L'influence du "gaming" à la littérature

accueil2

accueil2

13/06/2015

Feldrik Rivat, Résurrections, Les Kerns de l’oubli, tome 3

Le temps est venu pour la prophétie de s’accomplir. Erkan, le dernier fils doit racheter une faute commise il y a huit millénaires. 

Il sera secondé dans sa quête par la sorcière Awana, l’homme-mémoire Crohn, la belle archère Amiel ou encore le général Fagar. Ainsi, ensemble ils vont lever une armée pour affronter les hordes de fanatiques à la solde du dieu Eran. La vérité est qu’Eran a été un homme avant de devenir un dieu. Un homme qui s’est emparé des recherches scientifiques de son père. Ce dernier a trouvé le moyen de prélever de l’ADN sur les restes de ce qui semble être Dieu lui-même, découverts dans une sépulture. Il en a fait une sorte d’élixir qu’Eran s’est injecté afin de devenir à son tour un dieu possédant d’immenses pouvoirs. Or, aveuglé par sa nouvelle puissance, il a perdu le sens des réalités et s’est lancé dans une folie meurtrière qu’il est temps d’arrêter. On l’aura compris, c’est à Erkan que revient le rôle d’anéantir ce dieu aliéné. 

Un ultime tome qui révèle tous les éléments nécessaires à la compréhension de l’univers imaginé par l’auteur. Il est clair qu’au commencement de ce cycle, on ne s’attend pas à voir se mêler de l’héroic-fantasy à de la science-fantasy. C’est le récit de l’errance d’un héros disposant d’une magie et évoluant dans un monde fait d’acier, de machines et d’intelligence artificielle. Ici, le Mal est le fruit de manipulations génétiques. Avec Les Kerns de l’Oubli, Feldrik Rivat signe une trilogie clairement originale. Amateur de science-fiction, ce cycle est pour vous.


Fantasy à la carte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire