19/11/2022

Pierre Léauté, Trilogie du Singe, éditions 1115

Pierre Léauté, Trilogie du Singe, éditions 1115

Après un premier roman d'anticipation, Les Négriers de Babylone, Pierre Léauté pose ses valises en territoire uchronique et enchaîne les récits du genre. 

Ainsi, en 2015, il signe chez Le Peuple de Mü, Mort aux grands dont le héros principal fera son retour en 2020 dans Je n'aime pas les grands. Puis, entre 2016 et 2019, il publie sa trilogie Les Temps Assassins. Enfin, en 2022, il multiplie les publications et nous propose pas moins de trois livres : Retour à Malataverne en janvier, The 8 list en octobre et enfin, Trilogie du Singe, en ce mois de novembre. Or, c'est justement de celui-ci dont il va être question dans cette chronique. 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions 1115, je les remercie pour l'envoi de ce service de presse. 

Qu'il soit compagnon d'aventure, personnage emblématique du cinéma hollywoodien ou simple métaphore, le singe occupe sans surprise le premier rôle dans ce recueil de nouvelles

Réécrire l'Histoire est un exercice de style difficile mais pour lequel Pierre Léauté est bien rôdé. D'ailleurs, avec son triptyque Trilogie du Singe, on est clairement dans le concept du trois salles, trois ambiances. 

Trois récits qui nous font remonter le temps et dessinent de nouvelles perspectives. 

Dans "La grande brisure", nous voici propulsé dans une Bretagne du XVIIIe siècle qui a échappé au giron du roi de France et conservé jalousement son indépendance, notamment grâce au bouleversement géologique qui l'a détachée du continent. Mais le royaume de Bretagne est menacé, son roi vieillissant n'est plus à la hauteur et la conspiration s'est glissée entre ses murs. Or, c'est dans ce contexte houleux qu'il charge un vieil armateur malouin de lui ramener une étrange cargaison. Pour autant, est-ce que cela infléchira le destin des Bretons ? Nul ne le sait car qui vivra verra. Dans ce récit, Pierre Léauté chatouille un sujet qui fait toujours débat en Bretagne, à savoir son indépendance. En s'appuyant sur la fierté et le courage d'un peuple, il lui redessine habilement un autre destin qui s'écrit au son des canons et d'un abordage tout en panache. 

Changement de décor dans "Kaiser Kong" puisque l'auteur nous emmène dans l'Amérique des années 30. On y retrouve un King Kong plus mort que vif. Icône du cinéma fantastique, son image perchée sur un gratte-ciel et affrontant des avions a fortement marqué la culture populaire. Or, Pierre Léauté lui rend hommage ici en continuant son histoire. Quitte à surfer sur la vague du fantastique, quoi de mieux que d'y adjoindre le descendant de Victor Frankenstein pour lui redonner vie à coup d'impulsions électriques afin qu'il serve de prototype au projet de création d'un soldat augmenté. Objet de tous les fantasmes, le célèbre gorille géant devient, sous la plume de Pierre Léauté, un enjeu que les Américains et les Nazis vont se disputer dans l'espoir d'imposer leur suprématie. Lorsque le cinéma rencontre la littérature, on se frotte à un réalisme effrayant qui n'hésite pas à exploiter la vie, quitte à la sacrifier sur l'autel d'intérêts privés érigeant le pouvoir au-dessus de tout. 

Enfin, dans "Code Noir", l'illustre criminel Jacques Mesrine est toujours l'ennemi public n°1 mais endosse surtout les habits d'un anarchiste qui s'est investi dans la mission de mettre un terme à la ségrégation qui a prospéré dans une France toujours vichyste. Alors que les yéyés sont enrôlés dans la guerre d'Indochine, l’idole des jeunes saura-t-il faire entendre sa voix pour que la barbarie cesse et que le massacre d'innocents s'arrête. Pour ce dernier voyage dans le temps, la plume de Pierre Léauté est nettement plus incisive pour remettre le respect des droits de l'Homme au cœur du débat et mettre en lumière l'infamie du sacrifice des minorités dont l'humanité est niée. 

Trilogie du Singe renferme trois textes puissants portés par la qualité oratoire d'un auteur qui aime jouer avec l'Histoire pour porter un regard critique sur les failles d'une société inégalitaire, autoritaire et un poil ségrégationniste. 

Avec ce recueil, j'ai pu goûter à l'imaginaire créatif et récréatif d'un auteur que j'a bien envie de suivre maintenant. En attendant, si vous voulez lire celui-là, il vous attend en librairie depuis le 15 novembre. A bon entendeur !

Fantasy à la Carte

A lire sur le blog, mes avis sur Contes Hybrides de Lionel Davoust et Le Cauchemar de Mortimer Sax de Gwen Geddes, publiés aux éditions 1115. 

Informations

Pierre Léauté
Trilogie du Singe
9791097100896
128 pages
Editions 1115

Lien vers le site

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire