chronique du tome 1. Vous rappelez sans doute que le texte est captivant car il cumule moult qualités. On a clairement affaire à un récit d'espionnage mêlant secret d'Etat et magie. La féérie s'installe sous la plume de Pierre Pevel en s'emparant de la capitale, mieux encore ici, elle explose avec le talentueux crayon d'Etienne Willem qui donne aussi bien vie aux chats volants doués de paroles qu'aux terribles gargouilles servant de chiens de garde à une souveraine de l'Outre-Monde, sans oublier la majestueuse Tour Eiffel en bois blanc enchanté. 

Dans ce premier album, Pierre Pevel a su synthétiser les temps forts du début de son roman pour faire tenir dans l'espace imparti toute son essence. Ainsi, après un détour par l'Outre-Monde pour rendre service à la baronne de Saint-Gil, on suit Griffont dans son enquête au cercle de jeu qui le met sur la piste d'objets magiques et le relie immanquablement aux affaires de la baronne invitant ainsi le danger jusqu'à son domicile. 

Les scènes d'action s'enchainent et sont admirablement bien dessinées jusque dans l'expression des émotions qui passent sur les visages des protagonistes en fonction des circonstances. En outre, l'esthétisme de la Belle Epoque se retrouve beaucoup dans les toilettes des dames, l'élégance des messieurs, ainsi que dans les intérieurs cosy et même le chic des beaux quartiers. Quant à l'Outre-Monde, c'est un savant mélange d'un décor médiéval fantasmé, digne d'un conte de fées où l'on peut admirer un magnifique château trônant au-dessus d'un bourg très propret. Voici une vision fort idyllique même si on se doute bien que ce n'est qu'un décorum qui dissimule son lot d'intrigues et de complots, à n'en pas douter ! 

Les planches sont superbes et les portraits des personnages principaux correspondent en tous points à l'image que l'on se fait d'eux à la lecture de la trilogie. 

C'est véritablement un plaisir des yeux que de voir Le Paris des Merveilles prendre vie grâce à cette bande dessinée. Comme quoi les extensions à cet univers commencent à se multiplier entre les recueils de nouvelles écrites aussi bien par Pierre Pevel que par de jeunes plumes de l'Imaginaire et ce projet d'albums qui trace aujourd'hui de nouvelles perspectives. 

Clairement, Le Paris des Merveilles sait enchanter son public et n'a sans doute pas fini de se renouveler. En tout cas, on goûte ici autant au talent de cet illustrateur qui a su mettre les bonnes couleurs sur ce monde fascinant, qu'à son humour qui ne manque pas de piquant jouant aussi bien avec ses lecteurs que ses associés en glissant, par exemple, un portrait flatteur de leur trio. A vous, lecteurs curieux de les localiser maintenant !

Autant vous le dire de suite, j'ai déjà hâte d'y retourner car cette adaptation est une réussite. A très vite !

Fantasy à la Carte

A lire sur le blog, mes avis sur la trilogie initiale : Les Enchantements d'Ambremer, L'Elixir d'Oubli et Le Royaume Immobile.

Informations

Sur la blogospère, lisez les avis de : Nouveautés Littérature Jeunesse, Madame point-virgule, Les sentiers de l'imaginaire

Pierre Pevel & Etienne Willem
Les Enchantements d'Ambremer
Partie 1
Le Paris des Merveilles
9782490735327
48 pages
Editions Drakoo

Lien vers le site

21/01/2023

Victor Dixen, La Cour des Miracles, tome 2, Vampyria, collection R, éditions Robert Laffont

Victor Dixen, La Cour des Miracles,
 tome 2, Vampyria, collection R, 
éditions Robert Laffont 

Après une première incursion réussie dans l'univers ténébreux de Victor Dixen, me voici de retour à Vampyria pour y continuer mon exploration et tenter d'y percer tous les mystères. 

Depuis sa victoire à la compétition de la Gorgée du Roy, Jeanne Froidelac alias Diane de Gastefriche est devenue écuyère du Roy. La voici donc au plus près du pouvoir pour assurer son rôle d'agent de renseignement pour la fronde. Seulement, elle est envoyée à Paris avec deux de ses homologues pour débusquer celle qui se fait appeler la Dame des Miracles et menace le Roy de faire déferler ses goules sur le royaume s'il ne la fait pas Reyne de Paris. Pour ce monarque absolu, le chantage est inacceptable alors son ordre est simple, arrêter cette impostrice qui rêve d'éclipser le soleil pour qu'elle lui révèle tous ses secrets. Mais pour Jeanne, il est hors de question de permettre au Roy d'acquérir davantage de pouvoir, il lui faudra donc éliminer la menace. Mais toute rusée qu'elle est, pourra-t-elle réellement faire le poids face à toutes ces forces en présence ? 

La Cour des Miracles s'ouvre sur ce même récit entraînant auquel Victor Dixen nous a habitué dans son premier volet. En effet, le rythme y est toujours aussi soutenu avec une succession de rebondissements auxquels on ne s'attend absolument pas. 

Dans ce tome 2, la plume de Victor Dixen nous entraîne à perdre haleine dans le dédale de ce Paris revisité aux quartiers renommés, à l'image de Saint-Michel, Saint-Supplice ou Saint-Lazare devenus respectivement Sang-Michel, Sang-Supplice et Sang-Lazare. Mais quoi d'étonnant quand le pouvoir est entre les canines des vampires que les lieux soient rebaptisés à leur image, n'est-ce pas ! Aussi, sous le regard attristé de Jeanne, on découvre une ville crasseuse peuplée d'âmes résignées. Comprimé entre l'autorité implacable de Louis XIV imposant des règles liberticides et mortifères et la folie impérialiste d'une femme se rêvant reine, le peuple de Paris est épuisé et désespéré de se voir sacrifier sur l'autel de l'ambition. 

C'est un décorum qui sert parfaitement les desseins de Victor Dixen car il y voit là l'occasion de mettre en lumière les excès poussant à la mégalomanie et au despotisme. En effet, il se plaît à explorer les méandres de la psychologie qui poussent une âme, même pourvue initialement des meilleures intentions, à dériver et se parjurer. 

En outre, dans ce roman Victor Dixen a réinvesti la mythique cour des Miracles, faisant bien entendu référence à cet ensemble d'espaces de non-droit composé de quartiers de Paris qui servaient de refuge aux mendiants prétendument infirmes et aux miséreux. Son existence relève ici d'une rumeur car nul n'a réussi à la localiser, pas même le roi. Elle semble insaisissable, sans doute dissimulée dans les profondeurs de la cité. Elle est le refuge d'une femme se faisant appeler la dame des Miracles qui se vante de commander une armée de goules. La simple évocation de son nom sème la terreur car on l'associe aux rapts que subit régulièrement la population, toujours précédés par de terribles attaques de goules. Ainsi, elle est à l'image de l'original, un objet de fantasmes inspirant autant la littérature que le 7e art. Pour l'auteur, c'est aussi un moyen d'étoffer son univers et de le rendre ainsi encore plus foisonnant. 

Bien que l'on soit sur une littérature à destination du Young Adult mettant en scène une jeune héroïne, je trouve que l'ambiance de cette saga demeure tout de même très sombre et féroce pour le lectorat visé. De plus, le personnage principal fait preuve d'une trop grande maturité dans ses réactions alors qu'elle est censée n'être qu'une adolescente. Hormis, ce petit bémol, je vous conseille vivement cette saga bourrée de qualités. 

Avec Vampyria, Victor Dixen continue de se faire un nom dans le paysage des littératures de l'Imaginaire. Finalement, quelque soit votre âge, n'hésitez pas à pousser la porte de l'Imaginaire fabuleux de cet auteur qui - j'en suis sûre - saura vous surprendre !

Fantasy à la Carte

A lire aussi sur le blog, mon avis sur La Cour des Ténèbres

Informations

Sur la blogosphère, d'autres avis sont à lire : Les pages qui tournent, Les lectures de Callie, Livresque78 ou Lillyterrature

Victor Dixen
La Cour des Miracles
Tome 2
Vampyria 
9782221250686
512 pages
Collection R
Editions Robert Laffont