L'influence du "gaming" à la littérature

03/07/2016

Florent Marotta, Yzé et le Palimpseste, tome 1

Avec Yzé et le Palimpseste, Florent Marotta nous montre ce dont son imaginaire fantasy est capable.

C'est dans un univers post-apocalyptique que vit sa jeune héroïne prénommée Ambre Delage. Orpheline, elle vit seule avec sa tante dans la nova Lugdunum (anciennement appelée Lyon). Jusque-là scolarisée au lycée, elle connaît une vie trop monotone à son goût. Dans le monde construit par Florent Marotta, la terre a subi une guerre dévastatrice. Les humains se sont rassemblés dans des sortes de villes nouvelles, placées sous le contrôle d'un groupuscule d'hommes et de femmes se faisant appelé la Fraternité de la Lumière. Ce sont ni plus ni moins des fanatiques religieux effrayés par les détenteurs de pouvoirs magiques qui sèment la peur et maintiennent l'ordre sous la menace des armes à feu. C'est dans ce contexte opprimé qu'Ambre apprend qu'on lui a caché la vérité sur ses origines. Alors que sa tante et elle manquent de se faire tuer, Ambre découvre que son véritable nom est Yzé et qu'elle est en réalité une Wicce que des Magis veulent kidnapper. C'est donc sous des chapeaux de roue que démarre cette aventure fantasy

Florent Marotta introduit dans son récit deux catégories de magiciens: le Wicce et le Magis. Mais ce qui les différencie, c'est surtout leur rapport à la magie, leur manière de pratiquer leurs pouvoirs. 

Le Wicce proche de la nature utilise sa magie par l'intermédiaire d'un artefact qui lui est propre. C'est un peu le totem du magicien. Pour Yzé, c'est un pendentif en forme de Salamandre qui symbolise son élément: le feu. Cet objet constitue une aide pour canaliser le pouvoir. 
Le Magis quant à lui n'a pas besoin d'artefact et a donc moins d'entraves car son pouvoir peut se nourrir de tous les éléments: l'eau, la terre, le feu et l'air. Il en est que plus dangereux. 

Deux branches de sorciers qui ne se comprennent pas et dont le conflit perpétuel vient alimenter la traditionnelle lutte entre le Bien et le Mal du présent récit fantasy. Une autre lutte vient également s'ajouter à l'histoire déjà bien chargée, la guerre avec les Frères de la Lumière qui traquent tous les magiciens sans aucune distinction. Le but de ces exaltés n'est pas des moindres puisqu'ils cherchent à anéantir toute forme de magie. Avec toutes ces données, on imagine bien que la jeune Yzé va devoir entre autre mener sa quête de liberté afin d'empêcher les Magis et les Frères de la Lumière de détruire les Wicces, et la magie en général.

Dans des décors de fin du monde où la nature a bien souvent repris ses droits, Florent Marotta concentre ses intrigues autour de quelques lieux qui apparaissent comme les derniers bastions de vie, et même parfois de liberté. Les faubourgs des novas sont devenus le terrain des marginaux entre lesquels il n'est pas bon de tomber.  

Yzé et le Palimpseste est une fantasy sombre où les paysages de désolation peuvent faire penser à ceux de la série Shannara, adaptée du roman éponyme de Terry Brooks. On y retrouve la même dimension post-apocalyptique avec ses décors grandioses et désertés. 

Dans son monde, Florent Marotta fait déplacer ses héros par l'intermédiaire de portes qui leur permettent de se trans-localiser. Un moyen bien commode de s'assurer des déplacements magiques comme les piliers d'Art de Robin Hobb ou les Portoloins de J.K. Rowling. Ainsi l'auteur use de tous les éléments qu'il a sous la main pour que la magie s'ébatte gaiement dans son texte. Elle est le cœur de sa fantasy. Une fantasy contemporaine d'ailleurs aux accents parfois avant-gardistes. 

Avec son premier tome, Florent Marotta a réussi à proposer une intrigue cohérente et aventureuse. Les péripéties ne manquent pas pour venir pimenter chacun de ses chapitres et nous prodiguer une envie sans cesse renouvelée d'y retourner. En somme, Yzé et le Palimpseste trouve naturellement sa place parmi les rayonnages des romans de fantasy française à lire. 


Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire